Sites associés :


Revue en ligne
dimanche 19 novembre 2017
Revue d'art et de littérature, musique
Directeur: Patrick CINTAS
Éditeur: Le chasseur abstrait

Serge MEITINGER

Le droit de choquer
Le principe cardinal qui permet d’associer le plus harmonieusement possible la liberté de conscience et d’opinion avec la liberté d’expression, quand il s’agit de foi, pourrait s’énoncer ainsi : « Respecter les croyants, ne pas ménager les croyances ! ».

Il y eut l’affaire des caricatures danoises de Mahomet, puis le discours de Ratisbonne où le théologien Ratzinger supplanta un bref moment le pape Benoît XVI. Puis il y a la fatwa, toujours en vigueur, lancée contre un professeur de philosophie de chez nous, Robert Redeker, qui doit se terrer pour ne pas être exécuté par des forces aussi obscures que haineuses. Les deux premiers « événements » ont provoqué les réactions que l’on sait : immenses mouvements de foules « spontanés » dans nombre de pays musulmans, accompagnés de multiples dégradations d’édifices civils et religieux, d’assassinats d’infidèles. Le troisième n’étonne pas encore assez : comment en notre douce France, en notre belle Europe, en 2006, est-il possible qu’un individu, quel qu’il soit, doive se cacher pour échapper à une vindicte d’ordre religieux se parant du droit divin et qui exige sa mort ? C’est là un scandale, si le mot a encore un sens !


Lire la suite [...]

oOo

Nouvel Espace d'auteur.


Serge MEITINGER
Librairie du gay savoir
libres chroniques
Une tradition célèbre, celle de l’amour courtois qui ennoblit notre moyen-âge, a privilégié entre toutes la quête d’un savoir qui serait instituteur et gardien de la joie. Il fut appelé gaïa scienza ou gay savoir. Un philosophe de la fin du XIXe siècle a voulu faire renaître cette tradition et étendre cette inspection, roborative et joyeuse, à l’entière connaissance de l’être et du monde. Il nous a révélé ainsi un Socrate qui souhaitait autant s’exercer à la danse qu’à la dialectique et ne méprisait pas le rire. Ceux qui, en des contrées assez éloignées de la nôtre, ont accolé le terme de gay à une orientation sexuelle singulière et largement dévalorisée ont, me semble-t-il, tourné leur attente vers la même source. Ils souhaitaient opposer une certaine fantaisie et l’esprit artiste d’un groupe encore et toujours persécuté à la rigidité fermée et carrée de ceux qui se prétendaient sérieux, normaux et réguliers : straight. Une culture est née qui ne saurait renier son origine et elle a produit, depuis plus d’un siècle, ce que produit une culture : des comportements, des signes de reconnaissance, des modes de vie et des analyses de la vie, des systèmes et des œuvres. Une importante bibliothèque que nous souhaiterions librement explorer accompagne ce développement vivant. Qu’il puisse en résulter aujourd’hui, au croisement de l’histoire, du sexe comme éros et du désir même de savoir - libido sciendi -, la défense et l’illustration d’une aspiration intellectuelle et affective, esthétique et éthique, enfin mise à la hauteur des grands ancêtres de l’amour occidental, me comble de joie !
Ahmad al-Tîfâchî - Les Délices des coeurs ou ce que l'on ne trouve en aucun livre.

â€Å“Ce qui fait le plus plaisir, c'est de laisser choir la virilité.†Il voulait dire par là : laisser tomber la pudeur. Tel est l'aveu d'un vénérable cheikh (qui a tout de même fait sortir les jeunes gens avant que de livrer ainsi sa pensée) et telle est la motivation principale de ce livre. L'auteur, Ahmad al-Tîfâchî, né en Tunisie près de Gafsa, à la fin du XIIe siècle, fut un juriste et un érudit qui voyagea beaucoup, en Égypte et en Syrie en particulier ; il mourut au Caire en 1253. Son propos est ici de divertir mais aussi d'instruire sur certains aspects voilés de l'humaine nature et les dessous d'une civilisation islamique qui ne veut affirmer que son orthodoxie... Lire la suite [...]

oOo

Publications: Université de Pittsburgh - Le chasseur abstrait.


Revue L'ancrage & RAL,M
L'étranger

Édition: Université de Pittsburgh
Numéro spécial de la revue L'ancrage
automne 2006 - 508 pages

Nous sommes heureux de vous annoncer que L'étranger est paru, édité par l'Université de Pittsburgh sous la houlette de la revue L'ancrage avec la collaboration de la RAL,M.

Préface de Nacer KHELOUZ
I - L'INCONSCIENT - FIGURES DE L'AUTRE: 1. La septième seconde - Extrait de Saetas ! 2. Denise PELLETIER - L'étranger. 3. Benoît PIVERT - Le partage de minuit. 4. FLORES-KHELOUZ - Un bout de pellicule. 5. Artur SILVESTRI - Venise sans Isadora. 6. Pascal LERAY - Araignée - Enfer - Fragments d'un carnet barré. 7. Patrick CINTAS - Fragments d'une conversation fragile.
II - MOI - FIGURES DE SOI: 1. Peter H. BEAMAN - Strange immediate. 2. Benoît PIVERT - Étrangère parmi les autres. 3. Kathy FERRÉ - Poèmes. 4. Françoise HUPPERTZ - Poèmes. 5. Nacer KHELOUZ - De mon étrangeté, ma raison d'être. 6. Patrick CINTAS - Psychologie de l'injection causale. 7. Les menteurs - Extrait de Satetas ! 8. Serge MEITINGER - À l'épreuve de l'étranger. 9. Stefano LAZZARIN - Visages de l'autre. 10. Basidiki KAMAGATE - L'équipe.
III - L'HISTOIRE: 1. Francisco AZUELA - Mythe sans voix. 2. Malick NDIAYE - Le temps des Toubabs. 3. Marta CYWINSKA - Déportée. 4. Patrick CINTAS - Dix mille milliards de cités pour rien (I à IV) - récit extrait du Tratactus Ologicus, romans. 5. Rachid DZIRI - La conscience tragique et l'étrangeté de l'être. 6. Immobilis. 7. Robert VITTON - La commande (6 actes). 8. Victor A. GRAUER - Aliens among us (3 acts).
IV - LA TERRE: 1. Malick NDIAYE - Mirage - Noirs clichés - Traces - Transe - Zion. 2. Habiba DJANINE - Le Paris de liberté. 3. Ignacio M. SANCHEZ PRADO - Poesía para nada. 4. Christophe FORGEOT - Nous devons chanter. 5. Robert VITTON - Le piéton - L'exilé. 6. Patrick CINTAS - La mort d'Ulysse. 7. Nacer KHELOUZ - De semblables impuissances.

Nos remerciements vont à Nacer Khelouz, Valérie Constantin, aux auteurs ainsi qu'à l'Université de Pittsburgh, le département de français et italien, Phil Watts, Monika Losagio, the School of Arts and Sciences, Alberta Sbragia et CWES (The Center for West European Studies).

oOo

 


Marie SAGAIE-DOUVE
d'un silence, l'autre

Le soir ivre empli d´une clarté d´azur
vacille à la fenêtre et commence à chanter.
Les vitres brisées, du sang sur la figure,
il entre, contre mon horreur il vient lutter.
Ingeborg Bachmann

 

L’écriture ouvre des mots

entend les trous des silences

éprouve ces obscurs vides

ne sait où naître ankylosée

par des peurs en arrière

S’invente la chute

l’intérieur du silence

 

Un moi se décompose

des structures se brisent

la colonne s’effondre

On a du mal à voir au loin

la brume

puis le sol se dégage

jonché de plaies de cicatrices

 

Des glas sourdement

larmes par à-coups

soif de l’autre silence

il suit le fil blanc

glisse sous la plume

Le corps des mots

en vient aux mains

 

Ce texte pour introduire, ce que d’autres analyseront sur un plan sociologique, en observant le tournant du XX°siècle : « ...les prisonnières du silence prennent peu à peu la parole » [1] (315). Mais un même constat s’impose pour l’écriture contemporaine, où l’on remarque : « L’insistance des femmes sur la représentation de leur corps (...) : il s’agit, par l’art et le symbolique, de récupérer une voix trop longtemps confisquée » [2] (86).


Lire la suite [...]

oOo


Atelier d’écriture
de Rodica DRAGHINCESCU

L’atelier d’écriture est un lieu du réel et de l’imaginaire, où l’on écrit pour le plaisir/ besoin d’écrire, où l’on se laisse guider vers les différents territoires de l’âme et de la mémoire. Dans un atelier d’écriture on construit, on déconstruit, on reconstruit le temps et l’espace intérieurs de l’émotion, on anime et on prédestine l’efficacité de l’acte d’écrire. Un atelier d’écriture symbolise la sensibilité et la liberté de l’esprit créateur. Ici, on stimule le talent, on apprend la puissance de l’acte créatif, la magie des mots, on prend conscience que l’écriture adopte des rêveurs-solitaires, se laissant adopter, à son tour, par la solidarité des solitaires-rêveurs. L’atelier est une sorte de « dispositif artistique ».

Ouvert aux adolescents et aux adultes, l’atelier d’écriture de la médiathèque Jean Morette, d’Amnéville, en Lorraine, se déroule chaque vendredi, sauf les jours fériés. De six à douze personnes se réunissent régulièrement pour y écrire.


Lire la suite [...]

Accès direct à l'Atelier 
avec en ce moment Roland RUTILI, Maxime DROSS, Sylvie SIMONELLI & Rolande SCHARF.

oOo


La couleur de la parole
Peintures de Dorothea FLEISS

Présentation de Rodica DRAGHINCESCU

Le but de l’Art est de figurer le sens caché des choses et non leur apparence.  (Aristote)

La peinture nous révèle le son poétique des couleurs. La poésie nous peint la sonorité des âmes.

Vie et mort, paix et guerre, amour et tristesse, enfer et paradis, voici la terre et le ciel, la chair et l’os, l’énigme et la certitude de toutes les couleurs et les rhétoriques unissant peinture et poésie. Langage abstrait ou concret ces deux arts sont destinés à vivre ensemble, à communiquer entre eux par un réseau sinueux de correspondances. L‘art visuel et l’art scriptural ont une faculté illusionniste, disait déjà Platon. Ils séduisent l’œil qui y plonge. Une fois plongé dedans l’œil connaîtra le plaisir des sens... Deux arts intimement liés, la peinture et la poésie dialoguent sur le réel et l’imaginaire.

Une poésie est comme une peinture, Ut pictura poesis- suggérait Horace dans son Art poétique. La peinture se traduit miraculeusement en poésie et la poésie se réfléchit souvent en peinture. Parce que l’une est déjà en l’autre et vice versa, d’où leur substance miroitante : la poésie renferme du pictural et la peinture contient du poétique.

Pour Dorothea Fleiss, la couleur de la parole est un a priori avec lequel elle compose au quotidien. Son œuvre est riche et polymorphe. Le pinceau s’attache à la traduction de la lumière ou de l’obscurité d’une pensée, d’un sentiment ou d’une atmosphère. La couleur chez elle ne représente plus quelque chose d’identifiable à la réalité, elle ne parle plus sur le réel tangible ou sur l’imaginaire des idées. C’est plutôt une couleur qui se raconte à travers des mouvements non figuratifs. Héritière des impressionnistes, des cubistes, des futuristes et des néo-idéo-réalistes à la fois, mêlant figuration et abstraction, ses créations sont oniriquement colorées.

Peignant contre toutes habitudes et conventions, la main de l’artiste s’exprime sans souci de plaire ou de nuire aux autres. Pour répondre au désir de peindre, Dorothea dirait même « à mon absolue nécessité ». Elle peint dans un esprit de totale liberté car pour elle, la figuration n’a pas de raison d’être. Elle n’est qu’une barrière aux émotions. Ses gestes dynamiques font partie d’un voyage plein d’impressions fortes. Ils explorent les chemins d’une quête picturale sensuelle, parcourant et décryptant les paysages et les états d’âme en randonnées spirituelles. La technique de Dorothea Fleiss utilise la géométrie et la topographie d’une idéation bouillonnante. Chez cette jeune peintre l’inspiration est faite de choses et d’êtres sans contour, mais baignés de lumière, renouvelés chaque fois par l’œil du temps, par celui qui regarde et touche l’essence de l’image.

Un monde en mouvement, qu’il soit terrestre ou cosmique. Rythmes de différentes couleurs, lignes précises ou fougueuses... La dynamique du pinceau de Dorothea Fleiss révèle les métamorphoses des proportions et des contenus. Cette mouvance est la source à laquelle elle puise l’essentiel de son inspiration.

Rodica DRAGHINCESCU


Lire la suite [...]

oOo

News

La RAL,M avance, Le chasseur abstrait croît.

 

Pas de chroniques des livres reçus ce mois-ci et pas de numéro le mois prochain.

   En effet, la RAL,M et Le chasseur abstrait retournent en France, à Mazères, près de Toulouse. Nous avons besoin de ce temps pour réinstaller nos bureaux et notre atelier de fabrication. Ce qui ne changera rien au site. Il faudra bien sûr prendre note de notre nouvelle adresse postale et de notre nouveau numéro de téléphone.

   Nous vous informerons de la date d'installation. En attendant, utilisez nos données en Espagne (ci-dessous).

   Notre courrier électronique conserve ses paramètres.

   * Le prochain numéro sera donc mis en ligne le 15 mars; entièrement consacré aux chroniques des livres que nous recevons.

   ** Le numéro d'avril explorera le thème "Femme(s) & Créativité". Avec la publication du Cahier de la RAL,M nº3 et l'édition de plusieurs livres dans les collections djinns et ada. Voir.

   *** Nous reprendrons la mise en ligne des textes proposés en mai.

   Un bon nombre de manuscrits sont actuellement en lecture pour publication dans une de nos collections "papier". Ce qui promet de belles nouveautés et surtout de lancer efficacement notre activité d'éditeur. Activité qui constituera cette année l'essentiel de notre effort. Avec beaucoup de patience et de réflexion.

oOo

 

Espaces d'auteurs. Nouveautés

 

 Avec l'arc noir de Pascal LERAY
Jazz
20 mn de récitation et de musique. Un des meilleurs travaux de Pascal LERAY: Travailler dans l'impardonnable. Ciseler les vers à soie. Rechigne, rechigne, vers quelque choe de sacré, de sacré, un poète récent à écrit un recueil intitulé « Récitatif ». Jacques Reda a raison d'intituler Récitatif. Rien d'autre à faire vraiment, et ici même avec la conscience bonne de n'avoir jamais travaillé. A rien. On n'est jamais sorti du rien. On ne sortira pas. C'est tout le foutre flambé de ce soir.

 

 Le zinc de Robert VITTON
Les muses
Sous le linteau: Ô petites muses, petites putes buissonnières à la langue verte, petites garces des corridors aux mimines molles et moites, petites fées infidèles des remparts, petites emplâtres belles à mouler, petites masques musquées à peine fendue, petites dévergondées des marelles, petites frangines au bilboquet fourrées de malice, petites saintes qui ne guérissiez de rien, réglées comme du papier à musique, je vous buvais au goulot jusqu'à la lie, jusqu'à la liqueur, jusqu'à la folie douce, jusqu'à la mélancolie. Les plumes

Le zinc du prosateur: Souffler dans l'encrier. A tous les temps, m'sieur? Je souffle, tu souffles, il souffle, nous... Ne soufflez pas! J'ai soufflé dans l'encrier. Ah! tu es beau! Des violettes sur la figure, sur les mains, sur la blouse. Une encre indélébile, tu entends? Au nom du Père, et du Fils et du Saint-Esprit, Amen! Le front - je pense -, la panse - à remplir celle-là -, les épaules - sans fatiguer ces deux-là-. L'encre dans le bénitier... C'était moi. Les pleins, les déliés. Formez vos lettres! Souple, le poignet. Pas de ratures! Levez le nez! Des pieds de mouche, des pâtés! On s'applique, nom d'un chien! J'en aurai suée de la ponce, marchands de grand'croix et de bannières, bimbelotiers du temple de Mémoire! Pilate s'en lave les pognes. J'en aurai pissés des jets de toutes les couleurs! De la bleue? Je me passe sous silence.

 

oOo

 

 Philippe BRAY
Dans le décor de l'aperçu  Nouvel album de chansons. La plupart des jours  Nouveau recueil: Ce second recueil de poèmes forme comme une série de petites histoires surnaturelles, réalistes et parfois surréalistes, où domine une idée forte: la relation entre la nature, l'homme et l'artiste.. opus7017 Un dimanche matin... - 16'20. Le chef cuisinier et l'étudiante C'était une jeune étudiante charmante, romantique et timide. Elle allait épouser un chef cuisinier. Lui et moi avions travaillé ensemble dans des salons en région parisienne : j'étais alors maître d'hôtel.

 

 Rolando REVAGLIATTI
Poemas Si es que fuera posible confortarse /con un paisaje montañoso o su recuerdo /con la relectura de un poemario /o su reescritura.

 

 François VILLE
Objet de haine et de désir  Chanson: Un corps sculpté pour la petite mort /On prétend que c'est une nymphomane.

 

 Cristina CASTELLO
Nom nu, verbe pur - Entretien avec CLAUDIA SOSA LlCHTENWALD Je travaille comme journaliste, mais je suis contrebandière. De poésie.

 

 Patrick CINTAS
Chanson d'Ochoa - Chant 16Et Dieu dans tout ça ? - Dieu courait lui aussi, mais parce qu'
Il était dans l'Homme. Il ne l'aurait pas suivi, n'étant nulle part
Ailleurs que dans cet Homme conçu pour être un homme-dieu.

 

 Janvier YEMELE
Le pétrole et les hommesTrop cher pétrole, /voici ce que je croyais être ton rôle : /Alimenter le réchaud /qui nous rend le repas chaud, /alimenter la lampe pour l'éclairage /de notre entourage, /alimenter un véhicule, /(quoiqu'il avance et notre entendement recule). 2 contes africainsUn jour, commença une querelle entre PALINE le cafard et JUIS le lézard. GATOULE la poule, voisine des deux protagonistes observa la querelle avec peu d'intérêt tout en se disant: Après tout ce n'est qu'une petite palabre! En quoi ça me concerne? La palabre s'intensifia.

 

 Jean-Michel BOLLINGER
Commencement Elle-même au début, ne s'était aperçue de rien, avait ignoré la première rencontre. Tout s'était produit à son corps défendant.

 

 Oscar PORTELA
Dos poemas Un hombre sin piél. Tres poemas de 2007 Mi corazón - La fuerza - Infancia Poemas esenciales de Portela vertidos al Catalán por Joan Navarro El creciente interés por la obra poética de Oscar Portela, se refleja en estos textos vertidos al Catalán por Joan Navarro.

 

 Alain LE ROUX
Poèmes Mais… /Le grand livre /De la vie /Ne parfume plus /L'encre du savoir, /Des pages simples...

 

 

Prochain numéro le 15 mars 2007.

 

 

 

 

2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -