Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Intervalle intermède
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 25 septembre 2012.

oOo

« Vous ne donnerez rien si on ne vous demande rien ! » Le gosse qu’il voussoyait avait envie de répondre : « Et si on me demande quelque chose, je le donne ? » Ils ne se comprenaient pas et elle les observait comme si elle était décidée à ne pas intervenir dans le cas où les autres recommenceraient leur manège. J’étais dans l’arbre, prêt à lancer la balle. Félix attendait, les mains en avant. Pour une fois, il ne s’impatientait pas. Il avait choisi d’attendre parce qu’il savait qu’il se passait quelque chose et que j’en étais le témoin. Sans cette balle dans les branches, il ne se serait rien passé pour nous. Nous avions vu les Gitans frapper au portail. Le gosse leur avait ouvert et il les avait écoutés avec une attention courtoise ou sans feinte. D’ici, il n’était pas possible de lire ce qui arrivait à ces visages. Il n’avait pas refermé le portail et était revenu quelques minutes après avec un sac dont il avait noué les anses. Pendant ce temps, un des Gitans m’avait sourit d’un air de dire qu’il avait de la chance, mais que ça n’allait peut-être pas durer si le père de cet enfant se ramenait pour leur intimer l’ordre de déguerpir en vitesse. Ce n’était pas arrivé. Il reçut la poche avec gratitude. Les autres s’inclinèrent aussi. Mais le gosse avait envie d’engager une conversation avec eux et ils n’étaient pas disposés à prendre ce risque alors qu’ils avaient eu de la chance jusque-là. On les sentait gênés de constater que le gosse ne comprenait pas leur hâte. Il les suivit pendant quelques mètres. Ils le distancèrent rapidement. Ils fuyaient et le gosse prit alors conscience qu’il n’était plus seul. Son père arrivait. À ce moment, Félix shoota la balle qui entra dans le feuillage d’un eucalyptus. Le portail se referma et je grimpai dans l’arbre. Je les vis parler de ce qui venait de se passer. Et elle apparut en culotte sur la terrasse fraîchement inondée. Elle tenait un verre dans une main et l’autre main était nonchalamment posée sur la hanche. Elle ne dit rien. Puis son regard se posa sur moi et elle me salua en secouant le verre. « Quel dommage que t’as pas pu voir ses yeux ! » me dit Félix quand on s’en alla jouer ailleurs.

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -