Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Anthologie de l'humour noir
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 23 mai 2012.

oOo

De temps en temps, on vous ramène un corps - ou seulement la mauvaise nouvelle - et vous saluez vous aussi - vous appartenez au langage - on n’a aucune chance de vous surprendre en train de pisser sur la tombe du soldat inconnu - ou de vous torcher le cul avec les couleurs nationales - dont le vert est exclu - moi qui aime le vert ! - et le jaune qui va avec - toujours du vert dans le rouge de mes paysages - le ciel toujours blanc - ciel des déserts - les Amazighs ont un chouette drapeau - tout ce qui me fait rêver quand je ne suis pas dérangé par les cons et les salauds avec qui je compose quand je m’emmerde moi-même - la mer, les montagnes, le sable - des corps revenus n’en disent rien - pourtant, leurs noms devraient parler à tue-tête - je ne dis pas crier parce que crier n’a plus aucun sens dès qu’on se met à écrire. Il fait un temps d’automne - la pluie tombe sur la menthe et les soucis - je ne connais pas le nom de l’arbre - la fenêtre crépite comme un feu de cheminée - petite pluie fragile des printemps sommaires - j’attends l’été pour refaire le monde - ce monde que je n’extraie pas de moi-même parce que je n’en rêve pas - pourtant des voix touchent à la langue comme si ceux qui les poussent voulaient se faire comprendre - un salaud évoque l’appel du 18 juin - s’adressant à des enfants il perpétue la vocation du mensonge - mission accomplie des lâches et des traîtres en humanités - larbins incantatoires qui violent des filles et insultent la tranquillité des pères - les corps revenant des colonies anciennes et nouvelles - comme du temps où Rimbaud marchait sur les pieds de ses amis pour leur arracher un cri - toute la force d’une jambe à l’appui de sa future mutilation. Il fait un temps à se passer du rêve - se passer de la nuit et des autres - temps dense me dit mon petit doigt - comme si les mots avaient besoin de leurs sonorités pour acquérir un sens nouveau - un accroissement vif du désir de n’être plus ici et déjà ailleurs - avec les corps supposés ensevelis par le néant de leur explication - deuil remis à plus tard - une génération suffit - médailles ou plutôt piéforts - alors que Jean-Pierre Duprey pisse - « Mordons les morts et faisons aux vivants des signes impossibles auxquels j’attribuerai, toutefois, un sens nettement négatif. La bataille fait rage... Mais nous laissons ici nos insignes de chiens. » Ainsi se termine l’anthologie de l’humour noir. Pas autrement !

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -