Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Sarabande
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 9 février 2014.

oOo

L’instantané fixerait en somme ce que le flux de nos actes empêche de fixer.

Il serait comme un bonheur second, le souvenir fixé d’instants perdus emportés dans le flux enivrant.

Rien de figé dans cette geste, que des gestes fixés pour l’éternité douce d’une répétition générale de nos désirs qui nous viennent en sarabande.

La pièce se joue en un acte. Toutes les scènes s’enchaînent furieusement, et l’épilogue rejoue le commencement. C’est sans fin.

*

La rose et le jasmin, la rose rouge amoureuse du jasmin en fleur, voilà le parfum délicat qui flotte dans l’air de ta chambre, quand tu te mets nue devant le miroir de tes odeurs intimes.

Le jasmin de tes seins appelle la puissance de la rose qui émane de ton sexe en fleurs.

A eux deux, ils enveloppent ta chambre, font d’elle ce cocon précieux qui t’éloigne du monde. Tu peux alors te laisser aller à caresser tes seins devant le miroir ovale en pensant à l’amant que tu as laissé.

Il attend ton heure, tapi dans l’ombre de tes désirs fous, aux aguets, à l’affut, bête traquée qui aime sa chasseresse. Il sortira du bois à ton approche chargé de ses odeurs de feuilles mortes et d’humus que tu aimes tant quand il prend possession de tes royaumes.

Sa langue fureteuse de bête amoureuse lèche tes courbes savoureuses, creusent en toi le sillon d’amour où planter ensemble les semences du plaisir.

Elle s’enfonce dans la combe ombrée de ton sexe ouvert au mystère partagé, jusqu’à cette énigme résolue qui te mène là où tu veux jouir.

Tu laisses l’arc mais ne lâches jamais la flèche de tes envies les plus intimes. Elle t’intime l’ordre délicieux de vagabonder dans les terres folles de l’homme de ta vie, avec pour seule arme le flair de ce limier imparable qui t’accompagne dans ta chasse, ce sixième sens qui les rassemble tous dans la course poursuite de tes vices. 

Bientôt, ce sera la moisson, la foison de tes spasmes qu’il rassemblera en gerbes colorées que ses yeux te renverront.

Sagace, le miroir ovale approuvera ta décision de laisser ta folie aller jusqu’à ses confins, là oùvos deux corps ne font plus qu’une seule entité lumineuse dans l’ombre agitée.

Le temps n’est pas aux regrets. La morsure du temps est trop forte, trop intense, sa brûlure trop vive pour que le miroir cesse de vous regarder.

Jean-Michel Guyot

22 décembre 2103

les vêtements intérieurs de ses désirs les plus secrets qui habillent encore leur expression, c’est sans fin, cette découverte

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -