Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Raconter ses beaux jours c'est les réinventer
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 19 avril 2015.

oOo

Des beaux jours on se souvient. On les invente comme une autre incarnation. C’est aujourd’hui. Ou d’acheter un livre aujourd’hui dans une librairie depuis longtemps disparue. On écrit toujours mal de ce dont on se souvient si on n’a pas assez oublié et même oublié qu’on se souvient. De quoi me souviens-je à ce moment précis sinon de toute ma vie passée et à venir. C’est là où se complique la chose d’écrire ces mille et une choses de la vie dont seule pourrait rendre compte assez bien une phrase infinie. Donc c’est parler d’un autre qui revit l’instant qu’il invente. Je. Comme c’était hier est se mordre la queue textuellement refaite et qui n’en démord pas. C’est la fiction de soi. Refait à chaque instant où s’écrit quelque soit la chose dont on parle continue de vivre qui est de parler de mal se raconter. À cause que ça qui doit suivre se suit mais c’est dans la parole écrite qui n’est soi que tout nouvellement. À chaque coup de dire par exemple hier je suis sur cette chaise regardant le lac de ma mère au parc où les cygnes étaient ce rêve cette nuit sont cette nuit ce jour ici où suis cette chaisière réclamant l’obole pour s’assoir au parc. On payait hier la chaise du jardin à la dame du lac. Aux chaises autrement dit. Celle où en ce moment est assis qui écrit se paye d’une obole pour passer le temps. C’est une enfance mal revue mal dite écrite de partout à la fois lac et cygnes. Personne autrement dit sinon l’auteur de soi sur sa chaise cerceau d’enfance et col marin. Plus mal on se souvient que l’on en sort en foule se racontant plus mal par excès par exemple le kiosque à musique avec des musiciens et des chevaux de bois à coté du boucan. Le gout de la poussière est l’enfance-écriture entre les coudes et la musique le boucan encore, l’humble gain.

 

Si vous pensez à la manière dont vous pliez les choses, ou quand vous mettez quelque chose à l’intérieur d’autre chose, le trou dans le beignet ou la pomme dans le chausson aux pommes, peut-être verrez- vous ce que je veux dire.

 

Gertrude Stein

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -