Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Forum] [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Poèmes
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 12 décembre 2007.

oOo

Au creux de ma voix

 

L’image du vide me tente

Tels gestes poussiéreux

N’ébauchant que le rêve

À la portée de l’absolu

 

J’ai cette déchirure de pays

Au creux de ma voix

Raturant la mémoire

Au vide des marges absentes

 

J’ai misé mon ombre

De ciel à l’envers

Dans le jeu strangulatoire

Des soleils envoûtants

 

Mais toujours me reviennent

Par bribes vertigineuses

Ces rumeurs de crécelle

Me déroutant du chemin qui mène à toi

 

 

 

 

Hormis la nuit

 

 

La transparence nuptiale des cigales

Où la nuit s’abandonne au gré

--------------------- de nos fantasmes

 

le temps s’étale glas de nos souvenirs

Interpellant nos rêves à cor et à cri

l’aiguille de mon poème en excroissance

marque nulle part sur le cadran du doute

je cherche le poids de ton corps

------------ dans mon lit d’araignée

 

------------ j’ai des idoles à conquérir

 

 

l’alcôve du songe effleure nos gestes

je m’éclipse dans mon champ de terre

me noyant à contre-courant du Coeur

 

 

Mes échos la nuit prennent forme

 

Mes échos la nuit prennent forme

Sur ton corps auréolé de soleil

La porte s’est fermée sur mon

Ombre au milieu du jour

Je rêve à ce qui n’a pas encore

Reçu de nom à la blessure

Du baiser des origines

Le geste s’est figé en écho

Des altitudes

Je n’ai que des prénoms

Pour baptiser ma peine

Les draps célèbrent la beauté du corps

Et la clarté limpide du sperme

Déshabillant la solitude des parenthèses

Je n’ai que cette ville pour t’aimer

Avec des regards controversés

J’ai le Coeur qui suinte de spasme

Dans ce trou ludique où je confonds

Le bleu de la mer à ce bleu

Des horizons de suicide

 

 

 

Car notre silence

 

Car notre silence est d’une seule

Brassée d’amour

C’est le bruit des fontaines brûlées

Égrenant leur chapelet

De misère à midi

 

Le soleil d’Août a exilé

Les oiseaux tristes

Des gouttes de rosée

Sous ma fenêtre

 

Le vent a libéré les étoiles

De son mouchoir

La nudité des saisons

Se dévoile au jour

 

 

 

 

 

Abandon

 

La nuit est si calme

Que les fleurs s’abandonnent

Au grédu vent

 

 -L’amour est à reinventer

 -Toujours l’abandon

 

Et triste l’été des vagues

Quand le chant est une flétrissure

Devant la beauté des réverbères

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -