Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Si je perdais mon ombre
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 octobre 2014.

oOo

Si je perdais mon ombre dans ce sas sans joie, je n’aurais plus de langue. Je comblerais ma bouche avec des lampes de chevet, de nuit.

Et tout le jour je garderais la bouche ouverte comme un nouveau-né avide de ta nourrissante lumière. Tu y déposerais des lames de rasoir.

Je t’en serais certainement reconnaissant. Le sang et la lumière ne sont qu’un même flux pour ma tendresse organique, peut-être invendable.

Mon stock sentimental est invendable lui aussi. Voilà pourquoi j’ai si peur aujourd’hui de perdre mon ombre qui est un excellent commercial.

Elle a toujours su négocier jusqu’ici mon existence auprès du sol qui représente une clientèle avare, déplaisante, criarde et sans le sou.

Elle a su expliquer au mille intermédiaires de ma commercialisation que les parties plus fragiles maintiennent les blocs d’être en un corps.

Elle change les ampoules quand les lampes défaillantes claquent de nuit entre deux rêves, la bouche grande ouverte comme un bec d’arrosoir.

Elle n’hésite pas à relancer les choses qui disent que leur présence m’est nécessaire quand je constate qu’elles ne sont que ton absence.

Mais elle se lassera un jour car cette clientèle mauvaise est sûre de son fait face à mon organisme mal géré et peu consistant il est vrai.

Elle se réveillera un jour avec la certitude irréfragable qu’il y a un lendemain puisqu’il a toujours lieu et qu’il faut le chercher.

Elle trouvera mon corps trop vaste pour le hurlement qu’il porte et bien trop compliqué par rapport aux attentes précises de sa clientèle.

Je resterai de jour comme de nuit sans ombre et sans lumière dans ce corps qui n’est qu’une imposture de corps, au vrai. Avec mes lampes.

Et qui dira alors que ma gorge est en mesure d’abriter cette lueur sans teinte, dénuée de lèvres, qui exprime l’amitié de l’abat-jour ?

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -