Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Mon arme, ô mon harmonica
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 octobre 2014.

oOo

Il joue de l’harmonica… mais il joue aussi de la gâchette. - Sergio LEONE

 

O mon fantasque harmonica,

Je suis de tous les altercas.

Que de quolibets je récolte.

Je te dégaine comme un colt.

 

J’ai repeint mon cheval en vert.

Je descends la rue principale,

A la ceinture, un révolver.

Je ne vois que des ombres pâles.

 

Numérotez vos abattis,

Dévaliseurs de diligences

Dignes d’un western-spaghetti

Où ne froidit pas la vengeance.

 

Terne est ton étoile, shérif,

Fils d’un coyote et d’une pute,

Toujours à caresser ton rif.

Si je t’attrape, je t’ampute.

 

Mon arme, ô mon harmonica,

Je rêve d’aggraver mon cas,

De tirer d’un sac moult moutures

Et de rabattre des coutures.

 

Je sommeille dans un polar,

Je ne suis plus recommandable

Avec mes tas de faux dollars,

Avec mon choix de tours pendables.

 

Ceux-là me pendent haut et court,

Eux mettent ma tête à la taille,

Tous s’empêtrent dans des discours

Sur leurs bourriques de bataille.

 

Les poignets liés, les pieds joints,

Je saute au-delà de mon ombre

Dans un nuage de benjoin.

J’étais là pour faire le nombre.

 

Mon arme, ô mon harmonica,

La rue s’habille à la polka.

J’ai mon œil de biche et ma bâche,

Je raffine le genre apache.

 

J’étais le preu, je suis le der

Dans de longues files d’attente.

Je m’étouffe, je manque d’air.

Plus rien, ici-bas, ne me tente.

 

Quand j’en bave une et rien de plus,

Loin des magnes et des giries,

Tous ceux qui veulent mon salut

Ne sont que des planches pourries.

 

J’ai traversé des pays nus

A pied, à cheval, en voiture…

 Suis-je tout à fait revenu

De mes mille malaventures ?

 

Mon arme, ô mon harmonica,

Je rapplique dans les fracas,

Dans les chahuts, dans les bastringues,

Dans les kermesses, dans les bringues…

 

Et ces chants, ces chants plagiés

Qui s’étendent sur les prairies,

Sur les camps de réfugiés,

Ces chants qui couvrent les tueries !

 

Et ces chants, ces chants éclopés,

Ces chants exilés dans leurs terres,

Des territoires occupés,

Que les chars acharnés croient taire !

 

Ceux-là, les pauvres émigrants,

N’ont plus qu’à croire aux évangiles.

Tout comme nos parents, les grands,

Ils pétrirons une autre argile.

 

Mon arme, ô mon harmonica,

J’exerce de rudes tracas

Aux champs, le long d’une fervoie…

Et tout cet or que je convoie !

 

J’ai été commis voyageur,

Orpailleur, groom, batteur d’estrade,

Croupier, passeur, déménageur,

Organisateur de ferrades,

 

Meneur d’ouailles, bookmaker,

Nocher du Styx, porte-parole,

Nègre jazzy, cow-boy rockeur,

Galérien pop, roi du pétrole…

 

Je suis un pilier de saloon,

J’y bois, j’y joue, je m’y allège,

Dans les poches, mon nez de clown,

Mon orgue à bouche, un florilège…

 

Mon arme, ô mon harmonica,

Je te glisse dans ma parka.

Et pour rafraîchir mes idées,

Je cours contre vents et ondées.

 

Mon arme, ô mon harmonica…

Mon arme, ô mon harmonica…

 

Mon arme, ô mon harmonica !

Barca !

 

 

Robert VITTON, 2014

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -