Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
5- Une bonne fille
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 12 juillet 2015.

oOo

Elle est dans la cuisine et épluche les pommes de terre pour le diner. Elle a pris l’économe à manche couleur terre. Nous serons bien tranquilles pendant tout ce temps pour lire le journal où il est question de ce qui se passe sur la terre. Elle est souvent à nous épier avec son regard dangereusement instable avec des failles terriblement inquiétantes qui menacent de nous engloutir et de nous faire bouillir avec les pommes de terre. C’est pourtant notre fille elle dépend de nous et même nous l’aimons. L’aimes-tu ? Et toi-même ? Bien évidemment je suis son père-mère. Et moi l’inverse non ? Nous l’aimons donc beaucoup économe éplucheuse et la portons aux nues par amour parental teinté de précaution. Hier son tablier regorgeait de sauvages. Ce matin elle a renversé tout le lait dans l’évier en alléguant bellum lacteum avec le laitier. Nous devrions la prendre en main dans l’autre sens. Le sens du quoi ? Le sens que nous inventerions pardi pour notre fille pleine de sauvages lents et cannibales. Elle est à éplucher tous nos propos et gestes. Elle est de vague en vague ce qui nous submerge. Ecoute l’épluchage des pommes de terre qui fait ce fin bruit de mépris ironique qui vient de la cuisine où se terre ta fille. Où se terre la tienne. On entend un bruit comme un raclement un éboulement un bruit de cuisine pleine de sauvages lents et cannibales avec aussi ce bruit de lame où brille un son in-tranquille et lent. C’est l’économe neuf à manche de couleur qu’elle nous obligea à acheter l’ancien prétendit-elle est comme mon genou et vous. Elle a dit vous genou pour dire sans mordant. Et vous. Qu’a-t-elle voulu dire ou ne pas dire et vous ? avec ce lent sourire qui nous fait songer à notre enterrement. Elle épluche elle épluche et attend ne crois tu un numerus clausus. Pas plus de cinq patates par tête de pipes. Après c’est du gâchis. Elle prend tout son temps avec les pommes terre du jardin perdu. Du jardin maraîcher des vaches non du ciel. Du ciel vient l’orage. Et les brebis du soir qu’elle nous dessinait étant petite et ramassée dans sa colère bien avant les pommes terre et les sauvages la guerre du lait le genou le sourire ironique générationnel et l’économe neuf et la sociologie pour les catégories bellum generis et j’en perds mon latin. Trois fois cinq ce sont quinze et voilà plus d’une heure qu’elle et l’économe à manche couleur terre sont en conjonction comme dirait Kepler ou quelque autre astronome. Le bruit s’est tassé on dirait quinzaine. Raclements mon cul on n’entend plus ses mains. Ni son genou non plus qui ne coupe économe et les pommes de terre et la guerre du lait maternel dispensé aujourd’hui par la parole sage de ceux qui n’expérimentent ayant donné. Elle s’est endormi peut-être sur l’ouvrage ta et notre fille tout en poings fermés. Et cette danse autour de sauvages comme si le monde lui avait disons octroyé des gorilles du corps et que même éplucher des patates filiales mettait en danger sa disons intégrité la violait à fond et toute crue. Elle est depuis une heure et depuis l’éternel un grand sujet de craintes pour ses géniteurs à croire que la génitrice c’est elle et que nous soyons ses résidents et que les pommes terre sont poison mortel qu’elle épluche pour nous ses enfants presque morts ses feu empoisonneurs qui aiment leur enfant son lait que la radio chut écoute la cuisine s’ouvre et l’émission sur la cuisine et les machettes coupantes des uns et des autres économes coupants ceux à manche de bois faciles à confondre avec les épluchures à mettre à la poubelle les manches de couleur bien sûr abandonnés ralentissant la production cherchant comme le tigre de l’apôtre Pierre qui dévorer tout cru et le stock de patates jeté aux épluchures des cours scélérats et couleur sang de bœuf et voilà chers parents pour la bonne purée au lait et patati.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -