Sites associés :


Nouvelle
Revue d'art et de littérature, musique
Lire Publier Communiquer
Revue en ligne
dimanche 19 novembre 2017
Directeur: Patrick CINTAS
Éditeur: Le chasseur abstrait
12 rue du docteur Jean Sérié
09270 Mazères

Photographie de Carl van Vechten - 1935

Rose is a rose is a rose is a rose.

There are many that I know and I know it. They are many that I know and they know it. They are all of them themselves and they repeat it and I hear it. Always I listen to it. Slowly I come to understand it. Many years I listened and did not know it. I heard it, I understood it some, I did not know I heard it. They repeat themselves now and I listen to it. Every way that they do it now I hear it. Now each time very slowly I come to understand it. Always it comes very slowly the completed understanding of it, the repeating each one does to tell it the whole history of the being in each one, always now I hear it. Always now slowly I understand it.

Numéros 64-65 - juillet-août 2010:

Prochain sommaire en septembre.

 Des news mises en ligne au quotidien ici.

 Les articles parus récemment ici.

 La parution de Textes & Prétextes nº 64 avec : Pascal Leray - Agnes Imbert - Aldo Luis Novelli - Cecilia Ambu. - Anais Guyot - Andrea Bely - Antonio Leal - Daniel Aranjo - Francis Capatti - Carmen Váscones - Dana Shishmanian - Daniel de Culla - Fabrice Marzuolo - Guy Savel - Jean-Michel Guyot - Jean Claude Cintas - Jean Foucault - Saint-John Kauss - Lætitia Marcucci - Leo Lobos - Margo Ohayon - Max Raymond - Michel Duprez - Mikadols - Monsif Ouadai - Noureddine Mhakkak - Olivier Djems - Patricio Sánchez - Rolando Revagliatti - Serge Muscat - Víctor Montoya - Yves Patrick Augustin - Claudio Curutchet - Stéphane Pucheu - Christiane Prioult... et quelques autres qui peaufinent, certes, mais qui n'ont pas plus tard que le 31 juillet pour remettre leur contribution définitive. Le T & P 64 sera distribué début septembre. En attendant, bonnes vacances.

 Les nouvelles parutions du Chasseur abstrait: Stéphane Pucheu qui inaugure la collection Corto avec un excellent essai & Robert Josaphat Large qui nous a confié la publication d'un inédit qui laissera une trace dans le cours tempétueux et passionné de la poésie haïtienne.

 Les news de quelques-uns de nos auteurs dynamiques : Cécilia Ambu - Stéphane Pucheu - Jean-Michel Guyot - Patrick Cintas - Christiane Prioult - Jean-Claude Cintas.

Cancionero español de Patrick Cintas : la Chanson de Lorenzo est en ligne (texte intégral) sur le site de l'auteur www.patrickcintas.ral-m.com.

 Édito de Patrick Cintas : L'été des poètes. Ici, peu de 'schizophrènes, beaucoup de 'paranos et surtout énormément de 'cons... - ICI

 Et le règlement du prix du Chasseur abstrait 2011 :

 

PRIX DU CHASSEUR ABSTRAIT 2011

ROMAN - POÉSIE - NOUVELLE - ESSAI

 

avec une LETTRE DE LA RAL,M Nº 2

 

 

 

 

News
Jamais à court d'évènements.

Cette section peut évoluer dans le courant du mois.
Elle est réservée aux news des auteurs du Chasseur abstrait.
Pour les autres, utilisez notre outil gratuit "Communiqués de Presse".

 

En voilà des auteurs qui font (écrivent)
ce qu'il faut
pour approcher le lecteur autrement !

 

Retrouvons-les à la rentrée
sur le site
du Chasseur abstrait
indépendant de la RAL,M
.

 

 

CÉCILIA AMBU

Affectivité nourrie
Le prix qu'il faut payer.

 Voir l'espace de Cécilia AMBU - Affectivité nourrie. 

Graham Greene... Une visite Je suis née... Un idéal Un traumatisme Clozapine Le cimetierre Montparnasse L’animal spirituel La fée Difficile d’imaginer une vie sans angoisses... Insecte Tombe Êtres Mourir Abîme Une dissociation Je ne vous connais pas... Une présence Une protection Le déclin La bête C’est vrai, je ne suis pas de ce monde. Mon visiteur Le tunnel Les débris de la matière Il s’est suicidé La beauté L’explosion La guillotine Le spectre La brûlure Cette réalité où l’homme sain évolue sereinement Le grand voyage La rupture Hypnos À coeur ouvert Le monde dont je vous parle L’abjection Mon amaurose Le lien brisé à mon père Je suis perdue... A l’agonie Ma décadence Une déliquescence L’étranger - Vidéo. Cécilia Ambu nous a quittés

Découverte par Robert Vitton, en tout cas en ce qui concerne la RAL,M, Cécilia Ambu y publie régulièrement depuis novembre 2008. D'emblée, elle pose les données de sa littérature : « Je suis née le 5 Juillet 1976. Je n'ai pas choisi de vivre, mais personne n'a choisi de vivre... À la recherche de ma propre identité, j'ai erré tant d'années dans la douleur : mon âme tourmentée cherche une issue où elle pourrait enfin exister pleinement. »

<div style='width:320px;height:240px;margin:0 auto;overflow:hidden;' class='video_placeholder' ><video src="IMG/flv/l_etranger_cecilia_ambu.flv" height="240" width="320" poster="" class="video-jwplayer" data-player="{ file:'IMG/flv/l_etranger_cecilia_ambu.flv', height:240, width:320, wmode: 'window', image:'', title: 'Cecilia Ambu - L etranger', 'skin': 'plugins/video_accessible/jwplayer/skins/carbon/carbon.zip', controlbar: 'bottom', dock: 'false', autostart: false, 'viral.onpause':'false', 'viral.oncomplete':'false', 'viral.allowmenu':'false' }" >
Cecilia Ambu - L etranger

 

Célilia Ambu publie une nouvelle série de textes dans le nº 64 de Textes & Prétextes.

 Voir l'espace de Cécilia AMBU - Affectivité nourrie. 

 

 

 

 

STÉPHANE PUCHEU

L'écrivain
un être énigmatique.

— Que faites-vous dans la vie ?
— Je suis écrivain.
Le terme est prononcé. Peu importe les circonstances, c’est-à-dire le contexte et le moment. En un mot, un seul, celui qui vient de répondre résume à la fois sa fonction et son être.
Et les réactions ne se font pas attendre, oscillant entre le questionnement plus ou moins hésitant et le silence, non moins significatif.
Le métier d’écrivain demeure un métier considéré dans nos sociétés contemporaines, et pour de multiples raisons liées à la fois à l’Histoire, à la place de la littérature dans le domaine de l’art, à la nationalité de l’écrivain pour n’en citer que quelques unes.
Entre la haute considération et la totale suspicion, s’intercale la perplexité. Il y a ceux qui connaissent la littérature, ceux qui l’ignorent, ceux encore qui en restent marqués de par leur scolarité…
Bien entendu, l’écrivain peut toujours répondre aux questions qu’on lui pose, concernant la nature de son travail, plus précisément les raisons de son envie d’écrire, la régularité de son activité, sans parler des revenus qu’il tire de ses publications.
Mais l’interlocuteur doit avoir à l’esprit que l’écrivain, bien souvent, crée un univers qui lui donne de nouveaux éléments, de nouvelles connaissances sur lui-même et le monde, et que cet univers, avec le temps, ne cesse de s’élargir, de s’épaissir. Et cette connaissance accrue des choses s’accompagne, en principe, d’une relativité proportionnelle, ce qui veut dire que plus l’écrivain avance dans son œuvre, et moins il donne de crédit aux certitudes.
Aussi, aux nombreuses questions qu’on peut lui poser, s’il est capable d’accomplir quelque effort en vue de donner des repères sur son œuvre, ce qui domine en dernier lieu, c’est bien le mystère ou l’énigme. Surtout si cet écrivain est bien ancré dans son temps, c’est-à-dire dans la littérature contemporaine dont l’une des questions sous-jacentes – étant donné l’éclatement et l’évolution des formes narratives – est la suivante : si l’écrivain écrit, c’est pour savoir pourquoi il écrit.
Ainsi, pour rassurer le lecteur, il est sans doute utile de préciser que ce qui compte, c’est bien le résultat, autrement dit la forme textuelle qui se suffit à elle-même. C’est donc à travers le texte, dans la fiction que le lecteur découvrira l’auteur. Car le texte, lui, est unique, il ne peut être remplacé par aucun discours, aucune spéculation. Stéphane Pucheu

Stéphane Pucheu publie chez Le chasseur abstrait :

Le dernier homme suivi de Étrange Éros, récits.
Une fresque particulière, nouvelles.
Pour une véritable littératuree, essai.

Espace de Stéphane Pucheu

 

 

JEAN-MICHEL GUYOT

Parfums de l'exilée
Temps en sous-œuvre...
Jean-Michel GUYOT - Parfums de l’exilée

Temps en sous-œuvre, temps éteint par où chemine l’absence de paroles…

Le temps de vivre, le temps d’aimer, anéanti, annihilé, réduit à rien que des mots qui disent la séparation d’avec le cœur de vivre.

Cela arrive parfois, le matin venu.

Pourquoi tant de modestie, pourquoi cette propension à minimiser la présence, pourquoi cet effacement ?

Chemins de vie tordus, distordus, perdus dans les méandres des mots mauvais des autres.

Nécessaire humilité de qui œuvre, ne créant rien que l’espace ouvert sur le dialogue où la parole féconde, d’une rive à l’autre, rassemble en un même site le Dire qui ne s’achève jamais en un discours fermé sur soi-même [...]

Jean-Michel Guyot a publié chez Le chasseur abstrait un recueil de deux textes narratifs :

 Voir l'espace de Jean-Michel Guyot - L'inconnu sans ami. 

 

 

 

 

Patrick CINTAS

Chanson de Lorenzo
Cancionero español III

Après la Chanson d'Ochoa et celle d'Omero...

151 Polopos ! De ta pisse ancestrale et de ta terre toujours foutue la boue n'existe que pour les fleurs décoratrices de ton sommeil femmes patientes sans doute plus dures que la pierre si c'est nécessaire douces au moment d'accepter au moins le bonheur tandis que le malheur est d'être un homme pire qu'un homme : un corps d'homme de mémoire d'homme de connaissance d'homme d'excroissance d'homme de terminaison de chose rentrée objet cassé retourné à la matière qui est son premier sujet de l'écartement des cuisses revu et corrigé jusqu'à l'impatience d'y revenir dans un état physique lamentable

152 Boue de ma merde d'homme sur le visage de mes semblables boue des entrailles de mes semblables sur mon corps qui est l'expression d'un désir unanime, cherchant la femme dans l'homme pas la femme dans la femme pas l'enfant dans la femme perpétuant la magie de l'érogène rien de plus

153 Et dans cette nuit où j'ai décidé de tuer un homme que je ne tuerai pas dans cette nuit où j'ai voulu être une femme que je ne peux pas être parce que je suis la conséquence de l'amour et non pas son fruit légitime parce que je manque de consistance mentale parce que je n'ai pas la chance de connaître autre chose que ce simple dépassement érotique pour toutes ces raisons et à travers la nuit de chemins et de ponts que je connais bien je m'avance en connaissance de cause la pupille dilatée comme celle d'un chat imitant l'animal l'ayant parfaitement contenu quand je renifle la première odeur de merde

6900 versets et des poussières...

 Télécharger la Chanson de Lorenzo

Plusieurs volumes de Patrick Cintas sont disponibles chez Amazon.fr : ICI

 Voir le site personnel de Patrick Cintas - Télévision. 

18 volumes à télécharger intégralement

 

 

 

 

Des nouvelles de Gor Ur

Les six prochains épisodes de GOR UR seront livrés en bloc prochainement. L’auteur peaufine... il tient à son personnage. Roger Russel achèvera cette troisième partie du Tractatus ologicus. Il faut bien que ça s’arrête... Quel dommage...!

 

 

 

Le lecteur médusé s’est demandé pourquoi il n’y avait rien entre le premier tome du Tractatus ologicus, Anaïs K. (2 volumes), et Gor Ur (3 volumes)... Il a bien vu le titre de ce deuxième tome en feuilletant mon site perso : CICADA’S FICTIONS... Qu’il se rassure. C’est pour bientôt (1 volume). Une chasse aux coquilles et on y vient. Où ? Mais ici !

 

Cicada’s Fictions enfin publié ICI !

 

 

Cliquez pour télécharger

 

 

Le lecteur impatient n’a peut-être pas déjà lu un des pendants de Gor Ur, je veux dire CARABIN CARABAS... C’est ici :

Carabin Carabas - Tome premier.

Carabin Carabas - Tome II.

Sites de Patrick Cintas et de Gor Ur :

 patrickcintas.ral-m.com &  Gor Ur - Le Gorille Urinant

 

 

 

 

CHRISTIANE PRIOULT

Balzac, Camus et
... Faulkner.

Christiane Prioult publie chez Le chasseur abstrait :
       Métamorphoses, poésie.
       Veille sur Laura - Prix du Chasseur abstrait (nouvelle) 2010.


 Page de Christiane Prioult.

 Le Tome deux des Carnets d’Albert Camus, publié au cours du quatrième trimestre 1964, comporte diverses indications concernant l’œuvre de Balzac. Dès le mois de février 1942, Albert Camus n’hésite pas à signaler l’« attirance ressentie par certains esprits pour la justice et fonctionnement absurde »1, et il cite Balzac, fort à propos. L’auteur de La Comédie humaine a parlé dans ses romans de toutes les juridictions, allant du tribunal civil à la Cour de Cassation, et même au Tribunal des conflits, et il a évoqué de nombreuses personnalités appartenant à la hiérarchie judiciaire. Il faut citer, en particulier, le procureur général Granville dans Les Illusions perdues et le juge Jean-Paul Popinot entre autres, dans Splendeur et Misère des courtisanes  ; ce n’est du reste pas le seul roman où il paraisse. La Comédie humaine sert souvent d’illustration à toute une théorie de la justice et du droit. Sans aucun doute, la remarque de Camus, vise, en fait, dans ce domaine, une pluralité d’œuvres balsaciennes.

 Dans un autre registre, Les Carnets font également diverses allusions au Curé de Village. Page 20, on peut lire la remarque suivante : « Les supérieurs ne pardonnent jamais à leurs inférieurs de posséder les dehors de la grandeur » (Le Curé de village). Une lecture, même très attentive, ne permet pas, cependant, de découvrir ce texte dans ce roman de Balzac. On peut supposer que Camus ne fait que résumer deux textes du roman. Dans la lettre adressée par Grégoire Gérard au banquier F. Grossetête, se rencontrent les deux passages suivants : « Une défaveur occulte et réelle est la récompense assurée à celui de nous qui, cédant à ses inspirations, dépasse ce que son service spécial exige de lui. Dans ce cas, la faveur que doit espérer un homme supérieur est l’oubli de son talent, de son outrecuidance, et l’enterrement de son projet dans les cartons de la direction… »2 Parlant ensuite de la « Direction générale », le jeune ingénieur Gérard ajoute que c’est un « antre parisien, …où les vieillards jalousent les jeunes gens, où les places élevées servent à retirer le vieil ingénieur qui se fourvoie. »3 Ces passages, qui prennent place dans une sévère critique des Grandes Ecoles, de l’abus des concours et des spécialités, paraissent avoir été résumés par Camus dans cette phrase des Carnets.


Lire la suite [...]

 

 

 

 

JEAN-CLAUDE CINTAS

Fès Jazz in Riad Festival du 8 au 10 octobre 2010 à Fès (Maroc)
Pour cette 7ème édition, interview de son directeur artistique : Jean-Claude Cintas.

Jean-Claude Cintas publie chez Le chasseur abstrait :
       50 chantpoèmes, poésie.

Le Fès Jazz in Riad Festival est organisé sous l'égide de "La Fondation de Fès", présidée par Mohamed Kabbaj, et a pour fonction tout au long de l'année d'animer à partir de manifestations culturelles la ville de Fès dont la plus importante est le " Festival des Musiques Sacrées du Monde " qui a tenu sa 17ème édition en juin 2010.

Fès Jazz in Riad Festival du 8 au 10 octobre 2010 à Fès (Maroc) - Pour cette 7ème édition, interview de son directeur artistique : Jean-Claude Cintas.

Espace de Jean-Claude Cintas

2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -