Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Heidenröslein
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 2 mai 2021.

oOo

Mais non ! C’est impossible ! On ne peut pas vouloir du mal aux gens comme ça, sans raison. Le mal est un malentendu. Oui, ça doit être ça, un malheureux malentendu.

Armée de cette conviction, Anna aborde la vie, débordante de vie.

Une mélodie scintille sur ses lèvres fermées.

La mésange bleue s’envole du nid.

Sa pensée presque nue exige qu’on ne se contente pas de l’habiller de lumière. Sa grâce native ne se satisfait pas non plus de quelques citations empruntées aux grands auteurs des siècles passés. Il lui faudrait des bibliothèques entières, seules capables à ses yeux de consumer le feu intérieur qui l’anime, encore n’est-ce pas si sûr.

Orpheline de cœur, elle ne peut compter que sur elle-même.

C’est quand on croit avoir gagné la partie que l’on s’aperçoit que, durant un laps de temps indéfini, la nature du jeu a changé, et la règle du jeu, et ainsi de suite.

Aveuglé par l’enjeu, concentré sur la partie, on en oublie le lapsus temporis qui emporte tout sur son passage. C’est là, dans le passage, que tout se joue pour le meilleur et pour le pire.

Le cœur d’Anna fonctionne à la manière d’une chambre anéchoïque. Ses battements ignorés de tous cognent à ses tempes bien visibles.

J’ai fait le tour de la question plusieurs fois. Ça m’a sapé le moral. On est loin des forêts de mon enfance ici, ce n’est pas le désert pour autant, même si ça y ressemble fort. Le paysage manque de ressorts. De trouées aussi, et d’anfractuosités.

C’est forte de cette pensée qu’elle gravit une à une les collines.

Non loin de là, au sommet d’une dune esseulée, une fleur chantait. De couleur indistincte dans le crépuscule, mais son chant était si limpide et raccord avec la sérénité des lieux. 

La ruse de la rose.

Les pétales fanés de la rose rouge piqués de minuscules points de rouille.

Ruse de la rouille. Rose rouillée. Rouille endeuillée. Sanglante mêlée.

Le point de fusion du végétal et du minéral voué à la froideur de fer du métal en voie de disparition.

Gelée matinale. Crocus en fleurs. Une rose insiste pour se faire belle.

Anna déborde de joie, toutes épines dehors.

Orphée, orfèvre en la matière, insiste pour être de la partie, mais les temps ont changé. Les jeux sont faits. Il n’y a pas à revenir là-dessus.

Sur la lande, brume et bruyères s’accordent sur un point. Ni la rose des sables ni la délicate églantine ne doivent tomber entre les mains des géants de glace.

Un vent imparfait mais glacial venait de souffler sur les braises de sa mélodie. Ni fournaise ni champs de glace ne conviennent au corps multiple d’Anna.

Son saz dans les mains, assise sur une roche surplombant la vallée fertile, Anna s’apprête à livrer le combat de sa vie.

Nous sommes en terres lointaines. Si proches déjà.

 

Jean-Michel Guyot

26 avril 2021

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -