Sites associés :


Revue en ligne
dimanche 19 novembre 2017
Revue d'art et de littérature, musique
Directeur: Patrick CINTAS
Éditeur: Le chasseur abstrait


Valérie Constantin - Site.
Ce mois-ci, préparation

des Cahiers à paraître en 2010.

 

Le Portail en 10 clics:
1. Éditorial.
2. News.
3. Chroniques.
4. L'éditeur: Le chasseur abstrait.
5. Le portail Internet: la RAL,M.
6. Publication libre.
7. Les périodiques: RAL,Mag et Cahiers de la RAL,M.
--------Ce mois-ci: Cahiers de la RAL,M.
8. Les outils de publication et de communication.
9. Salle de Presse.
10. Le mois prochain.

 

 

 

La rentrée
en poésie

 

Bornoyages du champ poétique

[qu’à la poésie il saurait être question de cantonner]

de Serge Meitinger

Bornoyer : 1. Regarder d’un œil en fermant l’autre, pour vérifier un alignement, pour juger si une règle est droite, une surface plane. 2. Placer des jalons de distance en distance pour tracer la ligne des fondations d’un mur, ou d’une rangée d’arbres. (Littré) Le terme voisine avec « borne » et avec « borgne » : il s’agit de faire l’épreuve de la limite et de l’ordre à assigner, en toute rectitude, par un jeu corporel précis qui rend, un instant, borgne mais pour donner plus d’acuité au regard. Bornoyages est un néologisme formé avec le suffixe « –age » qui permet de former des noms décrivant une action et/ou le résultat de cette action.

MA BIBLIOTHÈQUE IDÉALE

Aucun de nous/ ne tient seul./ Il lui faut outre les os/ une parole /fût-elle économe./ Alors le jour contemporain s´éclaire/ un peu. - Michel Dugué - Le Jour contemporain, 1998

Ma bibliothèque idéale se niche toute dans ma bibliothèque réelle : c’est clair désormais, j’ai plus de livres autour de moi que je ne pourrai en lire en ce qu’il me reste de vie ! Cette prise de conscience incite à la sagesse et induit la circonspection envers la « nouvelleté », encore qu’il faille rester ouvert à la belle surprise, au chef-d’œuvre inconnu qui existe bien quelque part, et qui attend n’attendant pas…


Lire la suite [...]

 

Édito
Patrick Cintas
Proposez votre édito à la rédaction.

 

Une nouvelle revue
en papier !

Le prochain numéro de la
RAL,M
aussi sur papier

paraîtra le 15 octobre prochain.

 

 

Le chasseur abstrait compte énormément sur la publication de revues « en papier » pour diffuser ses publications. Un pendant nécessaire au portail Internet à qui nous devons d’abord notre notoriété.

Ainsi, nous avons créé :

 LesCahiers de la RAL,M — revue de réflexion et de création —, revue thématique dont 11 numéros sont parus à ce jour. 5 sont actuellement en préparation (voir ci-dessous). Ces Cahiers (qui furent effectivement des « cahiers » à l’origine et qui sont aujourd’hui de véritables livres — plus de 600 pages pour notre anthologie haïtienne) paraissent quand l’oeuvre qu’ils entreprennent est menée à bien, c’est-à-dire qu’il ne font l’objet d’aucune périodicité… pour l’instant.

 Le RAL,Mag — magazine de réflexion et de communication — dont le premier numéro est paru en juin dernier et d’ailleurs mis en ligne gracieusement pour donner une idée de ce qu’il est. Trois volumes paraîtront chaque année : un numéro littéraire en juin, un double numéro graphique en novembre et un numéro sonore et musical en février. Comme il s’agit d’un périodique, on peut s’abonner (voir ci-dessous).

La mise en ligne de textes sur le site tous les trimestres a suscité le désir de publier aussi cette excellente matière sur le papier. Nous avons donc créé :

  Textes & Prétextes — le version en papier du sommaire de chaque mois (il y en a 4 — voir au bas de cette page le calendrier des publications).

Pourquoi 3 revues et pas une seule ?

Parce que les « besoins » des auteurs sont différents. Il faut bien se mettre dans la tête que ces revues en ligne et hors ligne (on conserve bien présent à l’esprit cette « ligne » qui trace notre modernité à tous) sont des moyens de communication : le Chasseur abstrait a besoin de communiquer ses offres « commerciales » et l’auteur les contenus de ses œuvres. De plus, il est toujours utile pour l’auteur de faire la preuve de ses publications et de sa capacité à animer des espaces parfaitement professionnels.

Voilà comment fonctionne désormais ce Chasseur abstrait qui fait couler de la chandelle verte en passant à proximité des médias qui se rapprochent avec une prudence non pas de journalistes (car il n’y en a plus beaucoup), mais de publicitaires qui, en général, ne trouvent pas l’idée si mauvaise pour être au service de la poésie et du langage. Le trimestre du Portail du Chasseur abstrait se déploie en fonction de revues bien caractérisées et déterminées :

 Le mois de Textes & Prétextes, version en papier du sommaire concerné ;

 le mois du RAL,Mag, réflexion et communication ;

 et celui des Cahiers de la RAL,M, avec quelquefois plus d’un Cahier comme on voit que c’est nécessaire.

Avec de pareils outils, nos livres disposent d’un excellent moyen de diffusion. Car s’il est somme toute assez facile de publier et très facile de distribuer, la question de la diffusion est épineuse et la filière livres est loin de faciliter la tâche aux auteurs de littérature d’abord (en ne les publiant pas systématiquement) et aux éditeurs de poésie qui n’arrivent pas à capitaliser comme il serait nécessaire. Reste la question du prix, conséquence des coûts exorbitants de la distribution alors que le coût du livre représente à peine la moitié de ce prix de vente où la part de l’auteur est honteusement infime.

Mais il n’y a qu’à observer le travail énorme et intense de tous ceux qui apportent leur collaboration au Chasseur abstrait, à son portail Internet, la désormais célèbre RAL,M , et à ses publications périodiques, pour constater que nous avons, auteurs et éditeurs, notre mot à dire à propos de ce qui se trame chez ceux qui prétendent que nous sommes « trop présents » en et hors ligne. Pour ma part, je vis la chose à la fois en tant qu’auteur et éditeur, webmaster aussi, car je n’ai aucun mépris évidemment pour ma situation de factotum.

Patrick Cintas.

News
Jamais à court d'évènements.
Cette section peut évoluer dans le courant du mois.
Elle est réservée aux news des auteurs du Chasseur abstrait.
Pour les autres, utilisez notre outil gratuit "Communiqués de Presse".

 

Voici les Cahiers actuellement en chantier. Vous pouvez apporter votre contribution si le sujet vous motive. Ces Cahiers paraîtront dans le courant de l'année prochaine.

 Cahier Nº12 - Serge Meitinger

S'étonner, bornoyer (voir plus haut), capter les "départs du sens", aller vers ce "livre de raison", l'oeuvre de Serge Meitinger relève aussi de l'autobiographie. Dans ce Cahier, nous avons la prétention de suivre ce cheminement où "rien n'est assez singulier d'où l'exigeante instance du verbe".
Le raccourci ci-dessous est à mettre en parallèle avec les livres publiés chez le Chasseur abstrait : Bornoyages du champ poétique - L'homme de désir - Les oeuvres du guetteur - et le très beau Un puits de haut silence.

Chrono-bio-bibliographie
de Serge Meitinger

21 avril 1951 : Naissance à Coatsero en Ploujean (petite commune rattachée depuis à Morlaix (Finistère), et qui vit naître en 1845, le poète Tristan Corbière). Mon père, Robert, Serge, né à Paris et ma mère, Georgette, née à Saint-Quentin (Aisne), étaient venus s’installer en Bretagne quelques années auparavant parce que mon oncle qui travaillait avec mon père avait épousé une Morlaisienne (mon oncle, tôlier, et mon père, peintre, tenaient une petite carrosserie automobile). Le nom de « Meitinger » signifie « originaire de Meitingen », petite ville de Bavière peu éloignée d’Augsbourg. Je n’ai pas reconstitué le cheminement de Meitingen à Morlaix : mon grand-père (Maximilien, Alexandre) et son père (Louis, Firmin, Napoléon) sont nés en France, dans la région parisienne, au milieu et à la fin du XIXème siècle. Mon grand-père est mort, blessé de guerre (gazé), le 11 janvier 1919.

1951-1968 : enfance et adolescence à Morlaix ; quelques voyages à Paris et à Saint-Quentin avec ma mère dans ma petite enfance pour traiter par rayonnement dit « solaire », à l’Hôpital Saint-Louis (Paris), l’angiome plan de ma joue gauche. Grandes vacances au bord de la mer, non loin de Morlaix (Primel-Trégastel, Locquirec).

1961-1968 : de la 6e à la terminale, au Lycée Tristan Corbière de Morlaix, baccalauréat A en 1968, seul bac de l’histoire sans épreuves écrites !

1966-1968 : Premier journal et un « roman » intitulé : Père qui es-tu ? Quelques poèmes. Contacts épistolaires avec Armand Lanoux à qui j’envoie des nouvelles pour la revue « À la page » qu’il dirige. Été 1968, premier séjour en indépendant à Paris, en partie chez ma grand-mère.


Lire la suite [...]

 Cahier Nº14 - Gilbert Bourson

Gilbert Bourson dans "Joséphine la cantatrice" de Kafka.

Gilbert Bourson a occupé le terrain du théâtre pendant près de trente ans. Ses innovations et son influence se font encore sentir dans les mises en scène et les interprétations du moment. Entre autres commentaires, Jean Ricardou et Michel Arrivé se sont chargés de laisser une trace de cette œuvre accomplie à Genevilliers. La compagnie Signes a cessé son activité il y a peu et depuis, Gilbert Bourson s’adonne presque exclusivement à la poésie qu’il écrit avec une réussite tranquille et des précisions de détails qui saisissent la lecture comme les embruns inoculent le goût des voyages et de l’immobilité. Le Chasseur abstrait a entrepris de publier cette œuvre en cours. Car il s’agit bien d’une nouveauté dans la longue carrière artistique de ce septuagénaire qui n’a pas l’intention de se laisser noyer par la tentation d’une auto-archéologie encline au ressassement en lieu et place de l’assouvissement constant des facultés créatrices. Gilbert Bourson est un poète qui fut un homme de théâtre, metteur en scène, dramaturge, comédien, directeur du groupe Signes et grand amuseur de la cité de Genevilliers et de sa voisine aux gentilés toujours reconnaissants si on les rudoie verbalement. Bruxelles, plus charmante et plus prédisposée à employer son intelligence collective à bon escient, salua aussi Un cœur simple, d’après Flaubert, mis en spectacle par le groupe Signes de Genevilliers. Cette aventure fut collective et Francine Sidou-Bourson y joua plus que l’indispensable.

S’il s’agit ici de citer quelques-uns de ces spectacles, c’est pour montrer clairement à quel point, selon le contraire des idées courantes, la littérature et le choix des textes mis en jeu relève d’un art et non pas d’une simple emprise, qui serait désuète, sur l’esprit de divertissement qui broie la création au profit de la rigolade. Ce qui n’empêcha Signes de mettre à l’épreuve la capacité de rire franchement au spectacle de la littérature, comme le souligne le critique belge en première page du Soir : drôlerie irrésistible, binôme qui définit le regard que Gilbert Bourson porte sur les grands textes de la littérature. On aurait d’ailleurs tort de parler d’ironie, sans doute parce que l’ironie n’est pas une fête. En marge, Jean Ricardou ennuyait le public avec son Flaubert et du coup, la représentation passait pour un exutoire nécessaire. C’est aussi dans l’idée de Gilbert Bourson d’imposer le rythme d’un esprit aussi éclairé que celui de Ricardou et d’affronter carrément le public pour lui imposer, mine de rien, un rythme encore plus exigeant de titillations.

Entre chefs-d’œuvre de la clairvoyance, citons :

Concert Rabelais, jeu de Gilbert Bourson, mis en scène par Francine Sidou sur une dramaturgie de Jean Molina – 1994.

Joséphine la cantatrice, d’après Kafka, idem – 1992.

Les fables de La Fontaine, spectacle interprété par G. Bourson – 1996.

Hérodias, de Flaubert, mise en scène de G. Bourson et F. Sidou – 1998.

La tentation Saint-Antoine, idem – 1995.

Mon cœur mis à nu, d’après Baudelaire, mise en scène de F. Sidou avec J. Molina – 1993.

Le château des Carpates, de Jules Verne, avec une musique de Frédéric Aulnette.

Maldoror, d’après Lautréamont, musique de Jean-Claude Biquand.

Une saison en enfer

Poupée, de et par Gilbert Bourson – 1999.

Thyeste/Atrée, d’après Sénèque, traduction et mise en scène de G. Bourson.

La croisade des enfants, de Marcel Schwob, mise en scène de G. Bourson.

Gestes et opinions du Dr. Faustroll, ’pataphysicien, d’Alfred Jarry, avec une critique de Michel Arrivé parue dans la Quinzaine littéraire.

— Et un Mallarmé que Gilbert Bourson considère comme le chef-d’œuvre de Signes.

Gilbert Bourson et Catherine Jacobsen dans "Herodias" de Flaubert.

On retrouvera Gilbert Bourson dans le numéro double 2-3 du RAL,Mag en novembre prochain, qui sera essentiellement graphique et proposera donc de la mise en scène. Puis, dans le numéro 4 (février 2010), qui sera sonore dans sa plus grande partie, la version sonore du Mallarmé qui marque un moment important à la fois de la carrière et de la vie de Gilbert Bourson.

Si le Cahier « Bourson » rendra effectivement un compte précis de cette aventure sur les planches, avec force documentation écrite et photographique, l’essentiel consistera à présenter les quatre ouvrages publiés par le Chasseur abstrait (voir chez Amazon.fr). À une époque où la poésie fricote encore avec le populisme côté jardin et l’intellectualisme côté cour, Gilbert Bourson persiste à la croire assez drôle et tellement irrésistible qu’il en écrit le meilleur, se plaçant d’emblée auprès des fines fleurs de la littérature contemporaine une fois épurée de sa constante inclination académique et commerciale. La poésie, si elle existe, n’a pas besoin du vulgaire ni du pensum. Pas plus que de l’entre-deux-eaux. La joie c’est tout le pavé du corps/ lancé dans la vitrine de la vie/ qui retombe/ en laissant la cassure affirmée d’une étoile/ en forme d’étreinte/ qui dit je vois rouge/ et revient se poser/ sur le licol du souffle frappé de paroles/ au galop de ton ombre. Nuance.

Patrick Cintas.

 Cahier Nº15 - Ratimir Pavlovic

Masahiko Doh - Montagnes au matin.

La poésie de Ratimir Pavlovic est saisissante. Sa pensée rayonnante. C’est de ce saisissement et de cette clarté communicative que naît une littérature « religieuse », non pas sans Dieu, mais en dépit de ce qu’il représente, qu’on y croit ou pas.

Cette littérature contient dans deux livres majeurs que je tiens toujours à portée de main : La Pensée créative et scientifique contemporaine, paru chez Mélis, constitué essentiellement d’entretiens avec des prix Nobel et des académiciens, et Des aventures du fleuve ne restent que des cailloux (collection Nouvel art du français), recueil de poèmes ou plus véritablement livre de poésie. Dans un Chant pour le feu, l’intuition du poète s’associe à une sensibilité de fleur de peau :

Fier de posséder toutes les orientations
le feu se dirige toujours vers le haut.

Archéologue de la verticalité
dont les nuits sont la face cachée.

****

Dans un grand parc de Kyoto
Masahiko Doh observe l’écorce d’un vieil arbre :
message palpable de son silence.

Une pareille fulguration me confirme dans ma conviction que la véritable humanité, dans son sens esthétique, est comprise entre le Japon (celui de Rikyu entre autres thés) et l’Afrique (celle des Noirs sans les contraintes absurdes de l’Islam et de la Chrétienté). Cet intervalle infini par définition se retrouve dans ces pages ciselées que le déplacement nourrit d’images toujours associées à la pensée sans jamais tomber dans la métaphore des fabulistes ni dans les phénomènes des non moins désuets chroniqueurs. Pas de rire ici, encore moins de l’ironie, mais toujours cette joie dont rien ne parle mieux que

Le soleil [qui] brûle la peau du temps
qui se montre nu
sur les plages du quotidien.

Jean Orizet écrit dans sa préface à la Pensée créative et scientifique contemporaine paru chez Mélis :

[...] Quand Ratimir demande à Dominique Fernandez : « Qu’est-ce que que le poète aujourd’hui ? », l’écrivain hasarde ce propos : « Il me semble que le poète est quelqu’un qui voit le Monde d’un oeil neuf ». Comment ne pas être d’accord avec une telle proposition ?

Pour autant, gardons-nous de toute autosatisfaction. Les poètes ne sont pas les seuls à voir le Monde d’un oeil neuf. Les hommes de science, eux aussi, ont une vision aiguë et novatrice de l’Univers sous toutes ses facettes, tout en intégrant à leur réflexion des éléments qui relèvent de la philosophie, de la morale, de l’éthique et de la poésie. Là est le coeur de la recherche que mène Ratimir Pavlovic depuis un quart de siècle, avec cette notion de pensée créative et scientifique.

Mais ne nous y trompons pas : il s’agit moins d’épistémologie — même si une réflexion sur la science est contenue dans la démarche en question — que d’une problématique s’appliquant à mettre en évidence les « interférences » entre l’art et la science, « où le philosophe est le miroir intérieur idéal du créatif et inversement ».

En 1985, un premier entretien entre Ratimir Pavlovic et le Professeur Jean Bernard allait donner corps à cette notion de « Pensée créative et scientifique contemporaine ». Il serait suivi, en 1987 d’un entretien avec Jean Dausset, prix Nobel de Médecine, et de beaucoup d’autres. Le mouvement était lancé. Il se poursuit.

Pour en revenir à la poésie, il est intéressant de noter que le grand hématologue qu’est Jean Bernard a toujours été passionné par elle, au point de publier un livre sur les rapports des poètes avec le sang, une « poétique du sang » pourrait-on dire. Jean Bernard s’est attaché, par exemple, à la relation de Paul Valéry avec la biologie : « J’ai repris La jeune Parque, écrit-il, et je me suis aperçu que c’est un poème totalement ensanglanté... Le sang joue un rôle énorme en poétique. »

À « l’étincelle d’immortalité » par laquelle Jankélévitch caractérise la poésie, Ratimir Pavlovic répond en évoquant cette même poésie comme « la parure la plus précieuse de l’esprit humain ». Je souscris volontiers à l’une et à l’autre de ces propositions. Qu’on me permette, pour conclure, d’en ajouter une, personnelle : en ce début du troisième Millénaire, la raison d’être de toute poésie est de retrouver la voie/voix du Monde et de la Vie. Même désespérée, la poésie reste une possible religion de rechange, moins au sens d’un sacré susceptible de relier l’âme à Dieu ou à un dieu... ou à des dieux, que par référence à une attitude intellectuelle et morale qui pourrait devenir une règle de vie aidant à l’épanouissement de la personne humaine ; en somme : un humanisme. Sachons-le : Ratimir Pavlovic est un humaniste, doublé d’un exceptionnel passeur. On le verra dans ce livre.[...]

Jean-Claude Renard écrit : [...]Le propos de Ratimir Pavlovic me paraît être de tenter sans cesse de répondre à la « question ouverte / de l’Homme » en trouvant le « Chemin / hors de lui-même : / (le) sentier des Autres. Aussi faut-il, selon lui, aller « à la recherche de la chaleur / du coeur terrestre », « effacer son nom (...) pour devancer le Chemin » et marcher « vers la forêt de l’avenir ». D’où « le désir indomptable » du poète de « lancer la ligne » grâce à laquelle, trouant le « lit de néant », il réussit à « pêcher » le microcosme dans le macrocosme et le macrocosme dans le microcosme. Le rôle de la parole poétique qui, chez Pavlovic, est également celle du philosophe, consiste ainsi – comme par un mystérieux regard pareil au langage profond du silence où « le temps n’éclaire que par son absence » – à révéler les secrets de cet « ancêtre toujours futur et présent » qu’est l’Univers. Car le Tout se masque sous ses fractions infimes et infinies sinon même sous le rien.

Il s’ensuit que les poèmes de Pavlovic ressemblent à des sortes d’instantanés photographiques dont l’immobilité recouvre énigmatiquement un mouvement permanent de traversée vers les zones les plus intimes et les plus singulières du monde et de l’humanité – et contribuent à empêcher l’Homme de se changer en « antiHomme ». Comme le lui déclarait, au cours d’une interview, le professeur Jean Bernard, il existe dans la science ainsi que dans la création artistique, outre une « extraordinaire alliance du hasard et de la raison », « une relation très étroite entre sang et poésie », due au fait qu’ il y a « des centaines de millions de combinaisons de groupes sanguins » : ce qui signifie que « chaque homme est un être différent des autres ». Ratimir Pavlovic le sait. C’est pourquoi l’on peut, semble-t-il, appliquer à son oeuvre ce qu’il a lui-même écrit de Kisling en notant que, comme celui-ci, mais avec et dans des mots, « il saisit, simultanément, par son intuition, la plénitude essentielle et existentielle des êtres et des choses : c’est-à-dire qu’il voit et pense absolument ». (Ratimir Pavlovic ou le chemin hors de lui-même)[...]

Le cahier « Pavlovic » cherchera à capter cette postulation originale qui a convaincu bon nombre d’excellents esprits que Ratimir Pavlovic est un grand poète digne de notre confiance.

Allez acquérir ses deux livres et revenez avec vos belles et pertinentes propositions pour constituer et enrichir ce quinzième Cahier de la RAL,M.

Patrick Cintas.

 Cahier Nº16 - Femina
valerie_constantin-54-2

Valérie Constantin - Une des illustrations de "première nudité" de Marta Cywinska.

 

Femina, un cahier au féminin, espace de réflexion sur la création au féminin.
Ce projet s’adresse à des femmes plasticiennes, écrivaines, musiciennes, etc., des femmes qui veulent montrer leur création et qui veulent en parler.
Montrer son travail, le dire et échanger avec les autres participantes sont le crédo de cette aventure.
Très souvent l’art au féminin est taxé de féministe. Pourquoi ou pourquoi pas ? Chacune pourra apporter sa réponse.
Que votre discours soit philosophique, existentialiste, esthétique, psychanalytique, etc. , que vous soyez le maître de votre art ou que vous utilisiez votre art pour survivre, que votre sujet de prédilection soit l’intime ou un regard sur le monde, - qui que vous soyez venez vous exprimer et partager.

Le but de ce Cahier est de réfléchir à l’acte créateur et à son genre si il existe.
Le Cahier nº3 : Femme(s) et Créativité se terminait avec le texte de Daniela Hurezanu : Que veut dire créer ?
Le Cahier Femina va tenter d’apporter des réponses, les réponses des actrices de la création.

Chroniques
Évitons le dithyrambe propre aux Bosse-de-Page
et chroniquons ce qui mérite de l'être.
Proposez vos chroniques à la rédaction.
Livres.
Expositions.
Concerts.

Quelques chroniques dans les jours qui viennent à propos de Jean Orizet, Bernard Mazo, Gaston Massat, etc.

L'éditeur
Seul lien LITTÉRAIRE entre l'auteur et le libraire.
Les nouveautés du Chasseur abstrait et autres considérations.

 

Catalogue du Chasseur abstrait Notre librairie Amazon
Nouveautés

 


[ … ] Avant de franchir le seuil qui ouvrait ses portes sur un charmant jardin, Romane s´arrêta.
Une pointe au coeur lui coupa la respiration. Elle rabattit sa main droite au niveau de sa poitrine et inspira lentement. Cela lui arrivait régulièrement. Le tout était de ne pas s´énerver. Elle patienta un moment et la douleur finit par s´estomper.
La jeune fille emprunta le chemin mis en évidence par des gravillons gris. Il semblait donner accès aux logements. Sur les côtés, herbes hautes, potiches en céramique et fleurs fânées à gogo. Des chaises en fer forgé étaient disposées autour d´une table basse construite dans le même métal. L´extérieur paraissait délaissé.
Une légère émotion envahit Romane. Ce jardin lui rappelait quelque chose. Mais quoi ? Elle n´en avait pas la moindre idée.
[ … ]

L´héroïne de Parfum de vanille s´appelle Romane. C´est une jeune étudiante heureuse de vivre, dynamique, passionnée. Mais des malaises, des sensations étranges font irruption dans sa vie et la déstabilisent. Son insatiable besoin de comprendre va la conduire au fil des pages vers ce terrible secret qui la hante.
Dans ce livre, Caroline Hourcade use d´un style frais et léger qui contraste avec l´angoisse profonde de son héroïne. Cette antinomie apparente réussit bien son pari.

Parfum de vanille-Extrait-RAL-m

 


Dans l´espace, sans bornes, où souffle le vent de l´imagerie mentale, nous continuerons éternellement notre errance, en quête de ce qui porte le nom d´écriture. Écrire, et vivre au pays du réel ou de l´imaginaire, voire des deux à la fois, pour tenter d´exprimer le mystère d´un tout : celui d´une vérité dans sa gaine d´ombre, le rêve de tout auteur. - Christiane Prioult

Metamorphoses-Extrait-Ralm

 

Pourquoi devient-on poète ?

 

 

Le portail Internet
LE CHANTIER
Numéros spéciaux
Espaces d'auteurs
Textes et Prétextes
Publication libre
Proposez vos textes, oeuvres plastiques et sonores à la rédaction.
La RAL,M commença le 1er avril 2004 par être une simple revue en ligne chargée, comme mille autres, de publier les refusés. Chemin faisant, elle est devenue le Portail du Chasseur abstrait. Entre temps, cette maison d'édition s'est donné pour tâche de diffuser les auteurs qui le souhaitent.

On a vite distingué ceux qui déclarent tenter l'aventure totale - publier une oeuvre - et ceux qui ne souhaitent pas aller plus loin qu'une publication ponctuelle. Les premiers, nous avons mis à leur disposition un outil complet : publication des livres "en papier"; collaboration active au site (articles, espaces d'auteurs, numéros spéciaux, blogs personnels). Aux seconds, nous leur avons demandé d'acheter quelques livres pour pallier le manque d'engagement et de participer presque librement au Portail du Chasseur abstrait.

Autrement dit, deux types de contrats: l'auteur cède ses droits et s'engage moralement à publier une oeuvre complète - rien ne lui est demandé, sauf de participer le plus activement possible au Portail;

l'auteur ne cède ses droits que pour un an et il s'engage à acheter quelques exemplaires de son livre, ce qui ne le prive en aucune manière des outils mis à sa disposition par le Portail.
Voilà comment nous travaillons. On ne peut pas être plus clair. Et avec beaucoup de travail, on sera de plus en plus efficace.

Voir [Manuscrits] pour de plus amples explications.
Voir l'[accueil] pour accéder aux numéros spéciaux. Il s'agit de numéros dont le sommaire évolue en fonction des ajouts et des changements qui l'affectent. Ainsi, le numéro spécial consacré à un auteur ou à un ouvrage est le meilleur moyen d'accéder au travail de cet auteur ou à l'évolution d'un ouvrage.

En plus de la possibilité de mettre en ligne des textes dans le site (Textes & Prétextes) et de celle de publier des livres dans les collections du Chasseur abstrait, l'auteur dispose de trois outils: - les [espaces d'auteur] - où il organise un sujet et s'exprime en toute liberté de forme, de fond et de composition;

- les [numéros spéciaux] - qui permettent au lecteur d'appréhender le travail de l'auteur dans sa totalité, y compris ses publications;

- les [sites officiels] - blog ou site plus complexe - où l'auteur présente ou fait présenter son oeuvre.
Publier chez Le chasseur abstrait, c'est disposer d'outils de communication et de publication sérieux, sans compter les salons auxquels nous participons, notamment le Salon du livre de Paris grâce à la bienveillance du Centre Régional des Lettres de Midi-Pyrénées.
Quelles nouveautés Nouveautés ce mois-ci ?
! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue

 

— Gor Ur ! Gor Ur ! Gor Ur !
Deux épisodes ! Et voilà le 2e tome bouclé !
— Ouais.

Le 2e volume de Gor Ur
bientôt chez Amazon.fr !

On peut aussi acheter maintenant
... sans tarder

les 8 premiers épisodes

chez Amazon.fr
ou tout lire gratuitement   gorur.ral-m.com
et lire encore plus  patrickcintas.ral-m.com

 

 

 

 

Valérie Constantin, Marta Cywinska, Andy Vérol, Nacer Khelouz, Pascal Leray, Paul de Maricourt, Serge Meitinger, Marie Sagaie-Douve, Patrick Cintas, Benoît Pivert, Oscar Portela, Robert Vitton.

Ces auteurs ont bien voulu animer des espaces plus proches de leurs préoccupations que le sommaire de la RAL,M toujours un peu généraliste. Ces espaces constituent du même coup le coeur de la revue et leurs projets respectifs nous rapprochent nettement d’une revue qui serait pleinement assumée.

Voir [Espaces d'auteurs]

 

Nouveautés

 

 

 

Les abîmes de Sadeq Hedayat
Benoît Pivert
Université de Paris XI

C’est une petite pyramide de marbre noir à quelques pas de la tombe de Marcel Proust. Quelques désespérés y vont en pèlerinage. La dernière fois que nous nous y sommes rendu, quelqu’un avait déposé ce billet à l’adresse du défunt : « Aide-moi à partir. Aide-moi à mourir. » Parmi les tombeaux monumentaux du Père Lachaise, cette sépulture tranche par sa sobriété. Sadeq Hedayat a été enterré comme il a vécu : en toute discrétion.

Il était né à Téhéran en 1903 dans une famille aristocratique, s’était familiarisé dès l’adolescence au lycée Saint-Louis avec la langue et la littérature française. Après un bref passage par la Belgique, il poursuivit ses études à Paris, études de chirurgie dentaire dans un premier temps, d’ingénierie par la suite et enfin des langues préislamiques et de la culture de l’Iran ancien. En Europe, il se familiarisa avec les œuvres de Rilke, Maupassant, Tchékhov, Poe et Kafka. En 1928, il tenta de se suicider en se jetant dans la Marne. De retour à Téhéran en 1930, il occupa divers emplois administratifs, le plus souvent subalternes, dans une banque puis dans divers ministères. En 1936, il fut marqué par un voyage en Inde. C’est dans ce pays que son œuvre considérée comme majeure, La chouette aveugle, fut publiée en 1937. Dans les années 40, Hedayat rédigea nombre de nouvelles réalistes ayant pour décor l’Iran populaire. En décembre 1950, il revint en France où il se suicida au gaz cinq mois plus tard.

Parmi les premiers lecteurs enthousiastes d’Hedayat, il faut noter André Breton, Roger Caillois et Henry Miller, tombés sous le charme de la traduction de la Chouette aveugle parue en 1952. Aujourd’hui l’œuvre d’Hedayat est largement disponible en français. A côté de La chouette aveugle, signalons L’abîme, Enterré vivant, L’homme qui tua son désir, Trois gouttes de sang, Madame Alavieh, L’eau de jouvence ou encore Hadji Agha. En Iran, Hedayat est de nos jours considéré comme un écrivain sulfureux par le pouvoir. Alin Erfan, auteur né à Ispahan en 1946, a sans doute raison d’écrire : « Si nous avions étudié Hedayat pendant quarante ans, il n’y aurait pas eu la révolution islamiste »[1]. C’est cela que les religieux ne lui pardonnent pas. Mais il serait réducteur de ne voir en Hedayat qu’un pourfendeur de l’obscurantisme. Son œuvre sombre est riche de bien d’autres choses.

 


Lire la suite [...]

 

 

 

Stanley Kubrick ou l’oeil esthétique
Stéphane Pucheu
stanley_kubrick

Pendant plus de quatre décennies, du milieu des années 1950 à la fin des années 1990, l’un des esprits les plus audacieux du domaine de l’art a modifié notre regard de la réalité en créant des films uniques, je veux parler de Stanley Kubrick.
Evoquer ce grand metteur en scène en 2009, figure incontournable pour qui s’intéresse vraiment au septième art, c’est revenir sur la filmographie exceptionnelle d’un artiste majeur qui nous a quittés il y a maintenant dix ans.
Dix ans déjà que les plans et les personnages de Stanley Kubrick se sont arrêtés.
Dans le même temps, ils reprennent leurs mouvements, dès lors que l’on revient sur ses films ou chefs d’oeuvre, je me risque volontiers au synonyme ou à l’équation.
"Lolita"ou l’amour interdit..."Orange Mécanique" ou la décadence de la jeunesse occidentale..."Les Sentiers de la Gloire" ou la folie de la guerre..."2001, Odyssée de l’Espace"ou la question métaphysique de l’avenir..."Shining" ou la difficile dialectique entre la solitude et la création..."Barry Lyndon" ou la question délicate de l’ascension sociale et de sa chute..."Eyes Wide Shut"ou les fantasmes dans le couple...


Lire la suite [...]

 

 

 

Bienvenida
Oscar Portela
Marcus Schenkenberg

"Las elegías que componen sus últimos libros desgranan con lúgubre pasión el sucesivo vaciamiento del amor, el deseo, la esperanza, la voluntad de vivir. /Vedme, espectral en sueños, despedirme del canto con que aromé mis horas/ ... sentencia Oscar Portela en ambigua afirmación sobre la poesía.Las palabras, negadas e imprecadas, que siguen siendo el nexo del poeta con el origen y el sentido.

Rodeado de sinrazón, penetrado por el sentimiento de vacío y ausencia, la palabra es todavía el humus sagrado en que el rapsoda mora, se expresa, muestra sus llagas, reposa.

Látigo u consuelo, el canto sigue siendo una tierra más real que la tierra que se destruye ante sus ojos.

No nos extrañe pues que las palabras sean el centro de la meditación de Oscar Portela, oscilante entre la búsqueda del lenguaje y el retorno a una realidad preverbal. Graciela Maturo


Lire la suite [...]

 

 

 

 

Nous recevons beaucoup de textes à publier, de livres à chroniquer, de manuscrits à insérer dans nos collections, sans compter la masse incroyable des Communiqués de Presse.

Et pourtant, il faut tout publier, tout ce qui vaut la peine de l'être - il faut parler des livres de nos confrères et des auteurs autoédités, il faut faire circuler les informations. Sans ce travail de fourmis, ce site n'aurait plus de raison d'être.

Nous allons donc nous organiser. Et si vous souhaitez nous aider à gagner du temps, tachez de nous remettre, toujours par email et en pièce jointe:

-- vos textes au format .doc (word) ou rtf.

-- vos images au format jpg (500 pixels minimum).

-- votre musique ou autre son au format mp3 (128 kb minimum).

Évitez les textes inclus dans le corps du email. N'envoyez pas de manuscrit par la poste. Regroupez vos textes au lieu d'en distiller les envois.

 

Une nouvelle revue
en papier !

Le prochain numéro de la
RAL,M
aussi sur papier

paraîtra le 15 octobre prochain.

 

VOIR ÉDITO

 

 

 

Publication libre
On consultera avec intérêt
les textes publiés librement dans cette rubrique.

Cliquez ici pour publier

Ou ici pour tout lire

Vos articles, Communiqués de Presse, poèmes, etc.

 

Dernières parutions (moins de 30 jours) :


Communiqués de Presse :

 

Blog de news

Périodiques "papier"
Un magazine de réflexion et de communication.

Et une revue de réflexion et de création.
En plus des collections du Chasseur abstrait, du papier ! du papier !
Suivez l'actualité de ces deux revues et participez.
Le RAL,Mag est un magazine "en papier" édité et diffusé par nos soins.

Contenu : Réflexion et communication sur les arts, la littérature et la musique.



Version numérique
du RAL,Mag nº 1

Téléchargement gratuit

pour le lancement
de ce nouveau magazine de réflexion et de communication


Vous pouvez acquérir la version originale papier
pour 15 euros frais de port inclus
en France métropolitaine
en adressant votre paiement à

Le chasseur abstrait
12 rue du docteur Sérié
09270 Mazères
Hors France métropolitaine: nous contacter.


L’abonnement à l’année est de 60 euros port compris
en France métropolitaine
pour 4 numéros par an
(par an environ 500 pages 20x25 cm)
Hors France métropolitaine: nous contacter.


Le RAL,Mag paraît en février, mai
et novembre (numéro double)

Plus de 500 pages par an.
Format 20x25 cm.

 

Prochain RAL,Mag nº 2-3
en novembre prochain
numéro double
Plus de 250 pages de réflexion et de communication.

 

Qu'est que le RAL,Mag ?

Une publication en papier distribuée par abonnement et bientôt en maison de la Presse.

Un magazine de réflexion, d'actualités et de communication. Articles de fond, essais, entretiens, expériences.

Comme indiqué dans le tableau ci-dessous, le RAL,Mag paraît en février, en mai et un double numéro en novembre.

Le premier numéro est disponible gratuitement au format pdf pour que vous puissiez en juger.

Parutions du RAL,Mag

Février

RAL,Mag

Mai

RAL,Mag

Novembre

RAL,Mag

Numéro double

 

Les Cahiers de la RAL,M, c'est une revue "en papier" éditée et diffusée par nos soins.

Numéros thématiques, anthologiques ou consacrés à un auteur, leur objectif est de communiquer le travail des auteurs publiés ou non par le Chasseur abstrait.

C'est un formidable outil de communication. La tâche est rude, on s'en doute, mais nous nous y sommes attelés sous la direction de Valérie Constantin qui a assuré la coordination du nº 3 "Femme(s) & Créativité". Benoît Pivert & Pascal Leray ont respectivement dirigée le nº 10 "Littérature et homosexualité" (à paraître) et le nº 9 "Ceci n'est pas une série". Certains auteurs ont pris en charge le numéro consacré à leur oeuvre : Patrick Cintas avec le nº 5 "La Vieja" et Pascal Leray avec sa "Sériographie", nº11 de la série. Dans le cadre du projet anthologique annoncé il y a déjà belle lurette, le Cahier "Haïti" - nº 8 à paraître - est un chef-d'oeuvre. D'autres anthologies sont en préparation : Littérature hispanique, Mallarmé, Organiser le chaos, etc. Des années de travail, sans doute.

Comme le signale espérons-le justement Francisco Azuela, ¡ya hacemos historia!

 

Plusieurs Cahiers sont en chantier actuellement:

Voir news.

 

Cahiers actuellement en ligne (gratuits): . Cahier "Une sériographie" - de Pascal Leray.

Ces Cahiers sont aussi disponibles en version "papier" dans


notre librairie Amazon

Outils
Publier ET Communiquer
Pas de communication sans outils performants.
Que vous soyez auteurs chez Le chasseur abstrait
ou ailleurs
éditeurs, diffuseurs, chroniqueurs...
N'hésitez pas : c'est gratuit !
Le Portail du Chasseur abstrait a commencé il y a plus de dix avec les sites de ses créateurs :

[Valérie Constantin] & [Patrick Cintas]

Ces deux sites sont en constante évolution. On peut les consulter [ICI].

Valérie Constantin & Patrick Cintas ont été rejoints il y a peu par Pascal Leray qui entretient un blog richissime que nous vous proposons de découvrir. Vous pouvez y participer librement.

À noter que les auteurs publiés par Le chasseur abstrait peuvent disposer de notre hébergement pour installer leurs sites officiels s'ils le désirent.
Galerie de Valérie Constantin
! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue

Dans tous ces livres, la caractéristique commune est le rejet de l´illustration, au sens traditionnel du mot, c´est à dire une illustration servile et littérale, qui a pour fonction principale celle d´adapter l´écrit au lecteur.

Ici, l´illustration est parallèle au texte. Le texte et l´image vont de pair. Ils sont associés de telle manière que l´on ne lit pas l´un sans regarder l´autre. C´est leur globalité qui s´offre au regard du lecteur.

C´est ce que je cherche quand je mets en image un écrit.

Lorsque une lecture m´émeut, me bouleverse, m´ensorcèle, j´ai besoin de la traduire, de l´écrire avec les mots qui sont les miens : la ligne, le point, la couleur.

Cette rencontre avec un autre artiste va générer toute une angoisse liée à la création même : les tâtonnements, les inquiétudes, les détours, les directions, les découvertes. Jusqu´à trouver les matières, les rythmes, les couleurs, la composition. Jusqu´au moment où ça y est, c´est ça... où l´objet-texte est devenu l´objet-œuvre... où l´image dit ce que le texte suggère... où l´osmose est créée... où le texte illustré peut être proposé à l´écrivain, au poète. Alors une autre histoire commence...

Ce que je recherche dans ma démarche de peintre illustrant (au bon sens du terme), c´est que mes images rendent l´œuvre nécessaire.

Valérie CONSTANTIN

 

Blog de Pascal Leray
! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue
La princesse néantiste me fait de grands signes, m'invitant à l'écouter. Je me prends avec elle à imaginer une femme (elle lui ressemble assez, d'ailleurs) qui se tord de douleur sur un banc, à un rond-point, le journal de la veille sur les genoux. « Comment se peut-il qu'une fraction de l'univers, si infime soit-elle, puisse rester dans l'ignorance de telle autre, pour éloignées qu'elles paraissent ? » Car l'univers est un, un comme la vérité est une, n'est-ce pas ? La princesse rit de sa voisine, qu'elle appelle Aine, je crois. Or, le journal relate ce jour-là un fait dont elle a été le témoin quelques jours auparavant. Un accident dont il lui était assez pénible de se souvenir. Mais la réalité de l'article et celle de la photographie ne correspondent en rien à ce qu'elle a vu elle-même. Le jour et l'heure ne sont pas les mêmes, d'autres détails divergent. « L'accident relaté dans le journal ne doit pas être le même que celui dont j'ai été le témoin », se dit-elle. La princesse nous mime majestueusement les attitudes embarrassées de sa voisine, nous nous tordons de rire ! Mais l'accident relaté dans le journal ne peut pas être un autre que celui auquel elle a assisté. Alors, elle lit l'article en boucle, tout en cherchant à se rappeler ce qu'elle a vu. Chaque détail qui lui revient en mémoire, elle le soumet à une critique rigoureuse, puis cherche de cet élément une trace dans l'article pour comparer les deux versions.

Extrait de L'accident récursif L'oeuvre de Pascal Leray a fait l'objet d'un "numéro spécial". On y trouvera sa participation évolutive à la RAL,M et le catalogue de ses oeuvres publiées par Le chasseur abstrait :

 

Blog de Patrick Cintas
! Auteur du Chasseur abstrait !
Consulter le Catalogue
L'idée d'enfermer le monde dans un bocal pour que les autres puissent le contempler à travers les imperfections de transparences héritées de choses aussi bornées que la langue, la littérature, est sans doute la première qui vient à l'esprit quand le moment est si mal choisi d'annoncer qu'on a décidé de devenir écrivain. Annonce faite à soi-même d'abord, rarement avec autant de sincérité auprès des autres, leur farouche opposition est un avertissement. L'effort d'abstraction venait de cette lutte où l'allégorie servait de prétexte à l'analyse qui détectait en vous une ironie prometteuse de conflits sinon insurmontables du moins destructeurs et par conséquent mesurables. Que de temps passé encore à appliquer des lois apodictiques aux gouttes de sang versées dans ces inutiles mais inévitables conversations de tous les jours! Le prix fut exposé sur la porte de votre chambre. Vous n'entriez plus dans les lieux de votre chance sans calculer la croissance phénoménale de cette nouvelle existence. Il s'agissait bien de raconter une histoire qui ne fût pas seulement la vôtre.

Le Portail du Chasseur abstrait héberge d'autres sites d'intérêt : Galerie Artistasalfaix - galerie d'art actuellement indisponible pour cause de maintenance.

Bortek - site de théâtre en attente de propositions sérieuses.

Dictionnaire philosophique de Voltaire - un des grands succès de notre site (plus de 3000 téléchargements quotidien) - On peut lire cet énorme ouvrage en ligne et télécharger l'oeuvre intégrale au format PDF.

Sur Blogg.org - un blog de nouvelles pour diffuser aussi sur d'autres canaux moins spécialisés.
Voir le [Accueil].
Nous vous invitons à découvrir ce mois-ci le Dictionnaire philosophique de Voltaire (lecture en ligne et téléchargement gratuits).
Dictionnaire philosophique
de Voltaire
Le philosophe n'est point enthousiaste, et il ne s'érige point en prophète, il ne se dit point inspiré des dieux; ainsi je ne mettrai au rang des philosophes, ni l'ancien Zoroastre, ni Hermès, ni l'ancien Orphée, ni aucun de ces législateurs dont se vantaient les nations de la Chaldée, de la Perse, de la Syrie, de l'Égypte et de la Grèce. Ceux qui se dirent enfants des dieux étaient les pères de l'imposture; et s'ils se servirent du mensonge pour enseigner des vérités, ils étaient indignes de les enseigner; ils n'étaient pas philosophes: ils étaient tout au plus de très prudents menteurs.[...]

Distinguons dans tout auteur l'homme et ses ouvrages. Racine écrit comme Virgile, mais il devient janséniste par faiblesse, et il meurt de chagrin par une faiblesse non moins grande, parce qu'un autre homme, en passant dans une galerie, ne l'a pas regardé: j'en suis fâché, mais le rôle de Phèdre n'en est pas moins admirable.[...]

Voir aussi Wikipedia

Services gratuits
Les outils de communication du Portail du Chasseur abstrait sont très utilisés en ce qui concerne: [S'inscrire à la newsletter] [Recommander le site] [Contact]. Voir le [menu en haut de page], dernière ligne. Ces outils sont en effet communs à tous les sites. On a l'habitude de s'en servir et on en mesure très bien l'utilité.

Une explication s'impose :
Communiqués de Presse [Communiqués de Presse]
Le CP, communiqués de Presse, est sans doute l'outil de communication le plus efficace et le moins onéreux. Ce qui explique sa très fréquente utilisation par tous ceux qui souhaitent communiquer des informations publicitaires ou autres.

Nous recevons nous-mêmes par email quelques dizaines de CP chaque jour - sans nous plaindre de cet assaut quotidien qui ne constitue en rien un abus à nos yeux. C'est bel et bien de la communication venant d'éditeurs et d'auteurs qui souhaitent à bon droit faire passer une information sur le média inconstestable qu'est notre Portail du Chasseur abstrait.

Hélas, nous ne pouvons assumer la tâche considérable qui consisterait à mettre en ligne, chaque jour, ces nombreux et utiles CP.

Nous mettons donc à la disposition de ceux qui souhaitent faire passer leur message un outil facile d'utilisation et efficace en toute liberté - à savoir notre système de "Publication libre"...

 

Le mois prochain
Nouveautés de la RAL,M
Pas un mois ne passe sans cette hyperactivité qui caractérise Le chasseur abstrait et ses amis auteurs et lecteurs. Des années qu'on s'échine et qu'on s'organise dans une joyeuse confusion...! Personne ne peut dire qu'on n'a pas fait du chemin...! C'est le genre de la maison...!

 

Nouvelle RAL,M

Chaque mois, une page éditoriale

Octobre 2010. La nouvelle RAL,M est née. Qu'est-ce qui a changé? Et bien le Chasseur abstrait a maintenant son propre site. Les catalogues et les nouvelles des auteurs publiés sont donc transférés dans ce nouveau site. La RAL,M revient a sa vocation première : la publication en ligne et les revues "papier". Et redevient entièrement le chantier littéraire et artistique dont les auteurs, quels qu'ils soient, ont besoin. Et c'est aussi l'endroit où Le chasseur abstrait rencontre ses futurs auteurs. Pour plus d'informations, consulter la nouvelle ligne éditoriale de la RAL,M :

Ligne éditoriale : 

 

2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -