Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Ecrits d'aurore
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 11 juillet 2008.

oOo

Ecrits d’aurore

 

Monsieur buvait tranquillement pendant que Madame jetait par-dessus bord (étaient-ils sur une embarcation de rang tenir ?) des morceaux de pain aux nombreux canards qui hantent ces lieux de villégiature.

Elle jetait indifféremment à gauche puis à droite tout en ne cessant jamais de se pencher vers Monsieur.

Ils laissaient derrière eux un drôle de sillage blanc, fait d’écume baveuse, de miettes de pain blanc et tous les canards blancs.

Ce jour-là le ciel était bien bas ; le ciel était bien blanc.

Ce jour-là, Monsieur était vin blanc et Madame rouge de lèvres.

 

La chute de l’eau continuait son bruit sourd par endroit et immuable par d’autre.

Accroché à sa coulée qui regorge, comme retenu par une main invisible : un vieux jeans qui se lavait ; se laissait laver ; qui se lavait.

Toute trace d’une histoire qui semblait à jamais perdue pour tout le monde, sauf peut-être à lui-même.

L’eau cependant continuait de descendre, de le caresser, d’inonder les recoins, de fouiller non sans grâce dans les poches béantes, bâillantes.

L’eau lavait toujours et recommençait toujours en un murmure éternel.

Il se lavait le jeans, se laissait laver et salissait les rives environnantes puis les plus lointaines.

Vers la fin de sa chute, l’eau devint jeans qui se consumait, se laissait disparaître là-bas.

 

Me voilà dans son dos !

De sorte que le monde gagna à être vu deux fois.

Sans qu’elle ne se doute de l’accomplissement de mon regard à la suite du sien.

Mais les choses, elles, elles étaient vues deux fois.

Elles vécurent deux fois.

 

oOo

 

A force de...

 

A force d’être Aube,

Je suis devenu Rosée

 

A force d’être Caresse,

Je suis devenu Ivresse

 

A force d’être Ventre

Je suis devenu Misère

 

A force d’être Cri

Je suis devenu Silence

 

A force d’être Écorce

Je suis devenu Sève

 

A force d’être Oiseau

Je suis devenu Envol

 

A force d’être Cigogne

J’ai déserté le Printemps

 

A force d’être Forêt

Je suis devenu Loup

 

A force d’être Fauve

Pourléchant aux alcôves

Mes colères devenues Chauves

 

A force d’être Chasseur

Je suis devenu Gibier

 

A force d’être Champ

Je suis devenu Bataille

 

A force d’être Orphelin

Je suis devenu Peuple

 

A force d’être Haine

Je veux devenir Amour

 

A force d’être Patience

Je me meus en délivrance

 

A force d’être conte

Me voilà redevenu enfant

 

A force d’être Ombre

Je serai désormais Lumière

 

Paris, août 2005

oOo

 

Moi, Cunégonde vierge cent fois violée

Toi femme courroucée

À la peau de crépuscule

Pucelle Cunégonde

Semant

Des pétales d’un blé suranné

Mon nid aérien sur

Tes ailes tissé.

 

Moi l’Éphèbe impénitent…

 

Toi femme viscérale

Te ravir à tes faux limbes

Tes notes de roseau

Pliant, rebondissant

S’accouplant

Au ciel seul.

 

Toi femme prétoire ;

Ta pluie de bruissements

Sous la coulée de lave

Abreuve-moi de ta justice

 

Toi femme charbon

Des ténèbres surgie

Après tes soupirs

De bête à plaisir

Retourne à tes cendres

 

 

Toi femme

Au manteau d’éternité

Regarde droit devant

Statue aux antiques

Poussières

Je m’en viens laper ton sein

De vinaigre.

 

Moi le vieil arbre gercé…

 

Kansas City, septembre 2007

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -