Sites associés :


Nouvelle
Revue d'art et de littérature, musique
Lire Publier Communiquer
Revue en ligne
dimanche 19 novembre 2017
Directeur: Patrick CINTAS
Éditeur: Le chasseur abstrait
12 rue du docteur Jean Sérié
09270 Mazères

 

 

Sommaire :

Otrofictif ...
 
[Otrofictif...] Un projet RALM... Entretien avec Pierre Vlélo
 
[A lire dans la RAL,M...] Texte évolutif.
[Sélection du trimestre] ...le meilleur des textes reçus.

 

 

Otrofictif

poème narratif

de Pierre Vlélo


Encours de publication dans la RAL,M

 

Le texte intégral de cet entretien
    est publié aussi dans la revue Corto nº 22
         pour les versions papier et numérique

Chez [Le chasseur abstrait éditeur...]

 

Votre portrait en Kerouac a de quoi intriguer… Est-ce par souci d’anonymat ou de filiation que vous en usez ?

Les deux ! L’anonymat du fonctionnaire et le goût pour la spontanéité. Un portrait de Bukowski eût convenu aussi bien.

Laissons de côté la question du fonctionnaire et voyons ce qui vous apparente à ces deux écrivains.

La question est toute simple : tout ce qui libère l’écriture a mon approbation et je rejette sans autres considérations toute tentative de remettre sur le tapis les « vieilleries poétiques ». Je n’en discute jamais, si vous voulez le savoir.

Pourtant…

À quoi bon ? Tombez sur un pitre qui vous vante les mérites de la rime et vous traite en minus parce que ça ne vous chante pas. Qu’est-ce que vous y gagnez ? Rien. Je préfère lire et relire la poésie de Bukowski plutôt que de perdre mon temps avec les illusionnistes. Ceci étant, je n’ai pas plus d’estime pour ceux qui se passent de la rime parce que c’est plus facile. Autant l’usage de la rime et autres bamboches signalent le côté vieillot du prétendant, autant la facilité lève le voile sur l’escroquerie de la pute qui veut être flattée. Facilité et difficulté font d’ailleurs bon ménage. La poésie préfère la spontanéité, ce qui ne ménage pas les efforts. Et c’est cet effort qui m’intéresse. Je voudrais en être capable. Je voudrais même le pousser jusqu’à la douleur, à l’instar du sportif. Mais comme le sportif se dope aux hormones, moi j’ai besoin du soutien effectif de ce que le vulgaire appelle pinard.

Pourtant, Kerouac ne but que du café pour écrire On the Road

Chacun son truc. Je bois du café au travail. On a même une cafetière bien en vue. Et des petits gâteaux. Mais quand je ne travaille plus, je me remonte et j’écris. Je vis en quelque sorte une double vie.

Vos collègues ne vous lisent-ils pas ? Ne savent-ils pas que vous écrivez ?

Ils écrivent aussi ! Tout le monde écrit. C’est tellement facile ! J’en connais même qui se tuent après le travail pour imiter les vieilles casseroles de Nougaro et de Brassens. Mais qui les lit, à part moi ? Et eux ne me lisent pas. Chacun fait sa cuisine selon ses propres goûts. Avec prudence toutefois, car dans l’administration, on n’a pas besoin d’Internet pour se faire surveiller. Il y a longtemps que le mouchardage fait office de protocole chez nous. Les complications du numérique nous semblent tellement superflues ! La langue, c’est beaucoup moins coûteux et on apprend vite à s’en servir.

À vous lire, on devine que vous ne travaillez pas dans le comptage des moineaux dans les monuments aux morts.

Disons que je travaille pour la Justice. Il faut bien travailler pour quelque chose. Sans autre illusion que la solde, qui est très bonne, et les divers avantages, sur lesquels je ne crache pas. Vous connaissez quelqu’un qui travaille dans le bonheur ? Pas moi. Tout le monde se compromet, d’une manière ou d’une autre. Nous sommes tous des pourris. C’est sans doute pour ça qu’on essaie d’être meilleur quand on rentre chez soi. Mais ce n’est pas forcément pour cette raison qu’on écrit. Il y a aussi le rêve d’être lu et d’en tirer des avantages en nature ou même purement symboliques. Personnellement, ce n’est pas de cette manière qu’on finira par me décorer. Mais je ne refuserais pas une certaine reconnaissance littéraire. Je m’imagine très bien passant mon existence entre un confortable bureau d’écrivain et les studios des meilleurs moyens de communication. Sans compter, bien sûr, les piscines des bons hôtels de ce monde et leurs comptoirs reluisant de verres bien et savamment remplis.

On vous sent amer…

Je le suis. Et je le serais moins si je n’écrivais pas.

Alors pourquoi diable écrivez-vous ?

C’est là le hic. Je vis confortablement. J’ai même trouvé l’âme sœur. Nous nous sommes bien organisés pour payer le moins possible d’impôts. Mais cette existence de domestiques ne me satisfait pas. Elle me comble, certes, mais il me faut autre chose pour me sentir moi-même.

La religion y pourvoie souvent.

Je la pratique d’ailleurs pour éviter d’en parler ! Je ne veux pas dire que je suis une espèce de Jekyll à l’envers, avec un Hide poète qui justifie les compromis. Je n’ai pas ce genre de problème. Je suis intègre. Il ne manquerait plus que le fonctionnaire se livre à des exactions ! Non. Je suis un type bien sous tous les angles. J’ai mes petits secrets, mais ce sont là de toutes petites cochonneries qui ne valent même pas une condamnation en justice en cas de pratique sur des mineurs. Je ne bois pas non plus à en perdre la raison. Je fonctionne comme une voiture. Je remplis le réservoir mais je ménage la vitesse. Un écrivain ne peut pas dépasser la limite, sinon il se prend un platane. Je ne tiens pas à finir comme ça.

Vous voulez dire que vous n’êtes pas un tragique ? Jouez-vous malgré tout la comédie ?

Comment voulez-vous qu’on le sache ? Je suis seul quand j’écris. Et quand mes écrits sont publiés, je ne suis pas là pour me faire remarquer…

Vous le regrettez ?

Plus qu’un peu. Quelques flatteries bien placées ne me feraient pas de mal. En cela, je ne suis pas différent du commun des mortels. Imaginez le pauvre type qui met des lettres dans des boîtes. Vous pensez qu’il est fier de ce qu’il fait ? Il s’en fout, oui ! Et s’il en souffre, il finit mal.

Il boit…

Et il boit trop. Tandis que s’il se met à écrire, et s’il réussit à s’émerveiller lui-même de temps en temps, il boit moins. Il se surveille. Il mesure. Somme toute, il est prêt à se montrer. Seulement voilà, s’il écrit des choses qui pourraient empêcher les lettres d’entrer dans la boîte, ou d’en sortir, il se retient de tout dire ou alors il le dit sous le couvert de l’anonymat. La liberté d’expression a, comme on dit, des limites. L’idéal serait de trouver une sorte de juste milieu entre le devoir, qui est impératif, et la liberté, qui est sacrée. Et c’est justement ce que je ne trouve pas. Ou plus exactement ce que je n’ai pas encore trouvé. Reste à savoir, bien sûr si, une fois trouvé, j’en toucherai un mot à mes semblables… Le taux de liberté d’expression est inversement proportionnel à l’effectif des fonctionnaires.

J’ai souvent des conversations de ce genre avec des écrivains. Ils parlent mieux et plus souvent de leurs conditions de travail que des particularités de leur écriture et de leurs ouvrages.

C’est que nous sommes sur les nerfs. Imaginez (si ce n’est pas trop vous demander) que je devienne un écrivain célèbre. Par célèbre, il faut entendre que je suis bien payé. Et même au-delà de ce qu’on peut imaginer. Allez-y ! Faites un effort !

Rires.

Allons, dites-le ! Qu’avez-vous imaginé ?

Vous n’êtes plus un fonctionnaire.

C’est aussi simple que ça. Et n’étant plus soumis au devoir, je profite pleinement de ma célébrité en dépensant mon argent pour me rendre moins malheureux et je consacre plus de temps à parfaire mes ouvrages. Au lieu de ça, je rogne mon trésor intérieur pour qu’il ne me réduise pas finalement au chômage. Vous croyez que c’est une vie ?

On a vu pire…

Ceci dit, je suis peut-être un vulgaire chômeur qui mange sans doute à sa faim mais pas à son goût…

Vulgaire ? Pourquoi vulgaire ?

Il n’y a rien de plus ordinaire que d’être contraint de ne pas travailler. Un cinquième d’entre nous en est réduit à cette situation. Ainsi, vous pouvez disposer de temps pour écrire. Mais à l’heure d’avoir les moyens d’assumer la moindre publication, il faut passer un temps précieux à calculer comment se le payer sans se faire attraper.

Vous avez déjà vécu cette situation ?

Jamais. Mais mon métier parle pour moi…

Votre écriture confine-t-elle alors au témoignage ?

Comment voulez-vous ! Je me ferais repérer ! Non. Je ne témoigne pas. C’est l’écriture qui me passionne. Je n’ai pas plus de choses à dire que le commun des mortels. Et dans l’écriture, c’est le récit qui me fascine. Voulez-vous que nous en parlions ?

Vous seriez bien embêté si je vous disais non !

Exact. Je me suis un peu laissé aller à parler à tort et à travers des petites idées que le monde m’inspire. Vous m’y avez poussé. Mais ce n’est pas là que je m’exprime le mieux. Je crois avoir du talent. Pas autant que Kerouac ni Bukowski. Mais je sais me tenir. Tout en sachant que ma situation professionnelle ne me permet pas de m’engager plus loin dans le dialogue avec les autres. Vous voyez, je recommence !

Vous réduisez donc la question littéraire à un problème de contenant et de contenu. Puis-je vous rappeler l’anecdote de Rikyu ? Ce grand maître du thé cultivait un champ de tulipes absolument merveilleux. Un aristocrate passa et se promit de revenir pour s’entretenir avec Rikyu. Et il revint en effet. Mais, horreur, le champ de tulipe avait été rasé. Il s’engouffra dans la maison du thé et trouva Rikyu en posture de se faire couper la tête. L’aristocrate leva son sabre et, bonheur, son regard tomba sur un vase. Ce vase contenait une tulipe. Il s’émerveilla et se prosterna même peut-être aux pieds de Rikyu.


Lire la suite [...]



 

Otrofictif
dans la RAL,M


 

 

SÉLECTION
DU TRIMESTRE

330 nouveaux articles publiés dans les rubriques suivantes:

Equipe rédactionnelle
Chaque lundi - la fréquence hebdomadaire est entretenue par Daniel Aranjo, Gilbert Bourson, Patrick Cintas, Daniel de Cullá, Jean-Michel Guyot, Pascal Leray, Stéphane Pucheu, Gilles Teboul, Henri Valero, Robert Vitton - et le groupe Personæ.
Pascal Leray - Catalogue du sériographe  >>

Chantier de Patrick Cintas  >>

Tome II - Mon ami Pédar
 XXVII - Qu’est-ce qui vous angoisse le plus ? La possibilité que Dieu n’existe pas ou comment vous allez faire pour payer votre loyer demain ?
 XXVI - Dire qu’il y en a qui s’angoisse pour de grandes idées et que j’en suis déjà à m’en faire pour des choses qui n’intéressent que moi !
 XXV - C’est-y pas beau, la littérature ?
 XXIV - Des guerres que même en étudiant j’ai pas compris si elles étaient justes ou en dépit du bon sens
 XXIII - Et moi je faisais Jean-Marie crevant plein de bave sur le tapis
 XXII - Travailler me fait chier. Acheter m’amuse pas. Aimer me prend du temps
 XXI - Que vous dites, monsieur Hartzenbusch ! Que vous dites !
 XX - Je peux tout de même pas faire l’amour à une vioque de près de cent balais !
 XIX - Et pourquoi c’est interdit de jeter la cendre dans l’escalier si c’est pas une question de boulot ?
 XVIII - Je me la suis fourrée dans le cul, des fois qu’elle serve à ça
 XVII - J’ai raté cette occasion d’en savoir plus sur moi-même
La calbombe céladone de Patrick CINTAS
 À partager - Appel au Président de la République - « La place de la France est aux côtés du peuple grec »
 Entre les deux mon cœur balance - Karl Marx et Frédéric Bastiat
 Appel au meurtre - Vive le fascisme !
 (2) Une nouvelle idée de dieu
 (1) Une nouvelle idée de dieu
 Vive le terrorisme !
Choix de poèmes (Patrick Cintas)
 Si peu de temps
 L’échine claire du Jaïzquibel
 Hérité du silence
 Au contraire le vent
 Pindare
 Rien n’est plus accessible...
 La fiction du langage
 Vin + sable recueilli
 Cimetières historiques
 Nous les cinglés du mouvement
 Au sommet de l’enfance tu choisis l’écaille sur le couteau
 Promenoirs
 L’insecte transparent des coins d’ombre
 Petite chanson, jarcha
 Petits êtres sans défense
 Vous reviendrez
 Que crois-tu que je cherchais ? La Ville, l’Invention...
 Vous n’avez pas la preuve du temps
 Revenez sur les lieux de votre agilité
 Que ce couteau me traverse
 Mettre enfin le pied sur la terre ferme...
 L’esprit social
 A ceux qui n’ont jamais éprouvé le vertige
 Couchés dans leurs lits
 Jaïzquibel
 La poésie n’aime pas
 Je ne sais même plus si je suis homme ou femme
 Moi je ne mange que les vivants
 Tu n’es qu’un personnage de roman
 Sur ta route d’adolescent
Espace de Gilbert Bourson  >>

Portraits et propos à vue de perdrix
 Machine de guerre
 Pensez à votre retraite
 La boue son image et comme on fait son lit
 Noël du 25 décembre 2014
 Perce-neige
 Questions posées à l’écriture
 Non pas l’image dans le tapis mais celle du tapis qui est dans ma chambre
 Le flâneur en ville
 Renversante la chaise où on s’assied pour écrire et répandre son encre
 Vers un Noël goulu
 Nature morte de la vie
 On écrit un paysage entrevu dans un os de sèche posé entre les barreaux d’une cage
 C’est une voix forte qui fait démarrer la journée
 Lâcher d’une cuisse dans l’outre-monde en ruine
 14 Novembre 2014
 Les machines spirituelles
 Un vieil amour tient quelqu’un par la main
 Assis sur un banc de la place et une apparition
 Portrait du fouilleur de petits coins pour trouver de vastes espaces
 Le mot « Mort » et son pourcentage en cacao
 Usagers des bus
 Les machines spirituelles
 Un vieil amour tient quelqu’un par la main
 Assis sur un banc de la place et une apparition
 Portrait du fouilleur de petits coins pour trouver de vastes espaces
 Mécanisme d’un nu
 Deux petits « à la ligne » pour portraiturer une horloge
 Le mot Banal
 N’importe quoi plutôt que ce gris
 Le siège est déjà pris
 Cris d’enfants de la maternelle d’en face
 Chaise de l’écrivain
 Que voit-il sur le seuil de lui-même et partout
 Rond de serviette
 Portrait d’une fenêtre à la première personne
 Photographie en gros
 Quel beau spectacle mais quel beau spectacle
 Tombouctoutou ou les gencives sans dents
 La fin d’un rêve trivialement conté
 Le petit vélo rose avec à l’arrière une fillette en rose
 Raconter ses beaux jours c’est les réinventer
 Une réunion interrompue entre amis
 Portrait de l’auteur en coroner
 Échange de sourires
 Minuscule roman
 Une petite catastrophe épigénique
 Portrait du moi qui se voit dans l’armoire à glace de la chambre
 La marche est une auberge
  Portrait d’une vieille dame en parapluie
 Propos ruminants en campagne avec portrait de Muse
 Petit déjeuner
 Qui est l’inverse du désespoir
 Toujours là Depuis-ce-temps est incommunicable
 22 Février 2014
 Arbre qui cache la forêt de quoi
Chaperon-rouge (feuilleton de Gilbert Bourson)
 Suite et fin
 8/9 - Chaperon-rouge a frappé et on lui a ouvert
 7- Promenons nous dans les bois pendant que le loup y est
 6 - Chaperon lit au lit
Quelques foyers orageux ont trouvé une page où se manifester (feuilleton de G. Bourson)
 3- Dans la haie
 2- Elle regarde la mer
 1- Une histoire qui n’en finit plus
Espace de Gilles Teboul  >>

L’inconnu sans ami de Jean-Michel Guyot  >>

Le zinc de Robert Vitton  >>

Produire du sens de Stéphane Pucheu  >>

Groupe PERSONÆ  >>

Espace de Daniel Aranjo  >>

Espace d’Henri Valero  >>

Espace de Daniel de Cullá  >>

Arte
 Más y más misa de 8:00
En cours de rangement...
 Pedófila, la molinera
 Revista Biografia
 La muerte en el redondel
 Siembra no 92 *REVISTA*
 Peculiar Mormyrid no1
 Ino
 Joder, dijo la Marquesa
 Sacrismoche
 La ladilla y la centolla
 Escupe episcopal
 Letras de Parnaso 33 *REVISTA*
 Acuarela no 17
 Esther de "cervera"
 Hablo Zaratustra y dijo MU
 Los gallos a cantar y las gallinas a cacarear
 Oración del padre Pedo a Jesús Crisis
 PDO – NLINE
 Lametazo al político emergente
 Mi madre, una heroína
 Sanguijuelas
 Transformación
 Tríptico gótico en madera
 Otro tríptico (postales)
 Orgasmienten como rebuznan
 Zanganos, vagos y maleantes
 Ve, vótale y cápale
 Revista Letras de Parnaso no 32
 Revista Pluma y Tintero no 29
 Catalina Barrabás
 El Cid moro
 La Rueda del Mundo
 Ondas sonoras
 Tríptico gótico en madera
 Varal do Brasil - No 35
 Niña de romance
 Me caso mi madre
 Los primos romeros de la SS (semana santa)
 Los animales votan en blanco pero tienen voz
 Lirio en isla Hermafrodita
 Es de mayo
 Con los "calenturas del voto" rebuznando
 14 de abril en sembrado
 Señora, señora beata ¿Por qué llora la niña ? La...
 Madrid rebuznante
 El copiloto trastornable
 De tapeo por Burgos
 Ana Frank en la casa de atrás
 Afevolos
 Alfil Toledano
 Andalucia : una vision a sus elecciones de marzo de 2015 o como quien se pone de parte de los pobres es crucificado
 De psiquiatra la ley mordaza
 Gang bang en la campiña castellana
 Jira, banquete campestre
 Le he planchado la picha a mi marido
 Luna de miel
 Sa-cerdo-tes del altísimo
Autres espaces
Ces auteurs ont bien voulu animer des espaces plus proches de leurs préoccupations que le sommaire de la RAL,M toujours un peu généraliste. Ces espaces constituent du même coup le coeur de la revue et leurs projets respectifs nous rapprochent nettement d'une revue qui serait pleinement assumée.
Enrique ARIAS BEASKOETXEA >>

Espace de Gabriel IMPAGLIONE >>

Espace de Santiago MONTOBBIO >>

Espace de Valérie CONSTANTIN >>

Galeries de Valérie Constantin
 Compressions de 100 centimètres carrés
Lettres vagabondes de Benoît PIVERT >>

Espace d’Alan SÉVELLEC >>

Autres fragments
 Leur grand canapé de cuir...
Espace de Willy "Orphée" PROCIDA >>

Autres auteurs
Pour adresser vos contributions (Comité de lecture)

- Sommaires en ligne - 2015 >>
- Poésie - Andrea GENOVESE >>
- Poésie - Harold ALVARADO TENORIO >>
- Poésie - Michel PRADES >>
- Poésie - Stephen BLANCHARD >>
- Roman, nouvelle - Anaïs Guyot >>
 Alaria
- Roman, nouvelle - Patricia LARANCO >>
- Roman, nouvelle - Rolain DELINOIS >>

 

 

« Pour respecter l'idiosyncrasie de chacun... » André Gide - Paludes.

2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -