Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Poésies de Pascal LERAY
Variables du repli

[E-mail]
 Article publié le 17 mai 2014.

oOo

Variables du repli. La nuit est finissable.

L’absence de nuit aussi est finissable. Les variables du repli sont à ce prix.

Une course de Formule 1. Et toi, tu te replies.

Tes doigts sont des moissonneuses-batteuses quand ton esprit pourrit en terre. N’atermoie ni le pli ni le repli.

Explique ce qui varie. Va et perce le mystère de pli - de repli - de re-irpli.

...multiples qui divisent la nuit... explorent...

Mais sache s’il y a quoi que ce soit à explorer ! Il se pourrait que non, enfin.

Enfin. Tu as percé ta piètre condition. Piètre consolation. Tu consolides quoi, comme ça ?

Rien. Mais replie. Et vois.

Pli. L’œil s’étire lent. Repli. L’œil se referme lentement. Le Grand Prix d’Australie. Il touchait à sa fin.

Toi aussi, moteur larvaire. Touche à ce qui te reste de fin.

Tu poses tes doigts sur le mur pour le sentir vivre. Lui aussi, tu voudrais qu’il se replie. On va le bombarder.

Le repli est tactique. Le pli est stratégique. Il faut que tu te mouches entre tes doigts.

Variables du repli. Tu penses que ton lit est un champ de bataille. Les armées ennemies sont d’abord tes organes.

Ta vésicule biliaire est pour déclarer forfait. Tu vois tes doigts comme des fusées qui brûleront la nuit.

Comme des tours de châteaux-forts où l’on séquestre des princesses. Tu pourrais demander à ton ventre : " Quel siècle est-on ? "

Il ne répondrait pas. Te souviens-tu du jour où ton ventre te disait " Adieu ! " comme s’il allait réellement partir ?

Plié et replié, ton corps est une serviette. Née pour des lèvres, pour des appétits.

Tu devrais te souvenir qu’il y a un apéritif.

Mais non. Tu préfères obstruer ton esprit. En incendiant les barricades, par exemple. En bombardant le sol. Essuie.

Une défaite. Le sol. Multiplient essuyer.

Mais le multiple du repli ne fait que diviser et contracter. Concasser.

Confroissier. Tes doigts sont des chats-châteaux.

Et la course allait bien mal cette année-là à cause de la pluie qui battait de travers, empêchant tout commencement.

À deux heures du matin, heure française, ils n’allaient toujours pas partir. Et tu te disais " pli pli pli pli pli pli pli pli ".

C’était indécent de se dire " pli pli pli pli pli pli pli " comme ça. Pourtant.

Il est des indécences qui se perdent.

Dans un

pli

un contre-

pli -

ire fois pli égale irpli

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -