Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Extraits de : Qui ? Roman ?
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 21 juillet 2019.

oOo

Assis sur ses genoux les miens sa main sur ma cuisse la mienne la chaise et le choc de la vie usure les mots les phrases sur nos vies sur nos cuisses peut-être béquilles le dossier sur lequel son dos s’appuie peut-être le dossier même avec vertèbres ou vortex allez savoir les mots ce qu’on dit qu’on invente pareil au même quelles inventions quelles et quelles mêmes chocs caresses baisers usure événements lac de montagnes ou pins maritimes au bord d’une route tous les bords de route donc tous les bords et bêtes écrasées à bord de la vitesse de la vie le monde prit sur ses genoux sa main sur ma cuisse sa langue allez donc ma main sur sa elle ses genoux ses seins ma blessure après conquête du buisson du lieu où membres se tordent se mélangent suent caresses genoux cuisses écarts le je dans l’écart le bel écartement quand belle est la campagne les arbres coupés par l’œil désappointé sur la langue dans l’intimité chaulasse chaude enfance caresse saccade lapin de garenne amoureux du fusil de l’amour cette joute qui jouit ce moi là le jour dans les persiennes du jour pressing hiver dans les bas-fonds enflure entre les cuisses du monde où la vie où joute et jouir s’unissent la main joute et cette souris verte du visage en crue sur sa propre croix nue l’odeur de la soue des jours et grâce aux intervalles tenaillant questions se suggérant réponses la tête intimant au corps de résonner en graine et en à-plat lui qui elle qui donc moi dit moi qui dit moi qui ici là partout ce partout de soi qui s’ouvre dans les draps ce qu’on lit sur les draps les mots dans la joute les mots sont aphones qui s’enfilent se tringlent nus avec un goût de cuivre je d’un jet d’un but d’un ange dur et pur les seins à l’air comme une campagnarde prose et tabouret pour une traite au pis que pendre en bordée boue aux pattes aux couilles où la main passe écarte injonctive emportée comme dans Parménide lui le cavaleur l’éléate incipit branleur tout aussi de sa propre pensée dont la chair est la chaire son lac les cygnes pain rassis à distribuer comme roman de Qui mots à mots et d’une seule traite parfois emporté par le flot des choses donc des mots ou l’inverse une porte qui porte Méduse en peinture dans le corps du sexe lapsus de garenne les petits culs des mots adonc au clair de lune on voit bonds et rebonds la campagne fleurir se gambader se trémousser se décrire on y passe sa vie à cette description on est sans rémission du dehors petits culs clair de lune bonds et re-rebonds en campagne toujours à courir ses garennes à renifler la main dans les écarts fangeux épineux et phrasés dans la pilosité celle d’un lac bourbeux adorable frimousse goût de lessiveuse source de lumière la nuit sa corolle jupe plutôt jupe sale aux entournures la nuit sent le musc et le poivre de Cayenne au temps de l’esclavage où les conjugaisons avaient cent vingt journées où le roman s‘approche de sa vérité attention terrain miné larmes de sang poivrot des mots ici s’abstenir de propos interdits bel esclave des mots s’abstenir revenir au roman de Qui exclamation point par point rebondir sur ses draps la blancheur la question la joute feu au lac il regarde sa porte sans savoir qu’il l’est cette porte sommes du dehors sans rémission radeau pas moins ballotté sur les flots qui est un lieu commun culotte sale aussi du lac et son cerceau qui fait des ricochets rassis répétitifs et la tringle de cuivre du manège forain où il enfilait des anneaux à cheval sur son bois coloré éléate des Buttes Chaumont quand encore la merde au cul et anus à rouler à l’aide d’un bâton aussi pan-pan cucul pisse au lit jusqu’à tard il se souvient voilà son héros de roman assis sur lac et chaise à passer une main la sienne ou celle de entre question et sans-réponse joute et jouir il se souvient est souvenir donc l’un et l’autre l’une et l’autre un géranium lissait son front comme un penseur idiote bien sûr cette phrase mais non fausse ni vraie elle est l’image est faite est belle ou pas selon cela cul des fleurs de montagne avec des lacs en fleurs des pissenlits par la racine des amours déjà fanés mais refleuris leur prédicat qu’il renifle son romancero est le pot dans lequel il corse son bouquet est bien sûr le bouquet qu’il offre à qui de courbe d’un vieux quai fleuriste où pavé ruisselait où tiges coupées étaient un casse gueule glissantes sur berges de Seine de fleuve de prose à la Roussel après le porte-plume et bouteille Vichy un peu de référence à la littérature le roman de Qui avec exclamation est aussi le roman de la littérature de la main au cul des choses et des mots assis sur les genoux de l’incipit du texte stricto sensu la main passe et repasse entre les entre nous mots disant beaux genoux cul collé à la chaise où la question est posée vase et bouquet commode avec eau du lac du dehors du dedans irrémédiablement nous sommes du dehors déjà dit par quelqu’un déjà et sur sa chaise montagne et ses vaches devenues déesses Europe ou Marguerite un jour commençons un récit un jour commençons un récit un jour c’est le début du récit pas forcé de commencer par un jour autant commencer le récit de suite et sa suite à la suite comme au tout début de celui-ci dans la chambre et ses meubles la bibliothèque le lit la fenêtre il regarde et tout ce que regarde Qui exclamation pot de fleurs de rhétoriques question en suspend jusqu’à la fin des temps celle des haricots pour savoir qui ou quoi il ou elle les genoux de qui la main qui s’insinue insinue qui fleurit en se défleurissant avec joie et gaité donc seuil du deuil cerfeuil et les bois entre les troncs des pins ou des gros arbres morts il faut bien le passer le vieux temps encore en culottes courtes en short pour insinuer entre chair et étoffe un semblant de désir elle belle Andalouse odeur d’épicéa de cytise ou de mots tels ceux-ci qui sont déjà plusieurs haie butinée des roses mares sales aux coudes quand les phrases arrivent sans être annoncées ou annoncées depuis longtemps depuis le toujours de sa naissance à lui ou à elle ou de je ou de il n’importe un chat huant un clou à une botte son roman est le Qui déjà au ruisseau est ruisseau et la charpie d’oiseaux du ciel est Giacomo Leopardi ou le drôle qui sort ou entre de prison où coule une rivière et un filet d’eau nue entre deux lèvres ornées de poils duvet mélodie odorante comme du varech ou jambes de cousine qui promenait Qui et en incipitant inventons ce vocable le roman de qui exclamation pointée cousine son cousin au bord de l’Océan non de la Manche de l’eau géographie mal sue non Manche mais le mot Océan eut été mieux sonnant plus séant du velours qui sentait la chair du cousinage celui de la chair selon le lieu commun veloutée la main faisant furet entre les galets froufroutent les galets sous les fesses de l’ange et sa micheline entre en gare en sifflant mouettes et goélands pour dire et continue son raid où la question reste en suspend dans blanc et noir comme le film où parle le chapeau introduit sans raison dans le roman de qui regarde ledit film avec le cri des mouettes qui sont les images qui sont la falaises d’où tombent les mots ou c’est le contraire et le pis qui arrive sur son quant-à-soi el grido sur l’affiche humide de cette culotte sale et tripotée au flair de l’épopée de Qui sa fausse exclamation à tous les bords le train est Micheline main au train fallait faire et dire l’incongru des expressions des cuirs des museaux de cochons dans Saint Luc à la baille tripes du péché à la mode de Caen et autres sacrés textes le roman s’agite merde et coccinelles ce Qui bavarde jacte et donne du je dans les bois du cerf de l’Hospitalier de il de elle de je Qui les pieds dans le plat du lac au pain rassis au vierge et au vivace et bel aujourd’hui ci qui ramène la fraise de toute une flopée de je qui dit merde toute une myriade entrevue mal famée mal fumée mais crénom admirant les merveilleux nuages mort nées ravissants sentent l’aigre ombrageux dès le pis main tireuse de cartes tendre vers son trou son petit carrousel l’audible faisant voir et le voir odorer l’amble nul et fervent du centre de son cul celui de Qui le sien au propre au figuré pareil au même en tout envie d’alpaguer l’autre par les poignées d’amour agrès d’éternité jusqu’au cri de victoire enfonce son chapeau comme décalotter l’ancien vieux phimosis de l’être son cocorico et fève de ferveur sans fin décalottée jusqu’à ne plus savoir si pertinence est bonne et même s’il y a et même si roman margoulette ou fessier figure en tous les cas de rhétorique aussi cacatoès à la Flaubert mais la tentative d’atteindre cet autre ou cette dans la haie Andalouse épicée ou castagnettes aussi sous l’ombre de satin flamenco paire de castagnettes assise sur genoux d’étable où ruminer des phrases des sans suite apparemment des décousues alors que pas possible tout se tient dit l’autre tout se persécute avec délectation c’est dit pour le commun qui voudrait percuter le mur de la raison et fuir son plat de tripes et ne pas entendre ou sentir l’Andalouse dans les orangers comme Chateaubriand dans la vie de Rancé silence écoute les oiseaux le vol des pipistrelles la beauté du mot l’Olympe de la langue les coups du muscle dans la langue et son anneau l’anus et le bâton dans le parc aux bergers que les mots sont aussi regarde la commode où sont les caleçons chemises et chaussettes ses commodités où être choses autres animal végétal vergetures vieux corps avachissement la peau des lamantins au sein de l’Océan enfin exploitable à ce moment précis sur le papier restant sur le restant nombreux quoiqu’impropre le mot nombreux plutôt vacant sorte de sirénien vache marine comme un mot malsonnant Malmaison mal venu Malmaison de la phrase regarde son clavier d’où sortent les animaux fossiles vertébrés xylophones préhistoriques regarde une chemise froide et impeccable dans une vitrine où il voit son reflet à travers les ossements et son œil se bovine un bref instant regarde une mâchoire énorme se souvient de son col élimé observé d’un regard oblique par sa voisine il devra rentrer dans la boutique et faire l’emplette de ce meuble antique cette loque froide sociale et respectueuse pour embrener le pan qui touche au cul où il embrene les bien enchemisés cravatés députés gominés merde au cul lac de pus des paroles son roman les lave racle torche il garde des rouleaux entiers de ce pécu habens foliotés de brun de virgules de bran sur ses commodités dité cochon couvée la forme contenue dans le fessier du rien dé jeté sur le tout à coté du beurrier de l’amour au torchon du savoir savarin et la pomme d’Adam que Qui est après tout dans son propre roman de Qui exclamation sous forme de crochet bien très dubitatif peut-être celui de il de je tout aussi bien n’importe c’est écrit chapeau de el grido le film d’Antonioni le cageot le lézard de Ponge pot au change de il en elle de je en autrui lui toucher le très bas qui fait monter au 7 où se touchent les anges qui sont la clef du sexe bleu-bite empalé par la truie-bouc des mots enfilés sur la tringle des chevaux de bois tournoi d’éternité tour de con d’écriture du roman de Qui exclamation incluse du titre avec son crochet très mieux dubitatif au lac rassis des cygnes aux becs de gais pinsons plus jaunes qu’un anti gréviste cou coupé c’était dans la campagne et le sommeil arrive avec son pot de beurre et ses bottes de phrases sept lieues dans je me vois cet autre qui est Qui et son roman mal mis au monde mis quand même entassé dans cette commode sous forme de linge unisexe uni tout comme au vide d’Ovide où tout devient toutou chevrette souris verte Emily géranium et autres catastrophes telle joie sans cause franchissant une zone blanche de néant il s’agite en cherchant à tâtons les outils ceux de l’attention presque dans l’espace entrechoc des entrées joyeuses de sa vie qui s’agite doigts sur le clavier l’arbre droit comme un i du matin qui revient et d’Ovide nos duo turba sumus tatoué sur son sexe implorant des anneaux rêvant à des anneaux tringle en main son troupeau et clocher sonnant à tour de bras pense à la giroflée des phares phrases corps perdu retrouvé plusieurs et contigu sonne à tour d’horizon son énorme horizon

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -