Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
J'ai de la pluie dans les mains
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 2 janvier 2006.

oOo

J’ai de la pluie dans les mains

(Traduction : Marta A. Covas)

 

Il n’y a plus ni vie ni mort

rien que de la pluie dans les mains ;

il n’y a plus de voix que sa voix

dans les cristaux d’eau vive

ni plus de corps

que son corps se délectant

de cette strophe mouillée

caressant des trèfles.

Il n’y a plus ni envol ni rire

si ce n’est boire ses émeraudes ;

ni d’autre charme qui ne soit la surprise

dans l’humide poème de ses larmes

ni joie ni douleur...

dans les étages de ce ciel il y a la lumière

qui m’abrite

Il n’y a plus ni bateaux ni ports

si ce n’est cette pluie dans les mains

entre verts dilués et jais qui roulent

sur le froid méfiant des fontaines

où la lumière de l’eau esclave

pâlit en face d’autre lumière

de l’ eau libre qui tourne.

Il n’y a plus ni jour ni nuit

seulement la pluie

et les coursiers du vent qui jubilent

leurs flambantes fleurs, leurs métaux

errent séduits dans le temps

et ce bouquet de pluie dans mes mains

s’ouvre de regards.

Il n’y a plus ni royaume, ni reine

ni couronne ni sceptre

si ce n’est la gloire indéfinie de la pluie

d’alabastre, de violons

de pas et de miroirs

et la main de l’eau

qui me caresse

 

Tengo lluvia en las manos - Graphisme

 

Il est très tard

(Traduction : Nicole Pottier)

 

Eteins la ville et abandonne

cette rue aux ternes paroles

avec ses nuits d’alphabets et de mouches

sur les toits un chat

et le claquement des ombres

dévorant les ultimes dépouilles

des lignes que nous traçons.

La lumière n’est qu’un souvenir

où le clair éventail épointait

et le parfum du jasmin

roue du temple

d’une feuille de papier.

Il est très tard à la fenêtre

entourant le ciel de marbre

et les ombres que nous formons

se tordent de froid sur le mur.

 

Bourgeons.

(traduction : Nicole Pottier)


Ces bourgeons sont sortis dans mon corps

sans que je le veuille

et je ne peux ni les dissimuler sous ma robe

ni les plier

En m’efforçant

de les arracher et de les couper

dans la douleur à nouveau ils m’ont meurtrie

comment cela s’est-il fait ?

venir au jour... avec ces ailes

si j’ai demandé

j’ai supplié

j’ai exigé

avec tout l’acharnement possible

car je ne veux pas

car je me refuse à être un ange

car je suis allergique aux plumes

-pas à voler

à cela je ne le suis pas -

je suis allergique au sucre

de voir de ces yeux vides

qui n’indiquent aucun lieu

je fais des allergies

je fais des allergies

je fais des allergies

à ces bourgeons

qui me visitent à nouveau

et menacent de rester

et je répète

avec mes griffes, mes ongles et mes dents

la terrible amputation de chaque année.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -