Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Une lame sur l'huile bleue
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 8 janvier 2006.

oOo

 

mon cheminement

 

En me promenant, je prends le pouls de la nature, je l’entends respirer. Le vent, la pluie, les odeurs stimulent mes sens. Je peins dans ma tête, j’emmagasine des émotions que je laisse mûrir en moi avant de les exprimer.

 

La lumière qui dynamise ou adoucit le paysage est l’élément qui inspire le plus ma peinture.

J’aime le soleil du soir. Il fait naître des ombres démesurées, réchauffe les couleurs. Il m’incitera à des palettes cubistes à la fois douces et fortes d’ocre rouge, de jaune, de terre, de blanc et de noir coloré.

J’aime le soleil éclatant de la pleine journée, gorgé d’énergie. Il exprime la joie en intensifiant les couleurs, en accentuant les contrastes. Il va peut-être me donner l’envie d’une marine qui me permettra de décliner un camaïeu de bleu-vert très tonique.

J’aime le soleil qui filtre à travers les nuages et structure le ciel, en le balayant de palettes fauves. Il m’incite à une composition très libre lancée de façon gestuelle.

J’aime la brume lyrique et mystérieuse. Sa mélancolie me pousse à la création. C’est dans la brume que j’ai préféré Venise, tout y est ambigu, suggéré. C’est ainsi que je l’ai représentée, la 1ère fois, avec des palettes de gris ocrés, gris violacés travaillées dans des nuances subtiles et feutrées.

 

Par ma peinture, je souhaite bien sûr parvenir à une esthétique qui me satisfait, mais mon souhait le plus cher est que celui qui la regarde, partage l’émotion que j’ai moi-même éprouvée.

En effet je ne fais pas une peinture réaliste et la figuration n’est qu’un point de départ, le stimulus d’une émotion. Le dialogue se crée entre le paysage et moi, entre moi et la toile, entre la toile et le spectateur.

 

Mon pari est de faire passer l’émotion. Pour y parvenir, je m’implique tout entière dans la toile : j’y mets ma tête, mon cœur, « mes tripes ».

Au début, lors de la conception du projet, intervient la tête car ce n’est pas le temps de l’action qui importe mais l’intériorisation qui précède : réflexion sur le thème, la composition, l’harmonie basée sur le nombre d’or.

Pendant la réalisation intervient le cœur qui me fait libérer le maximum de sensibilité pour l’expression du climat, d’un sentiment. J’exalte les couleurs, je structure la forme, j’amplifie les rythmes plastiques. Ainsi naît la dualité entre force et douceur.

Puis je m’éloigne du sujet et de « mes tripes » vient la dynamique, qui provoque parfois le déséquilibre dans l’équilibre. Le geste, libéré, contrebalance la rigueur de la construction, il introduit un rythme.

 

Mon imagination s’exprime librement et surtout, je ne dis pas tout afin que le spectateur ait sa part de création. J’ai envie que son regard soit actif devant ma peinture et que lui aussi laisse voguer son imagination.

 

Car mon espoir est que la peinture ouvre sur le rêve et qu’elle continue de vivre.

Pour voir un diaporama, cliquez sur les images :

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -