Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Au fil du temps...
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 26 janvier 2010.

oOo

Au fil du temps

J’amasse les mots sur les mots

Pour en faire une barque qu’emportent les eaux

Et m’emmène loin de la terre de mes maux

Mais les mots ont leur propre plan

Ils me traversent comme si j’étais un pont

Sans la moindre information

Sur leur départ ni leur destination

Mes mots ne m’appartiennent plus

Ils ne m’ont jamais appartenu

Je suis juste une étape c’est mon rôle

Je n’exerce aucun contrôle

 

*

 

Echec et victoire

 

J’avais prévu autant de ciel

Autant d’astuce et de parfait pièges 

Pour glaner toutes les parcelles

Quand sera temps d’orage et de neiges

Mais j’ignorais qu’il en fallait autant

Pour contenir ses pluies, sa force

Si j’avais pu arrêter le temps

Si je savais changer l a chance

J’ai frappé dure le son de sa porte

Les mains suée de ma pudeur

Mais je n’ai pas pu, elle était si forte

J’étais l’esclave de ses envies, ses humeurs

J’avais marché des jours derrières son ombre

Suivant des cries venus d’ailleurs

Des crissements trop forts, trop sombres

Des images floues, des rires farceurs

Sais-tu seulement mon devenir ?

Quand sera l’heur de ta victoire

Qui marchera, qui vaudra rire ?

Du sort de mon ratage et mes espoirs

Sais-tu su demain je survivrai ?

A tes plans, tes jeux, tes ruses

Où ailleurs de toi je me cacherai ?

Mon beau malheur, ma douce intruse

Qui saura bien de moi chassé

 L’ébats de mon cœur, mes pensés

Tout ce que j’ai, ce que j’ai ramassé

Mes souvenirs, mes amours insensés.

 

 

 

*

 

 

 

Quand elle sourit j’ai l’impression que le soleil ne brille que pour moi

Quand elle me tient la main je sent que j’ai la foi

Et quand elle pleure, par ce que les femmes pleurent

On dirait que ses yeux pleuvent des pétales de fleurs

Quand elle parle on croirait qu’il y a des mots juste fait pour ses lèvres

Et souvent elle me prend par la main et s’en va loin

J’ai envie d’écrire le monde sur sa peau pour qu’elle reste

Envie d’être son pays, son continent, son océan, son Everest

Je voudrai la suivre au de la de ses voyages comme un bagage

Je voudrai qu’elle revient souvent me hanté comme une vague sur le rivage

Et que le temps du sable coule au gré de mon désire

Je vis le mode dans ses mots, ses passions, ses plaisirs

Quand elle écrie on dirait des histoires de bohémiennes

Elle a quelque chose d’un ange, d’une diablesse, d’une magicienne

Elle coure derrière la vie comme le temps

Battant des pieds, battant des ailes contre le vent

Une guerre que les Hommes ont perdue dans le passé

C’est ça façon d’y croire de ne jamais renoncer

Quand on l’a connu on voit les choses autrement

Elle défuse son éclat, partage sa lumière avec les gens

J’ai ce besoin étrange de sa présence à mes côtés

Elle faut qu’elle soit là Pour elle j’ai envie d’exister

Pour elle je damnerai mon âme j’irai en enfer

Pour chercher du goût à mon paradis amère

Et si j’y reste je serai comme même un homme fière

J’aurai su lui offrir une vie moins ordinaire

La vie est une affaire qui s’achève trop tôt

L’amour est une affaire qu’il faut comprendre

On a nos dilemmes, nos petits combats pour savoir ce qu’on vaut

L’honneur n’est pas de mourir ou de se rendre

C’est pour elle aujourd’hui que j’affronte ma réalité

C’est elle mon souffle d’aire, ma force, ma vérité

Je veux d’elle pour un bout de temps, l’espace d’une éternité

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -