Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
1- Le verger
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 20 septembre 2020.

oOo

Il faut le vouloir.

Je le veux.

Tu ne le veux pas assez fort.

Il faut t’enfoncer dans l’œuvre, t’y accrocher, ne pas la lâcher, la voir pousser et grandir en toi, en goûter les fruits d’automne, traverser avec elle les hivers interminables, fêter avec elle en elle l’arrivée des printemps et respirer, respirer à pleins poumons l’air sec de ses étés.

Dans le grand verger, plusieurs essences poussent depuis des siècles. J’en ignore le nombre exact, d’ailleurs un décompte me paraît impossible parce que le verger ne cesse de grandir, les plants d’y croître toujours plus nombreux.

Je vais d’arbre en arbre, je séjourne quelques heures sous leur ombre, à la bonne saison je goûte un fruit ou deux, mais jamais je ne parviens à faire d’un arbre et d’un seul ma demeure pour au moins quelque temps.

L’essentiel me paraît toujours se trouver ailleurs ; j’ai beaucoup de mal avec la multiplicité. Je ne suis pas taillé pour la diversité. La pluralité me fait mal, mais voilà c’est elle qui me pousse à aller toujours ailleurs, jamais plus loin. J’ai beau aller d’un arbre à l’autre, je ne me déplace jamais vraiment, je ne fais qu’emporter avec moi un malaise dont je ne parviens pas à me délester.

Pour me défaire de ce malaise, il me faudrait consentir à demeurer au pied d’un arbre et d’un seul, non en le considérant comme un exemplaire d’une collection plus vaste, mais en y voyant la demeure de l’essentiel qui prospère partout alentour, dans chaque arbre, chaque essence, chaque ombre portée, le verger en expansion partageant avec le ciel qui le surplombe ce goût pour l’infini qui se loge dans les détails les plus infimes.

Mais comment sais-je tout cela ? comment puis-je affirmer en toute sérénité que l’essentiel se loge dans le détail d’un arbre et d’un seul ? L’essentiel est partout et nulle part, dispersé qu’il est en d’innombrables existants qui communiquent les uns avec les autres. L’essentiel ne se maintient que dans cet acte de communication incessant.

Quelque jour, il me faudra quitter le voisinage du verger, et je sais d’ores et déjà que, loin d’avoir séjourné ne serait-ce que quelques heures auprès de chaque arbre, je serai au moins aller de l’un à l’autre.

N’est-ce pas là l’essentiel ?

 

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2021 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - pcintas@ral-m.com - 06 62 37 88 76

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -