Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Reflets dans un œil mort
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 3 juillet 2012.

oOo

Après le sable, nous nous mîmes à courir. La piste s’enfonçait dans la broussaille. Le corps gisait sous un pin, souriant comme s’il était heureux qu’on s’arrête. Je ne voyais pas un mort, mais j’étais incapable de dire s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme. « On s’en fout ! » fit celui ou celle qui m’accompagnait. Nous étions trois maintenant et le téléphone pouitait dans sa main. Je regardais la tignasse. Elle formait un nœud au-dessus de la tête. Le chapeau, un bob rose et blanc, bougeait entre les jambes, au gré du vent. Tic-tac. L’heure tournait encore. Sous les ongles, les traces d’une lutte. « Ils arrivent. Nous, on bouge pas. » Nous nous éloignâmes cependant. Nous nous étions approchés trop près. « Je voyais quelqu’un de parfaitement vivant, » dis-je au policier. « Il ne faut pas se fier au sourire, me dit-il. Vous le saurez pour la prochaine fois. » Chez moi, je me suis douché longuement. Je me suis regardé dans le miroir. J’ai fumé plusieurs cigarettes. J’ai attendu qu’on vienne me chercher. Le soir tombait lentement. Les lampions se sont animés tandis qu’une voix annonçait qu’on pouvait sortir. C’était l’heure heureuse. Deux boissons pour le prix d’une. « Tu vas pas rater ça ! » Je descendis, seul. Je n’aime pas glisser, mais ça amuse les enfants, alors on glisse ensemble. Et puis on se quitte, chacun de son côté. Je ne rencontre personne, je croise tout le monde. « Un assassinat ! » J’expliquai que les cheveux étaient noués. Pas de traces de sang. Un petit trou peut-être dans la poitrine. Là ! Comme si rien ne s’était passé. Personne ne veut savoir. On se retrouve sur la plage. Des hommes ramènent une barque qui paraît lourde et inutile. Des enfants sautent par-dessus le câble qui siffle dans la brise. Des femmes les tirent par la manche. Il ne se passe jamais rien d’autre. On me renseigne un peu. « Tu la connais ! Elle et toi… » Je ne me souvenais que du sourire, du sable voletant et des traces entre les herbes. Je n’étais pas revenu. « Quelqu’un peut-il en témoigner ? Je ne sais pas… On ne m’a jamais demandé d’être à deux endroits à la fois. » Mais j’y étais. Et je parlais, grisé par la boisson. Moi aussi je voulais tout savoir, ne rien perdre et m’en aller définitivement sans rien devoir à personne.

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -