Sites associés :


Revue en ligne
dimanche 19 novembre 2017
Revue d'art et de littérature, musique
Directeur: Patrick CINTAS
Éditeur: Le chasseur abstrait


Nous serons au
Salon du livre de Paris
du 13 au 18 mars.


Porte de Versailles
Hall nº 1
Allée T - stand 21
Région Midi-Pyrénées

Le CALM n’existe plus.

Un nouveau collectif est en formation sous la houlette de Romain Gambois avec :

Renaud Alixte, Patrick Cintas, Romain Gambois, LUCE, Pierre Vlélo...

Cliquez sur le logo :

La RAL,M s’étoffe. Après la création du Chasseur abstrait il y a deux ans, c’est l’idée d’un collectif d’écrivains et d’artistes qui prend forme.

Pourquoi un collectif ? Comme il n’est pas question de défendre une même idée, c’est dans l’action que Gilbert Bourson, Robert Vitton, Pascal Boulanger, Jean-Claude Cintas, Marie Sagaie-Douve, Georges Ayvayan, Pascal Leray, James Noël, Marta Cywinska, etc. ont décidé de s’unir pour tout simplement se faire connaître du public et des institutions toujours un peu aveuglés par l’animal médiatique.

À une époque où il n’est pas sérieux de penser que les outils médiatiques sont à la portée du premier venu, il est sage de songer à fonder une communication avec les moyens du bord. La réussite de la RAL,M dans le réseau Internet nous y encourage, d’autant que Le chasseur abstrait tient ses promesses, à peu de choses près. 

Ce collectif, c’est d’abord quelques dizaines de livres qui témoignent assez de l’énergie qu’ils contiennent. Il faut en effet de l’obstination pour imposer quelquefois la pratique de l’écriture à celle beaucoup moins exigeante de la lecture bassinée par la production livresque (je ne dis pas éditoriale à dessein) qui procède par élimination des véritables auteurs, des éditeurs compétents et des libraires érudits pour installer tout le contraire.

Il va falloir un peu de temps pour roder ce nouveau bras de la RAL,M, d’autant qu’il risque fort de déborder du nid pour se donner rapidement des airs d’utilité publique. 

Une présentation aura lieu au Salon du livre de Paris avec la complicité d’invités-surprises.

Patrick Cintas.

 
Nouveautés
Voir numéro 46 ici
À paraître
Voir numéro 46 ici
La RAL,M commença le 1er avril 2004 par être une simple revue en ligne chargée, comme mille autres, de publier les refusés. Chemin faisant, elle est devenue le Portail du Chasseur abstrait. Entre temps, cette maison d'édition s'est donné pour tâche de diffuser les auteurs qui le souhaitent.

On a vite distingué ceux qui déclarent tenter l'aventure totale - publier une oeuvre - et ceux qui ne souhaitent pas aller plus loin qu'une publication ponctuelle. Les premiers, nous avons mis à leur disposition un outil complet : publication des livres "en papier"; collaboration active au site (articles, espaces d'auteurs, numéros spéciaux, blogs personnels). Aux seconds, nous leur avons demandé d'acheter quelques livres pour pallier le manque d'engagement et de participer presque librement au Portail du Chasseur abstrait.

Autrement dit, deux types de contrats: l'auteur cède ses droits et s'engage moralement à publier une oeuvre complète - rien ne lui est demandé, sauf de participer le plus activement possible au Portail;

l'auteur ne cède ses droits que pour un an et il s'engage à acheter quelques exemplaires de son livre, ce qui ne le prive en aucune manière des outils mis à sa disposition par le Portail.
Voilà comment nous travaillons. On ne peut pas être plus clair. Et avec beaucoup de travail, on sera de plus en plus efficace.

Voir [Manuscrits] pour de plus amples explications.
Voir l'[accueil] pour accéder aux numéros spéciaux. Il s'agit de numéros dont le sommaire évolue en fonction des ajouts et des changements qui l'affectent. Ainsi, le numéro spécial consacré à un auteur ou à un ouvrage est le meilleur moyen d'accéder au travail de cet auteur ou à l'évolution d'un ouvrage.

En plus de la possibilité de mettre en ligne des textes dans le site (Textes & Prétextes) et de celle de publier des livres dans les collections du Chasseur abstrait, l'auteur dispose de trois outils: - les [espaces d'auteur] - où il organise un sujet et s'exprime en toute liberté de forme, de fond et de composition;

- les [numéros spéciaux] - qui permettent au lecteur d'appréhender le travail de l'auteur dans sa totalité, y compris ses publications;

- les [sites officiels] - blog ou site plus complexe - où l'auteur présente ou fait présenter son oeuvre.
Publier chez Le chasseur abstrait, c'est disposer d'outils de communication et de publication sérieux, sans compter les salons auxquels nous participons, notamment le Salon du livre de Paris grâce à la bienveillance du Centre Régional des Lettres de Midi-Pyrénées.
Quelles nouveautés Nouveautés ce mois-ci ?

 

 

! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue

Pascal LERAY
au marché de la poésie de Bordeaux

le dimanche 22 mars prochain
Espace des Chartrons
pour présenter son livre
Avec l'arc noir
édité chez Le chasseur abstrait.

et le dimanche 22 février
au Salon du Livre de Lombez

Organisez le chaos
avec Gor Ur et Merzin


Révisez votre
Leray !

Sériographie [nf] 1. En médecine, examen de différentes pathologies à l'aide de radiographies à cadences rapides ; 2. En peinture, organisation sérielle d'un ensemble d'oeuvres picturales [chez Rafael Soto, en particulier] ; 3. Sur le modèle de « bibliographie, filmographie », liste des séries télévisées ou cinématographiques d'un réalisateur, d'un acteur ou d'un agent de l'économie audiovisuelle ; 4. En littérature, sur le modèle de « polygraphie », écriture des séries, par séries ou mode d'organisation sérielle d'une oeuvre littéraire. Se dit particulièrement des textes relevant de la thématique sérielle, quand ils présentent des réseaux de relations sémantiques transversales. Cette sériographie est un foutoir global ! [un grand désordre] PAR. : sériosphère, sériologie. ▪ Assemblage d'un mot latin et d'une racine grecque, ce mot est un barbarisme. [P.L.]

 

à paraître chez Le chasseur abstrait
Pascal Leray - LE SENS DES RÉALITÉS - roman - collection djinns - un monument qui ne laissera pas indifférent les mordus de narration. REFLEXE, 2 est aussi en route. Voir aussi collection CORTO.

 

 

! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue

Un épisode par mois !


Dixième épisode
Papapa !
Quand on a voyagé toute sa vie au fin fond de l'Espace Itératif, on se sent à l'étroit à peu près partout, à moins qu'on ait le sens de l'orientation et quelques compagnons festifs capables d'apprécier le détour. Sinon, on a l'impression de sortir les poubelles et de jeter un œil dans la rue des fois qu'une conversation prendrait un tour agréable à la vue. La rétine me démangeait comme si j'étais piqué d'avance. Je m'coltinais mon carabin, mon amour et quelques connaissances qui m'retenaient par les pieds parce que j'avais tendance à voler le bien d'autrui, surtout leurs ailes qui rutilaient dans les bars. À Shad City, si t'es pas clair du côté de c'que tu veux vraiment, t'es aussi foutu qu'un couvercle de poubelle dans le vent. Je sortais les poubelles tous les soirs et ça m'enchantait pas, mais c'était ainsi que j'contribuais à l'élargissement de mon champ d'action. J'avais même de nouveaux personnages à mettre en jeu, du type petit vieux qu'en a marre d'exister uniquement parce qu'il plaît plus à personne, même avec une poignée de bonbons dans une main et sa queue frémissante dans l'autre. À l'occasion, je brossais les traces de pisse sans distinguer les chiens des hommes. Chaque soir, la rue était prise d'assaut par des gosses irritables qui se mordaient entre eux et je m'demandais si la neige allait cesser de tomber sur mon chapeau à larges bords. Des caterpillars poussaient des congères noires vers le bout de la rue où j'avais été une fois acheter des chocolatines pour ma Sally qui se prélassait au lit parce qu'elle avait envie de rêver sans moi. Ç'avait été une aventure de la conversation débridée et de l'orgasme interrompu. J'avais même goûté à des vins captieux et j'avais cru, complètement abusé par ses bulles d'hydrogène, que j'pouvais encore me permettre d'avancer sans les pieds. On m'avait ramené à l'hôtel, soulagé de fombre1 et d'enfer. Sally Sabat m'avait adressé des reproches devant un parterre de témoins exercés à la contradiction. J'm'étais défendu avec les mains, comme d'habitude...

1. Substance composée essentiellement de la cendre des ombres projetées sur les murs de Shad City par une bombe iranienne.

Le dimanche 22 février
au Salon du Livre de Lombez

Organisez le chaos
avec Gor Ur et Merzin

 

 

! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue

Tais-toi
et sauce !


Un nouveau recueil en préparation.

Préparez vos papilles.

 Avant-goût
dans le nouvel espace de Robert Vitton:

Le trimard


L'existence serait composée de miracles, prodiges du quotidien, phénomènes sujets à émerveillement, et cela n'aurait de cesse si les mots continuaient d'appartenir à une langue propice à la poésie parce qu'elle est toujours en quête de l'heure dérobée, concept purement poétique dont Robert VITTON, poète et prosateur, est l'inventeur. La particularité de l'homme tiendrait à la proximité de cette langue, à sa familiarité, et à la multiplicité des détails de l'heure. En vers ou en prose, c'est bien l'existence qui est cernée dans un chant poétique continûment inventeur de ses découvertes que le poète ne cherche pas à posséder tant il a conscience d'être possédé par elles.

 

à paraître chez Le chasseur abstrait
Robert Vitton signe avec À LA VIE À LA MORT le troisième volume de sa trilogie LES ERRES DU TEMPS. Parution également de LES THAUMATURGES et de LE ZINC, théâtres. Collection djinns. Voir aussi collection CORTO.

 

 


Après les soirées intégrales 2007 et 2008

voici

La soirée télévisée 2006

Présidée par Didier LOCKWOOD

et présentée par SMAIN

avec Jean-Loup LOGNON
et le Grand orchestre
"Ce qui m'intéresse, c'est l'émotion que transporte une mélodie ; j'ai la faiblesse de croire que le jazz est une des musiques qui génèrent le plus d'émotions. Le jazz peut, doit redevenir une musique populaire. Tout le monde est prédestiné au jazz." Frank HAGÈGE - fondateur des DjangodOr.

 

 

 

 

Valérie Constantin, Marta Cywinska, Andy Vérol, Nacer Khelouz, Pascal Leray, Paul de Maricourt, Serge Meitinger, Marie Sagaie-Douve, Patrick Cintas, Benoît Pivert, Oscar Portela, Robert Vitton.

Ces auteurs ont bien voulu animer des espaces plus proches de leurs préoccupations que le sommaire de la RAL,M toujours un peu généraliste. Ces espaces constituent du même coup le coeur de la revue et leurs projets respectifs nous rapprochent nettement d’une revue qui serait pleinement assumée.

Voir [Espaces d'auteurs]
Nouveautés

 

 

Lèvres du silence
de Marie Sagaie-Douve
! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue

L’Enfant du silence est le fruit d’une anamnèse, favorisée par la cure psychanalytique. Au fil du travail, l’anecdote s’est réduite.

Avec les années, l’enfant du silence, loin de s’éloigner, insiste de sa présence, entre image et voix, dans l’espace du texte.

Cette version se voudrait matrice d’une œuvre ouverte au lecteur bénévole qui, prolongeant sa lecture, habiterait ce silence, l’écrirait. Une partition musicale accompagnerait cet opéra intérieur, révèlerait la communauté du silence.

 

à paraître chez Le chasseur abstrait
Marie Sagaie-Douve - BULLES IRISÉES - poésie. Collection ada.

Illustration de Valérie Constantin.

 

 

Le trimard
de Robert Vitton
! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue

Robert Vitton propose un nouvel espace d'auteur

 Le trimard

Il nous propose ce mois-ci des extraits d'un recueil en préparation:

Tais-toi et sauce !



 

 

 

Nous recevons beaucoup de textes à publier, de livres à chroniquer, de manuscrits à insérer dans nos collections, sans compter la masse incroyable des Communiqués de Presse.

Et pourtant, il faut tout publier, tout ce qui vaut la peine de l'être - il faut parler des livres de nos confrères et des auteurs autoédités, il faut faire circuler les informations. Sans ce travail de fourmis, ce site n'aurait plus de raison d'être.

Nous allons donc nous organiser. Et si vous souhaitez nous aider à gagner du temps, tachez de nous remettre, toujours par email et en pièce jointe:

-- vos textes au format .doc (word) ou rtf.

-- vos images au format jpg (500 pixels minimum).

-- votre musique ou autre son au format mp3 (128 kb minimum).

Évitez les textes inclus dans le corps du email. N'envoyez pas de manuscrit par la poste. Regroupez vos textes au lieu d'en distiller les envois.

 

 

! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue
Une trilogie allemande
Serge MEITINGER

Alban Lefranc que je tiens pour l’un de nos jeunes écrivains les plus prometteurs clôt, par la parution de Vous n’étiez pas là (Verticales, 2009), un triptyque qui vient d’ailleurs de paraître en traduction allemande sous le titre d’Attaques (Angriffe, Blumenbar Verlag, 2008). Il comprend aussi Attaques sur le chemin, le soir, dans la neige (Le Quartanier, 2005) et Des foules, des bouches, des armes (Melville/Léo Scheer, 2006). Le premier récit évoque Rainer Werner Fassbinder (RWF), le second la bande à Baader, le troisième Fräulein Christa Päffgen alias Nico, modèle, actrice et chanteuse au destin étrange et tragique.

Les trois essais qu’il me paraît opportun de réunir en un seul document ont été écrits pour remue.net où ils ont été publiés à leur date.


Lire la suite [...]

 

 

D’QQUES TEXTI encore
Alain ROBINET

Télécharger - 170 ko

1/6/ : Visite de cette île, d’une latitude inconnue , étrange terre : utopie, hétérotopie, uchronie, au-delà, terre intelligible, rêve ou délire. Dont l’exploration sera autant géographique que psychologique & (nous, vous) plonge dans ses arcanes, archaïques, terrain de ses propres légendes. Figures surgies d’un tarot fantastique, d’un bestiaire enchanté, d’une mythologie syncrétique. Limon du langage animé par le souffle qui raconte de 6 façons l’histoire de ce hors-lieu.

 

 

Hablando con ella en la franja de Gaza
Aldo Luis Novelli

yo solo quería escucharte
pequeña amiga
pero solo escuché un silbido penetrante
y una violenta explosión inesperada.
 
y entonces me quedé hablándole
toda la tarde
a tus bellos ojos negros
abiertos como dos claveles melancólicos/
muy cerquita de tu cabeza
arrancada de su cuerpo
por un maldito misil del sionismo asesino.-

 

 

Alexis DENUY

Coulisses

Peut être que vous vous levez ? peut être que vous allez
vous coucher dans pas longtemps ?
j’en discutais avec quelqu’un dans un rêve,
ça parlait de voyager plus loin,
trouver le nom de cette chose et la ramener au pays
avec son nom inscrit sur la malle de transport,
ils avaient une fenêtre dans la chambre,
il y avait les oiseaux qui chantaient derrière -
qu’est-ce que je disais à tous les sceptiques qui
observaient autour ?
Je ne sais plus !


Lire la suite [...]

Face Publique

Comme je sais qu’on a qu’une heure
et que les gens vont pas s’arrêter de tourner,
du coup ils vont passer à côté

Faut que le monde s’achève,
faut que les gens voyagent léger,
Il y a des choses dans ma tête qui se brouillent,
ça m’agite le chiffon rouge,
Je vois plus rien, je commence à plus rien comprendre,
- sauf que j’ai envie de cogner -


Lire la suite [...]

 

 

El sol, la luna, el mar, las estrellas
Alfredo VAEZA

El sol, la luna, el mar, las estrellas
Las olas, el silencio, la espuma, la noche.
La cara, el viento, la sed, el agua
El corazón, la rima, los ojos, el pez
La luz, el alma, el dolor, -el artista-
El tiempo, la ruta, el verde, la noche
La pirámide, el cuadro, la voz, el misterio
El grito, el silencio, el cielo, la mente.

El ruin, la mentira, la envidia, la mierda

El sismo, la boca, los ojos, el túnel 
El amor, el crepúsculo, el corazón, la lagrima
La fiebre, el sudor, el hielo, el sueño
La música, el ritmo, el labio, el cerebro
Volveré, volverás, volaras,… el aire
El estruendo, tus ojos, el pelo, la niña…azul
El color, el árbol, las palabras, la conciencia

La malicia, la lacra, el ventajero, el veneno

El libro, la sinceridad, el pan... verdadero

El buda, egoísta ? perverso, embustero

El poeta, la cama, el lápiz el verso, 
Dios, la verdad, la fe, el todo.

 

 

Francisco Azuela - en homenaje a su trayectoria universal
Dyma EZBAN

Al Pueblo de Bolivia

Nació en León-México,
un 8 de Marzo de 1948,
tal vez por la invocación de Mariano Azuela
(que lo quería a su lado),
para juntos escribir los caminos del mundo.

Su padre lo llevó
a los paraísos rusos del alma
y su madre, a la memoria y la esperanza.


Lire la suite [...]

Garzas de luz
Francisco AZUELA

Para mi amada Carola en la ausencia

sueltan sus alas al aire
en la línea del horizonte,
blancas y pequeñas
se estampan en el cielo
estrellas de la mañana.
 
Muchas viajan en solitario
mapa de puntos distantes,
no son aves migratorias
al atardecer caen como racimos de viento,
puñados de plumas y de picos
lluvia blanca frente al cerro de la Bufa
en esta ciudad antigua
reliquia de los tiempos
donde el reloj de orfebrería
marca la hora de cerámicas encendidas
en cantos del pasado.
 
Como pequeños avioncillos
planean su retorno
se insertan en las hojas de los árboles
y se pierden en la oscuridad,
Jardín de Embajadoras
las campanas de la ciudad eclipsan el silencio,
duermen los árboles cobijados de sueños
el Paseo Madero está tranquilo
y tú en la distancia de los Andes
eres también mi avecilla de colores
con tus ojos fijos en el Illimani.

 

 

Cécilia AMBU

C'est vrai, je ne suis pas de ce monde.
Je traverse ces fameux mondes parallèles, j'évolue dans une dimension où la normalité n'a pas sa place : cette bizarrerie de l'esprit, de la structure même de la personnalité, chaque pas dans cette dimension m'éloigne un peu plus de vous.
J'aimerais trouver un lien qui me rattacherait à l'homme-humain, ce lien que vous appelez " lien affectif " et qui réveillerait mon corps de tant d'anesthésie sentimentale. Ce lien avec les objets qui annulerait la distance avec la réalité matérielle et qui me donnerait une sorte de sécurité par là même rassurante.
L'écriture, comme une chirurgie cardiaque, comme une dissection à cœur ouvert, m'enferme un peu plus chaque jour en moi-même : peut-être que la Beauté ne se trouve que dans la solitude ; cette prison où je suis cloitrée, cette prison où la lumière n'ose même pas entrer de peur de découvrir mon cadavre, ce corps meurtri par l'isolement.
Alors, j'écris. L'espoir de briser le mur, l'espoir d'une clarté existentielle, la Beauté m'accompagne à travers l'écriture, comme une inspiration spirituelle. La Beauté, ma seule amie, comme une entité métaphysique, creuse dans ma poitrine un chemin réparateur où la douceur n'a d'égale que ma souffrance : toi seule peux soigner mes blessures. Tu es reine et je veux te nourrir de mes larmes sanglantes, car, oui, mon cœur saigne.

MON VISITEUR

Face à ce miroir, j’observe la personne qui s’offre à mon regard.
Un aspect de son visage me semble familier, mais décidément, je ne peux déterminer qui se trouve en face de moi.
Tout son être est différent, comme venu d’un monde qui n’a jamais existé, venu d’ailleurs.


Lire la suite [...]

LE TUNNEL

La souffrance me brise la respiration.
Comment pourrais-je vivre dans un monde qui n’est pas le mien ? Ce monde m’est étranger ou peut-être est-ce moi qui suis étrangère au monde des vivants.
Je meurs, je m’éteins chaque jour un peu plus dans l’indifférence qu’éprouve autrui à mon égard. Il se peut que je sois moi-même indifférente quant à l’extériorité… c’est même certain. C’est cette même indifférence qui fait que l’on trouve le repos car le repos ne se trouve que dans l’indifférence. Elle est cette force et cette douceur qui fait que l’on ne ressent plus rien, ni pour soi, ni pour les autres. Peut-être même que le sentiment n’a jamais existé.


Lire la suite [...]

LES DÉBRIS

DE LA MATIÈRE

Je me suis ouvert le ventre.
J’observais un instant mon intériorité : un liquide noirâtre se répandait maintenant sur ma peau, brûlant mon corps, le rongeant, tel un acide, avide de destruction. Ce n’était pourtant pas douloureux, une sorte de chaleur gagnait tout mon corps.
Je me penchais pour regarder mes organes.


Lire la suite [...]

IL S’EST SUICIDÉ

Tu étais déjà haut, déjà loin, inatteignable
Qui aurait pu le deviner ? Personne, car rien n’existait.


Lire la suite [...]

 

 

Moi suis moi
Céline ESCOUTELOUP

Télécharger - 45 ko

Elle ouvre les yeux. Elle l’a souvent vue, elle avait un voile piquant sur ses paupières. Elles se sont souvent croisées toutes les deux. Mais elle s’effondre hors de son rêve. C’est vrai…Humaine…Je suis… C’est ça…C’est ça son être bat, son cœur se paralyse devant…Une rose se cogne contre le carrelage. Bruit de papier. Elle a resserré ses bras interrogateurs contre eux-mêmes. Ils ont touché le dur et la nuit molle disparaît. Ses doigts ne savent plus rien d’elle, ils se promènent sur le miroir…La transpiration de la nuit s’étale alors, lentement, ses lèvres bougent, étonnement. Mais calme. Calme…Elles bougent, en face… "C’était…Toi…"… Murmures stridents… "Toi, moi, toi je savais, je savais qu’on s’étaient croisées, déjà, déjà mais pourquoi ?" Je me souviens…Sourire baveux…Tous les jours, je t’ai vue, mais je t’oublie, oh ce rêve…Rêve, il a raison, c’est un rêve, je dois te regarder. Les draps se dispersent, elle les repousse, jusqu’à sentir, contre ses ongles, la solidité du mur, elle baille, baille, s’étire se lève…
Face au miroir. Toi. Moi. Toi.[...]

 

 

Un molino, la vida
Un dolor, el amor
Daniel de Culla

Ahora me ando en el término de mi pubertad
Y veo que esta civilización
Es una globalización banal
En deriva con sus cohetes, misiles y aviones
Y todas sus armas mortíferas
En huída hoy como ayer
En estas navidades oficialistas
En las que todo suele ser bastante falso
Prevaleciendo el engaño de los niños
Con meras razones comerciales
En que todas las entregas
No son más que egoísmos al final.


Lire la suite [...]

 

 

L’exotisme africain dans le dernier roi d’Écosse
Paul Aimé EKOUMBAMAKA

Le dernier roi d’Ecosse qui est l’un des derniers films du réalisateur américain Kevin Macdonald est une mise en scène où fleurit de manière significative l’exotisme que Le Grand Larousse Universel définit comme étant : « Le caractère de ce qui évoque les mœurs, les habitants ou les personnages des pays étrangers lointains[1]. » Dans ce récit filmique en effet, le réalisateur qui est un Américain a systématiquement marqué une rupture avec sa société –ici les Etats-Unis- pour s’intéresser aux mœurs, aux paysages et aux usages exotiques, africains notamment. A ce niveau de la réflexion, on peut alors parler de l’exotisme africain et non plus seulement de l’européocentrisme. Et comme le remarque Gilbert Doho : « Il est un exotisme d’Européens comme il en est d’Africains, d’Asiatiques[2]. » Tout au long de la lecture de Le dernier roi d’Ecosse, notre tâche sera d’examiner quelques aspects de cet exotisme africain.


Lire la suite [...]

 

 

Dicen las piedras
Gabriel Impaglione

De la tierra viene la piedra por eso la piedra es un arma pura.
La tierra elige el puño que lanza la piedra por eso el puño
que lanza la piedra es un puño puro.
 
La tierra busca en la piedra y en el puño que tiene la piedra
su futuro de casa abierta y de luz de pan y de puño libre.
 
La tierra tiene razòn, ella es un caballo enfurecido
cuando vienen a morderle el horizonte.


Lire la suite [...]

Presse de la rue
traduit de l’espagnol par Marie Sagaie-Douve

Télécharger - 40 ko

Gabriel Impaglione (Buenos-Aires 1958). Participe à des publications graphiques et électroniques. A publié "Echarle pájaros al Mundo" (poesía, Ediciones Panorama- BsAs- 1994) ; "Breviario de Cartografía Mágica" (poesía, El Taller del Poeta- Galicia- 2002) ; "Poemas Quietos" (Antol. Editorial Mizares- Barcelona- 2002) ; Poemas en e-book "Todas las voces una voz- Editado por Universidad de Educación a Distancia, Madrid, 2002 ; "Bagdad y otros poemas" (El Taller del Poeta- Galicia- 2003) ; Cuento "La manada"- 2do premio Antología Escritores Hispanoamericanos en el Mundo- (Edit. Bellvigraf- Córdoba -Arg.- 2004) ; "Letrarios de Utópolis" (poesía, Linajes Editores- México- 2004). "Cuentapájaros" (poesía, en prensa, Taller del Poeta- Galicia). Ha sido distinguido en varias oportunidades por su labor literaria. Contact : poesia@argentina.com

 

 

James Noël, arpenteur & poète
Dominique Batraville

Lire James Noël relève du plaisir d’entrer en relation avec des colères, des cris, des versets, des miroirs volés en éclats, des portes violentées par de grands matins de poésie.

James a déjà forcé l’issue principale de la poésie contemporaine haïtienne avec son recueil Le sang visible du vitrier, salué par la critique nationale et internationale. Inventeur de nouvelles dynamites explosives et surtout attentif à la grande misère humaine, notre poète est sommé de se dire à haute voix comme deux des plus célèbres saints maudits de la poésie vivante d’Haïti : Davertige et Saint-Aude.


Lire la suite [...]

James Noël

je tends des grappes de lumière
pour fructifier la nuit
et le jour tiré à peine
un gout de raisin s’éveille
sous ma langue
au nom des vignobles
qui savent trinquer les coeurs
à la santé du verre brisé
de l’année qui trepasse
dans les bras d’une autre qui s’en vient

entre filles et garçons de même cours
de même monde
je rends les armes
à vos pieds de soldat sur la terre
soldat du sol à la solde du rêve
soldat du sol sans képit
ni mission de décapiter
la tête de l’eau au chevet de la fleur de l’age

entre filles et garçons
de même cours
de même monde
je rends les armes
et vous recommande
une seule bombe sous le mateau
le mot d’amour

le mot d’amour
pour une redistrisbution de l’amour planétaire

 

à paraître chez Le chasseur abstrait
James Noël - POÈMES À DOUBLE TRANCHANT - poésie - inventeur de nouvelles dynamites explosives et surtout attentif à la grande misère humaine, [James Noël] est sommé de se dire à haute voix comme deux des plus célèbres saints maudits de la poésie vivante d'Haïti : Davertige et Saint-Aude. - Dominique Batraville. Préface de Franketienne.

 

 

Passion et discours idéologique
dans L’astrolabe de la mer[1]
de Chems Nadir
Samir Mesteri

« L’univers semble honnête aux honnêtes gens parce qu’ils ont des yeux châtrés. C’est pourquoi ils n’éprouvent aucune angoisse s’ils entendent le cri du coq ou s’ils découvrent le ciel étoilé. » - L’Astrolabe de la mer, p.86.

Toute parole qui affirme, nie, explique porte sur quelque chose qui est son référent, lequel peut-être réel ou imaginaire. Un discours sur les araignées par exemple se réfère à la classe des arachnides, par contre, un discours sur le pouvoir de l’araignée dans le conte La Montagne de l’Araignée[2]ou sur l’oiseau-conteur dans la fable Nouvelle histoire de l’oiseau-conteur[3]  est un discours passionné. Mais dans les deux cas, on « parle » de quelque chose. Même philosopher sur le vide revient à parler de quelque chose, sinon on ne dirait rien du tout.

Le sens, ou rapport du signifiant avec le signifié est donc distinct de la référence. L’Araignée, (La montagne de l’araignée) n’a pas le même sens pour l’opposant Kadath que pour le « cher peuple » victime des supercheries idéologiques. Pour le Héros insoumis, elle représenterait l’emblème d’un pouvoir corrompu et tentaculaire. La référence est ce dont on parle, le sens ce qu’on en dit, ce qu’on feint de dire ou ce qu’on ne dit pas explicitement - dans le cas de l’ironie antiphrastique[4] par exemple-. C’est dire que le référent passionné n’est pas le monde tel qu’il est, mais tel qu’il est perçu dans une culture donnée ou plutôt dans une idéologie donnée. Ainsi, la gamme des couleurs n’a pas le même sens dans les diverses cultures, le blanc n’a pas la même signification pour un boudhiste que pour un chrétien. De même pour les chiffres, le treize est de mauvais augure pour les uns, mais ailleurs il est perçu comme un chiffre quelconque. La passion détermine donc cette relativité du référent. Elle est chosiste, elles forge de toutes pièces des concepts qu’elles prend aussitôt pour des réalités. Les mêmes termes zindiq (hérétique) [5],  el mokhtara (l’élue)[6], moatazilla[7] (le parti des insoumis), soufis (les mystiques)[8], sunnite (orthodoxes) , communistes, terroriste se réfèrent à des réalités totalement différentes, selon l’idéologie de ceux qui l’emploient. Le mot le plus fluctuent et le plus chargé de passion aujourd’hui est terroriste. Il n’a pas le même sens pour un combattant palestinien que pour un occupant américain ou israélien. Chacun donne à son terme un référent opposé. Le terroriste est toujours l’autre, mais jamais soi-même. De même pour les mots : communiste, juif, arabe, indigène, etc. L’idéologie, est selon le mot de Raymond Aron « l’idée de mon adversaire », mais jamais le « terroriste » ne dira qu’il est terroriste, car en se désignant comme tel, il risque de brouiller, donc de dépassionner son référent idéologique. (1936) Le rôle donc de ce type de référent est non seulement de créer une référence, une réalité parcellaire et sectaire, mais aussi de distiller un message  visant bien entendu l’exclusion pure et simple de l’autre. Bref, il s’agit d’une « communication à hauts risques »[9], car génératrice de passion et de malentendus. Dans ce qui va suivre, Nous essayerons  d’analyser les deux stratégies discursives sur lesquelles s’appuie ce discours équivoque qui tend à créer son propre référent, à savoir l’amalgame et la présupposition.


Lire la suite [...]

 

 

El triángulo de oro
Niculina OPREA

El triángulo de oro

 

Al abrir la ventana
me envuelven los brazos de otro día

me entrego a otro suenoque está esperando
al dorso de las páginas
líneas sentadas al azar


Lire la suite [...]

 

 

Gilbert Bourson : le lierre, la foudre...
Pascal Boulanger

Où sommes-nous, sur quelle scène, dans quelle reprise et dans quelle outrance ? Quel univers de profusion se déploie sous nos yeux, quel Congrès, autrement dit, quelle union / désunion de la langue amoureuse, quelle rencontre possible / impossible avec le monde se lancent sur la page ?

L’écrivain comme l’amoureux, impatiente ses doigts sur l’agrafe d’une description : celle de son désir écrit Gilbert Bourson. Et en effet, à condition de surmonter le nihil du nihilisme, tout fait monde.

D’ailleurs, les vieilles coulisses du théâtre du monde peuvent bien rester les mêmes, il suffit alors de se réveiller de la comédie humaine et de son mortel ennui pour que l’existence, penchée sur le signe, ne soit plus saturée et close. Il suffit de s’arracher au destin tel qu’il s’impose et cette sortie s’inaugure à partir de l’autre – le visage de l’autre – visible et invisible sous son voile ou son masque.


Lire la suite [...]

 

à paraître chez Le chasseur abstrait
Gilbert Bourson nous fait la joie de publier 4 volumes de poésie - Dans la collection ada illustrée par Valérie Constantin, JOIE ROUGE - Dans la collection djinns, CONGRÈS, SONATES et VOIERIES.

 

 

Les cairns m’ouvrent le chemin
Patrick JOQUEL

Télécharger - 70 ko

Lever quatre heures sur le balcon thé aux grillons bien s’hydrater avant de boucler le sac et de longer la côte endormie autoroute A 8 nationale 202 radars automatiques vallée de la Vésubie pierres éclatées sur la chaussée sanglier mâle derrière la glissière lever le pied rien ne presse à part ce désir de marcher parking altitude mille six cent trente mètres clarines dans le sous-bois vaches 

Je marche enfin sous le petit jour premier raidillon premiers rhododendrons en fleurs altitude mille huit cent soixante douze mètres une ombre en mouvement éclaire mon regard le chamois s’immobilise me toise me souffle s’éloigne je continue vallon Sangue marche en ubac seul parmi ce minéral saisi de silence

Altitude 2300 une mince pellicule de glace couvre les flaques plus haut de larges névés s’étalent encore un chamois femelle avec son petit je passe au soleil par le raide et les cailloux soudain le versant capitule et le souffle se détend. Les muscles s’allègent. Une dernière poignée de pas…
Les voilà ![...]


Lire la suite [...]

 

 

Cementerio bajo de la laguna negra
Pere Bessó i González

Aquí la sombra del cielo escarba,
es puramente aproximación secundaria del cielo,
calcomanía del cielo,
estrella que estalla en medio de todas las estrellas más
ordinarias.


Lire la suite [...]

 

 

Alain Robbe-grillet
Glissements de recherche
Stéphane Pucheu

La singularité d’Alain Robbe-Grillet a transformé la littérature française.

A l’heure où les spécialistes voire exégètes du Nouveau Roman y vont de leur plume pour disséquer, une fois de plus, le système robbegrilletien ou ses inventions formelles, un panorama s’impose pour que ce nom soit connu du grand public, un an après sa disparition.


Lire la suite [...]

 

à paraître chez Le chasseur abstrait
Stéphane Pucheu - LE DERNIER HOMME suivi de ÉTRANGE ÉROS - nouvelles - Le dernier homme: A travers cette brève fiction - une longue nouvelle - le narrateur s'imagine, ni plus ni moins, définir les contours de l'homme occidental, de celui qui prétend être le "dernier". En six chapitres et autant de traits particuliers, il représente un personnage qui met en exergue ses sensations, ses impressions, dans des cadres à la fois différents et interdépendants. Pourquoi avoir choisi ces adjectifs précis? Difficile d'y répondre... Ce qui est certain, en revanche, c'est que la structure narrative, très originale, prend comme point de départ la dénomination d'un trait de caractère - auquel succédera un autre - jusqu'à ce que l'ensemble forme une unité subjective à l'extrême. Comme si, dans notre univers technologique, le narrateur semblait signifier, à lui seul, la transcendance de notre humanité, comme s'il posait des questions centrales, telles : Qu'est-ce que l'homme au XXlème siècle? Qu'est-ce que la subjectivité?.

 

 

Roland NADAUS

Roland Nadaus sera au Salon du livre de Paris le vendredi 13 mars après-midi (jusqu'à 18h30).

Chez Soc et foc - pour présenter "La pieuvre qui faisait bouger la mer et Les escargots sont des héros.

Chez Monde Global édition avec Petits contes pour grands-parents
.

 

oOo

L’invention du bonheur

C’était pour inventer le Bonheur : nous projetions des ombres dans les grottes nous peignions des animaus roux de hiératiques signes de chance nous gravions dans la pierre les magies de la chasse et du sexe -tout ce qui rend possible l’impossible Amour.


Lire la suite [...]

L’invention de l’Écriture

L’invention de l’Ecriture date de l’invention de t’Aimer c’est prouvé : il ya des bêtes qui hurlent qui dansent ou qui puent pour s’attirer l’Autre - moi c’est en torchant des pages blanches que j’accomplis le rite : autour de moi en moi ça grouille de mots de sens de non-sens des sons encensent le silence et l’empuent comme mes phrases bavent leur encre à la manière des escargots -sur ta peau. Je suis un homme pariétal.


Lire la suite [...]

La dernière Invention

Qu’est-ce que je n’aurai pas inventé pour toi !Je me suis même inventé moi j’ai posé ma mort devant moi -elle sans que je l’aime mais pour toi.

Arc Feu Pierre tout m’a été donné pour que je te les invente -et l’huile qui brûle encore un peu dans la lampe engourdie.


Lire la suite [...]

L’invention du Passé

L’invention du Passé commence avec notre amour : exister n’existe qu’au présent de toi.

Avant-toi est sans Histoire : dans le Pré-Cambrien de l’Enfance dans le Paléolithique du Baiser je n’étais qu’un fossile vivant.

On nomme cela " Préhistoire " moi je le nomme " Préhistoire de Toi " : quand tu parus le Passé prit soudain sens il partait de toi et menait à nous.

L’invention du Poème

Car le Poème s’invente mais ça n’est pas une invention : le Poème est une découverte qui existait déjà - on l’invente comme on " invente " un trésor.

Ainsi on invente des fleurs des fleuves des monts des insectes des îles -et qui sait :des mots ?-qui étaient déjà et bien avant nous -mais ils n’avaient pas d’existence avant qu’un homme les nomme.


Lire la suite [...]

L’invention de la Tendresse

L’invention de la Tendresse ne se date pas c’est comme celle de la Roue c’est comme celle de l’Enterrement des Morts -de toute façon depuis le Début nous sommes trop fatigués de porter tout seuls notre corps.

Et cependant tous deux nous voulions continuer de marcher ensemble et ensemble et plus loin encore -et pourquoi pas jusqu’à ces villages-mirages qui floutent l’horizon là où le Soleil est trop lourd pour les épaules de la Terre.


Lire la suite [...]

 

 

Reunidos
Rolando REVAGLIATTI
Acuarelas : Susana Giraudo

Télécharger - 170 ko

L’excellent travail de Nostromo Editores en Argentine.

Poemas de Rolando Revagliatti traducidos al francés por Stella Maris García, al portugués por Olga Valeska, Geraldes de Carvalho, Josefina Neves Mello, Iacyr Anderson Freitas, Michele Fonteles, Mardonio Franca, Teresinka Pereira ; al asturiano (o bable) por José Luis Campal ; al italiano por Elena Aiezza, Carla Zancanaro, & a partir de una traducción al portugués de Iacyr Anderson Freitas : Ángelo Di Mauro ; al inglés por Carmen Vasco, Teresinka Pereira, Leticia Balonés. Y dos prosas de R. R. traducidas al italiano por María Luz Loloy Marquina.

 

 

Carmen VASCONES

HANS CHRISTIAN ANDERSEN EN SUS 200 AÑOS

(Dinamarca. Nace en Odense el 2 de abril de 1805 y muere en Copenhague el 4 de agosto de 1875) . Escribió más de 150 cuentos, publicó su primer librillo de cuento “Cuentos de hadas contados para niños”, 1835 ; su obra autobiográficas, “el libro de la vida”, 1833, “El cuento de Hadas de mi vida sin ficcioness” 1847, “El cuento de Hadas de mi vida”, 1858 ;  uno de sus mejores libros de viaje “el bazar de un poeta”, 1842,otros, “Visita en Portugal” 1866, “En Suecia”, 185, “En españa”, 1862-631 “ , 1842 escribió pocas novelas entre ellas está su primera novela “ El imprivisador”, 1835, “Tan solo un ministril”, 1837, “Solo un músico” 1837, , “Las dos baronesas”, “Ser o no ser”, 1857 “Pedro el Afortunado” 1870 ; Aparecen sus últimos cuentos entre ellos “La llave del portal, y “La tía dolores de muela”, 1872. A partir de 1858 adquirió la costumbre de narrar de su propia voz los cuentos que lo volvieron famoso. Sus cuentos y autobiografías han sido traducidos a casi todos los idiomas, llevados al escenario del cine y del teatro. Su voz se hizo universo de la infancia, cambió los códigos de la literatura infantil, hizo los propios. Murió en la casa llamada Rolighed quinta de sus amigos Melchior, cerca de Copenhague donde está enterrado. 

 

UN ACERCAMIENTO AL INMORTAL ANDERSEN

I

Hace 200 años nace el hombre que reconcilia la magia con la realidad : su fantasía, esplendor del decir ; cuento y poesía en el tocador de los labios de la palabra habitante de la imaginación. La orfandad en su pubertad no eliminó el campo de sus sueños aún a pesar de que siempre sintió un algo carecía. Eso no disminuyó ni un ápice su mente creadora.


Lire la suite [...]

 

 

Bribes de Maroc
Arnaud DELCORTE

18.01 Marrakech

Bab Doukkala
Contre le jour
Saignée de passants au goulot

L’indécision d’un troupeau de nuages

Marlboro entre les lèvres
Je dévisage le ciel


Lire la suite [...]

 

à paraître chez Le chasseur abstrait
Arnaud Delcorte - LE GOÛT DE L'AZUR CRU - poésie - Lire Arnaud Delcorte c'est oser aller à la rencontre des garçons sauvages et des mots fauves qu'on ne rencontre que si l'on ose se perdre dans ces contrées où seuls s'aventurent ceux qui n'ont plus rien à perdre parce qu'ils pensent qu'ils ont déjà tout risqué et tout perdu. Le premier poème tout de suite comme une rencontre directe, l'urgence de dire comme l'urgence de baiser quand rien ne saurait s'opposer à ce désir déchirant. Tout arracher soudain des tripes des mots, comme déchirer la peau du corps tout soudain offert. La langue ciselée mord la chair du poème, le rythme est de bouche sèche dans la brièveté hachée du halètement humide qui lèche ses babines. - Francis RICARD, préface. (Postface de James Noël)

 

 

Kakos (extraits)
Émilien NOËL

1.1 La première fois que dieu lui apparut, 2 était en train de se branler devant un film érotique tout pourri. Quelque part, il se sentit violé dans son intimité. Pourtant, au début, il eut bien du mal à identifier ce dont il s’agissait. Il se dit alors que ce n’était rien. Au pire, ce pouvait être un voisin qui s’engueulait avec sa femme, un volet qui avait grincé ou le bruit étouffé d’un disque de Barry White. Un instant, il songea même à retourner à sa petite besogne mais cette impression continua de plus belle. Là, il commença à penser qu’il devait sérieusement être bourré, ou défoncé, ou quelque chose de ce genre. Ce qui l’inquiétait, cependant, c’est qu’il ne se souvenait pas avoir bu ou fumé quoi que ce soit, ni même s’être injecté ou avoir sniffé quelconques substances stupéfiantes. Il fut alors saisi de sueurs froides et sentit ses jambes flageoler.


Lire la suite [...]

 

 

Poèmes
Gilles BIZIEN

1.
d’abord
tes yeux d’enfant le soir
où ils se sont éteints

et puis
le ruissellement le hasard
entrent par la peau


Lire la suite [...]

 

 

Signos vitales
Antonio LEAL

Vuelve el recuerdo que creí perdido
en los escombros que atesora el día ;
cisaña fue de una estación tardía,
oveja del redil que no se ha ido.
 
Vuelve tu nombre como el ave al nido,
igual que al puerto el barco que se iría ;
vuelve la brasa que en rescoldo había,
regresa tu memoria del olvido.


Lire la suite [...]

 

 

Les signes
Margo OHAYON

Télécharger - 170 ko

Au bout de l’aile de la voiture qui reflète les nues, des pointillés limitent le bord de la route. Sur le goudron défilent les traits de peinture immaculée. Un bref espace de bitume interrompt régulièrement la bande interminable sous le pare-choc. Cette ligne chaque fois recommencée est un fil blanc qui se dévide sur la nationale. Sa succession de rectangles opaques indique au pilote la direction à suivre à l’aide de son volant.

 

 

Sébastien AYREAULT
Un ours crevé sous les sapins

L’autre, il habitait deux rues derrière la mienne. L’autre, il sentait la pisse froide et sa mère, une grosse blonde aux cheveux gras et à la graisse de confit de canard, elle courait après son père avec un long couteau de cuisine quand il rentrait le soir, les yeux au ras de la barrique, les doigts cradingues. Ouais, il avait pas de copain le gars Yvelain. Il était comme ces sales cabots du bord des routes qui n’ont connu de la tendresse que les coups de pieds au cul, quand on les croise des yeux à travers les vitres de nos bagnoles, ces sales cabots, et la goutte de plomb qui nous perce alors le cœur. Mais pas longtemps, parce que tout s’oublie à travers les vitres des bagnoles, c’est juste de la tristesse qui roule, qui passe, une ombre, bientôt une tache minuscule dans le rétro, et puis c’est fini, ou plutôt, non, c’est autre chose, déjà, des chevaux… Ouais, à 8 ans, il traînait déjà sa misère le gars Yvelain, il se prenait des gravillons dans la gueule, les filles passaient devant en se pinçant le nez, et moi ça me pleuvait de la pitié d’y penser dans mon lit, juste avant de m’endormir, une pluie qui colle, partout, à me tourner dans tous les sens, et pas moyen de s’en abriter, et un jour, n’en pouvant plus, j’ai décidé que j’allais le tuer, le rayer de l’horizon.


Lire la suite [...]

Cette année-là
c’était la mode du houx

 Alors, avec mon père, on est grimpé en bagnole - l’Alpha 159 blanche - et on est parti en couper dans les bois. Adieu sapin ; welcome houx. Je ne sais pas trop où ma mère avait choppé cette info, peut-être bien dans Femme Actuelle, style, cancer, ascendant vierge : un puissant désir de houx vous stimulera jusqu’au 25… Et ouais ! N’empêche, trois avantages. Trois avantages qu’elle avait lus à haute voix, le doigt au plafond :

 - Moins encombrant, foin des pluies d’épines, et puis, pensez-y les gars, les boules rouges ont rendu l’âme l’hivers dernier…

 Que voulez-vous répondre à ça ?


Lire la suite [...]

 

 

Poèmes
Françoise HUPPERTZ

Télécharger - 40 ko

Ils regardaient leurs jeunes enfants mourir en bas âge et pleuraient et pleuraient en demandant pardon à n’importe quel dieu inventé autrefois. Cela ne fonctionnait plus. La nouvelle Énergie vibrait à une fréquence trop élevée pour leurs cœurs de pierres.

Ils étaient condamnés à vivre sur cette terre d’illusions. [...]

 

Et pour finir en beauté

 

 

Béatrice GARCIA
Jongler avec la réalité, l’abstraire...
Maxime et Annie CINCIO

Jongler avec la réalité, l’abstraire, la faire disparaître pour la recréer autrement, s’en éloigner pour mieux la façonner au rythme des pulsions qui l’habitent, c’est là l’Aventure de Béatrice GARCIA dans l’univers artistique contemporain.


Lire la suite [...]

 

 

Salvatore GUCCIARDO
Poèmes

Géographie évolutive


Le halo de brume
Masque
Le visage de la sylphide
Le spectre
Emane de la tête du cheval

Il dépose
Une ombre ovoïdale
Sur l’axe de la sphère
L’animal s’évanouit
Dans la cartographie nuageuse

La vision est hallucinante
La masse agitée
Toute une énergie
Alimente
Des formes insolites


Lire la suite [...]

 

 

! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue
Jean-Claude CINTAS
Trilogie chantpoètique d’un chaos d’amour
anagramme d’asilE

La colère


Lire la suite [...]

Hôtel des arts à Rémalard (Orne), le 31 janvier 2009

Echanges de dédicaces avec deux lauréats du Prix Goncourt (2007 et 2008) - Lors d’une rencontre, le 31 janvier 2009, à l’Hôtel des Arts de Rémalard (Orne), centre artistique et culturel, magnifiquement restauré, créé et dirigé par Homayoun Minoui, je me suis plié au jeu amical et confraternel d’échanges de dédicaces entre auteurs. Et pas des moindres puisque c’est avec Atiq Rahimi (Prix Goncourt 2008) et Gilles Leroy (Prix Goncourt 2007) que cette passe d’arme à fleurets mouchetés de bons mots, a eu lieu. Tous les protagonistes se sont prêtés au jeu avec sincérité et délicatesse.


Lire la suite [...]

 

 

 


On consultera avec intérêt les textes publiés librement dans notre rubrique  Publication libre.

Les Cahiers de la RAL,M, c'est une revue "en papier" éditée et diffusée par nos soins.

Numéros thématiques, anthologiques ou consacrés à un auteur, leur objectif est de communiquer le travail des auteurs publiés ou non par le Chasseur abstrait.

C'est un formidable outil de communication. La tâche est rude, on s'en doute, mais nous nous y sommes attelés sous la direction de Valérie Constantin qui a assuré la coordination du nº 3 "Femme(s) & Créativité". Benoît Pivert & Pascal Leray ont respectivement dirigée le nº 10 "Littérature et homosexualité" (à paraître) et le nº 9 "Ceci n'est pas une série". Certains auteurs ont pris en charge le numéro consacré à leur oeuvre : Patrick Cintas avec le nº 5 "La Vieja" et Pascal Leray avec sa "Sériographie", nº11 de la série. Dans le cadre du projet anthologique annoncé il y a déjà belle lurette, le Cahier "Haïti" - nº 8 à paraître - est un chef-d'oeuvre. D'autres anthologies sont en préparation : Littérature hispanique, Mallarmé, Organiser le chaos, etc. Des années de travail, sans doute.

Comme le signale espérons-le justement Francisco Azuela, ¡ya hacemos historia!

 

 

  RENDEZ-VOUS
AU SALON DU LIVRE
DE PARIS
Cahier "HAÏTI"
A sa manière l'entreprise que réalise ce livre est plus qu'un dialogue, plus qu'un échange, c'est une communion, un repas pris en commun autour d'un seul et même menu : Haïti et l'amour, l'amour entre les êtres , l'amour de son pays d'origine.Certains auteurs qui figurent dans cette revue ne sont plus à présenter. Ils sont connus et souvent traduits dans plusieurs langues et de toutes façons, ils ont déjà essaimé et la jeune génération s'en est nourrie. Il faudrait peut-être alors s'attarder sur les nouveaux venus, ceux qui ont 20 ans ou à peine plus. Je ne pense pas froisser des susceptibilités en disant des textes offerts ici qu'ils font honneur à leurs aînés et qu'ils sont porteurs de fruits savoureux.

Ce cahier de plus de cinq cents pages se propose de donner une idée de la création artistique en Haïti après les années 1920. Malgré cette limitation, le projet paraît encore presque utopique, vu la richesse de la production littéraire et picturale dans ce pays depuis cette époque. Mais en segmentant l'histoire des réalisations artistiques et littéraires par générations d'âge, les concepteurs de ce document ont fait preuve de réalisme et d'efficacité, leur entreprise acquiert une véritable crédibilité et force l'admiration. Ce faisant ils instaurent un dialogue entre les générations: Génération 1, Années 20-40; Génération 2, années 50-60; Génération 3, Années 60-80. - Jean Métellus - Préface.

 

 

  RENDEZ-VOUS
AU SALON DU LIVRE
DE PARIS
Homosexualité & Littérature
...bien que passée obstinément sous silence par tous les manuels scolaires se targuant de présenter la littérature des classiques grecs à nos jours, l'homosexualité est présente dans les textes dès l'Antiquité. Si Le Banquet de Platon et le Satyricon de Pétrone comptent parmi les œuvres les plus connues, il conviendrait, certes au mépris des frontières entre genres littéraires, de faire figurer à leurs côtés les Epigrammes érotiques de Martial. Plus tard, en Occident, il faudrait ajouter, entre autres, les poèmes homosexuels de François Villon (1431-1463). Ce que l'on ignore souvent, c'est la multitude de poètes du domaine juif et arabo-musulman inspirés par la beauté des garçons. Abou Nawas au IXème siècle (Le vin, le vent, la vie) est sans doute le nom le plus connu mais c'est surtout au XIème siècle que l'on assiste dans la poésie galante andalouse de langue arabe à une éclosion du genre et au XIIème siècle que les poètes juifs dans l'Espagne chrétienne puisent aux mêmes sources esthétiques, le plus célèbre d'entre eux étant peut-être Abraham ibn Ezra Judas Halévy. Il était difficile d'être exhaustif pour le Moyen-Âge, cela devient parfaitement impossible pour les siècles suivants. On peut citer parmi les écrivains homosexuels l'Anglais Christopher Marlowe (Edouard II) (XVIème siècle), le Français Théophile de Viau (XVIIème siècle), forcé de se convertir au catholicisme et de vivre caché en raison de ses mœurs. Au XVIIIème siècle, le libertinage n'est pas l'apanage des hétérosexuels. La revendication de la liberté de la chair ignore souvent la différence des sexes, ce qui se reflète à la fois chez Sade mais aussi dans les écrits anonymes réunis par Patrick Cardon (Bordel apostolique, 1790[2] et Les Enfans de Sodome à l'Assemblée Nationale, 1790[3]). Au XIXème siècle, les personnages littéraires homosexuels – encore rares – ne sont pas l'apanage d'écrivains homosexuels, que l'on songe à Vautrin chez Balzac ou aux lesbiennes de Baudelaire, toutefois les penchants homosexuels d'écrivains comme Oscar Wilde ou Verlaine ne sont un mystère pour personne. Si les écrivains homosexuels masculins du XXème siècle sont suffisamment connus pour que nous n'ayons pas à les énumérer, profitons-en pour souligner ici le développement durant ce siècle d'une littérature lesbienne avec Natalie Barney, Radclyffe Hall, Vita Sackville West et plus tard Violette Leduc, Geneviève Pastre, Jocelyne François et bien d'autres encore. Benoît Pivert - qui dirige ce numéro.
Le Portail du Chasseur abstrait a commencé il y a plus de dix avec les sites de ses créateurs :

[Valérie Constantin] & [Patrick Cintas]

Ces deux sites sont en constante évolution. On peut les consulter [ICI].

Valérie Constantin & Patrick Cintas ont été rejoints il y a peu par Pascal Leray qui entretient un blog richissime que nous vous proposons de découvrir. Vous pouvez y participer librement.

À noter que les auteurs publiés par Le chasseur abstrait peuvent disposer de notre hébergement pour installer leurs sites officiels s'ils le désirent.
Blog de Patrick Cintas
! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue
L'idée d'enfermer le monde dans un bocal pour que les autres puissent le contempler à travers les imperfections de transparences héritées de choses aussi bornées que la langue, la littérature, est sans doute la première qui vient à l'esprit quand le moment est si mal choisi d'annoncer qu'on a décidé de devenir écrivain. Annonce faite à soi-même d'abord, rarement avec autant de sincérité auprès des autres, leur farouche opposition est un avertissement. L'effort d'abstraction venait de cette lutte où l'allégorie servait de prétexte à l'analyse qui détectait en vous une ironie prometteuse de conflits sinon insurmontables du moins destructeurs et par conséquent mesurables. Que de temps passé encore à appliquer des lois apodictiques aux gouttes de sang versées dans ces inutiles mais inévitables conversations de tous les jours! Le prix fut exposé sur la porte de votre chambre. Vous n'entriez plus dans les lieux de votre chance sans calculer la croissance phénoménale de cette nouvelle existence. Il s'agissait bien de raconter une histoire qui ne fût pas seulement la vôtre.

Le Portail du Chasseur abstrait héberge d'autres sites d'intérêt : Galerie Artistasalfaix - galerie d'art actuellement indisponible pour cause de maintenance.

Bortek - site de théâtre en attente de propositions sérieuses.

Dictionnaire philosophique de Voltaire - un des grands succès de notre site (plus de 3000 téléchargements quotidien) - On peut lire cet énorme ouvrage en ligne et télécharger l'oeuvre intégrale au format PDF.

Sur Blogg.org - un blog de nouvelles pour diffuser aussi sur d'autres canaux moins spécialisés.
Voir le [Accueil].
Nous vous invitons à découvrir ce mois-ci le Dictionnaire philosophique de Voltaire (lecture en ligne et téléchargement gratuits).
Dictionnaire philosophique
de Voltaire
Le philosophe n'est point enthousiaste, et il ne s'érige point en prophète, il ne se dit point inspiré des dieux; ainsi je ne mettrai au rang des philosophes, ni l'ancien Zoroastre, ni Hermès, ni l'ancien Orphée, ni aucun de ces législateurs dont se vantaient les nations de la Chaldée, de la Perse, de la Syrie, de l'Égypte et de la Grèce. Ceux qui se dirent enfants des dieux étaient les pères de l'imposture; et s'ils se servirent du mensonge pour enseigner des vérités, ils étaient indignes de les enseigner; ils n'étaient pas philosophes: ils étaient tout au plus de très prudents menteurs.[...]

Distinguons dans tout auteur l'homme et ses ouvrages. Racine écrit comme Virgile, mais il devient janséniste par faiblesse, et il meurt de chagrin par une faiblesse non moins grande, parce qu'un autre homme, en passant dans une galerie, ne l'a pas regardé: j'en suis fâché, mais le rôle de Phèdre n'en est pas moins admirable.[...]

Voir aussi Wikipedia

Services gratuits
Les outils de communication du Portail du Chasseur abstrait sont très utilisés en ce qui concerne: [S'inscrire à la newsletter] [Recommander le site] [Contact]. Voir le [menu en haut de page], dernière ligne. Ces outils sont en effet communs à tous les sites. On a l'habitude de s'en servir et on en mesure très bien l'utilité.

Une explication s'impose :
Communiqués de Presse [Communiqués de Presse]
Le CP, communiqués de Presse, est sans doute l'outil de communication le plus efficace et le moins onéreux. Ce qui explique sa très fréquente utilisation par tous ceux qui souhaitent communiquer des informations publicitaires ou autres.

Nous recevons nous-mêmes par email quelques dizaines de CP chaque jour - sans nous plaindre de cet assaut quotidien qui ne constitue en rien un abus à nos yeux. C'est bel et bien de la communication venant d'éditeurs et d'auteurs qui souhaitent à bon droit faire passer une information sur le média inconstestable qu'est notre Portail du Chasseur abstrait.

Hélas, nous ne pouvons assumer la tâche considérable qui consisterait à mettre en ligne, chaque jour, ces nombreux et utiles CP.

Nous mettons donc à la disposition de ceux qui souhaitent faire passer leur message un outil facile d'utilisation et efficace en toute liberté - à savoir notre système de "Publication libre"...

 

 

Nouvelle RAL,M

Chaque mois, une page éditoriale

Octobre 2010. La nouvelle RAL,M est née. Qu'est-ce qui a changé? Et bien le Chasseur abstrait a maintenant son propre site. Les catalogues et les nouvelles des auteurs publiés sont donc transférés dans ce nouveau site. La RAL,M revient a sa vocation première : la publication en ligne et les revues "papier". Et redevient entièrement le chantier littéraire et artistique dont les auteurs, quels qu'ils soient, ont besoin. Et c'est aussi l'endroit où Le chasseur abstrait rencontre ses futurs auteurs. Pour plus d'informations, consulter la nouvelle ligne éditoriale de la RAL,M :

Ligne éditoriale : 

 

2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -