Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Paquet de nerfs
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 12 septembre 2012.

oOo

« Baudelaire a été tué par la syphilis et détruit par la justice française. Plus tard, celle-ci a revu son jugement, mais sans cesser d’excuser les juges de Baudelaire. Ainsi, les Fleurs du Mal ont échoué sur des rives moins précaires et Mon cœur mis à nu n’a pas franchi les limites du non retour. Je me demande bien ce qui me tuera. Ça n’a aucune importance au fond. La Justice me fout la paix. Les temps ont changé et puis, je ne suis pas Baudelaire. Je veux dire que je ne suis pas cet instant de lumière et de courage. » Qui parlait ? Nous avions pris l’habitude de ce chemin, évoquant ceux que Machado a tracé dans la mémoire. Des habitants s’étaient habitués eux aussi et ils nous saluaient maintenant. Nous répondions joyeusement, mais sans approcher ces à-côtés d’un voyage circulaire qui ne promettait pas autre chose toutefois. Je parlais moi aussi, des mêmes choses lancinantes. Nous n’avancions pas. De temps en temps, une féminité venait à notre rencontre et nous nous en émouvions presque trop. Elle ne s’arrêtait pas. Ce frôlement nous rapprochait. Nous retrouvions le même désir à la même heure. « Les grands hommes… » commençais-je et il m’interrompait pour désigner un angle ou un arrêt, la vitesse d’un animal ou au contraire la lenteur d’un homme. Puis il concluait : « Nous ne sommes pas des grands… » Au café, la proximité de ces hommes et de ces animaux dénouait nos liens. Il se laissait aller, interrogeait une femme, jouait aux devinettes avec un enfant ou cassait les pieds à un homme qui ne finissait pas son verre et s’en allait en le maudissant. J’étais plus… fade. « Nous ne tuerons personne, remarquais-je quelquefois. Nous serions détruits si nous nous avisions… » Flash d’un enfant. « Tu as bougé ! » Je bouge toujours. À la dernière fraction de seconde. Je ne peux pas éviter ce réflexe. « Mais contre quoi deviens-tu cet énergumène ? » Il n’aimait pas que je le sortisse de sa rêverie avec les autres. Moi, un énergumène ? Un vibrion libre dans ce champ inculte ? Cette fissure au plafond qui éclaire la scène de notre déroute ? L’enfant rembobina la pellicule. Enfin, il se tourna dans l’ombre pour l’extraire. Son visage en disait long sur la photo ratée parce que j’avais bougé. « Tu n’as pas bougé ! gueula-t-il. Tu es… tu es hystérique ! »

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -