Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 12 janvier 2020.

oOo

LE CONTEXTE HUMAIN

Parlant du conte, et de sa méthode de construction, Poe s’en prend à l’« erreur radicale » qui les génère :


- l’histoire qui fournit une thèse ;

- l’incident contemporain qui inspire l’écrivain ;

- la combinaison d’évènements surprenants.

Il n’est pas difficile de reconnaître là les trois créneaux savamment exploités par l’édition du livre sous la rubrique : littérature générale. Ce qui a changé, c’est par exemple ce qui surprend, parce qu’il est permis aujourd’hui de passer de la surprise romantique ou de l’émerveillement surréaliste au frisson inspiré par la fiction de la violence et du viol et ce, souvent, sous le couvert de préoccupations morales qui fournissent le prétexte exact d’une esthétique douteuse.

À ce commentaire désabusé de Poe, j’ajouterais celui d’Amoros qui considère peut-être plus perfidement que la littérature des éditeurs produit trois types d’ouvrages :


- les contes populaires, écrits pour l’éducation, l’endoctrinement, le plaisir ; Cocteau y rencontrait des chefs-d’oeuvre ; plus poète, Ernst en révélait le roman ;

- les contes littéraires, toujours imparfaitement lisibles pour cause d’expérimentation et de douleurs ;

- enfin, une littérature de l’entre-deux-eaux, celle des écrivains, des étalons, des enseignants, des témoins, laquelle emprunte à la première catégorie ses facilités, notamment de langage, et à la deuxième, non seulement son statut d’expérience mais ce qui, des abus et autres initiatives, a quelque chance d’être compris, au prix d’un arrondissement des angles. Une pédagogie s’installe sournoisement dans la société, peut-être pour échapper à des endoctrinements qui n’ont rien donné sur l’homme ni sur l’homme-animal des camps de concentration d’ailleurs.

Extrait de [La chandelle verte de Jarry comparée à celles des autres] paru dans la RALM.

UNE THÉORIE DU RÔLE À JOUER

Le personnage est tributaire du moment : impression, interprétation, composition. Ici, pas de psychologie littéraire et moins encore de science, toute humaine soit-elle. Le personnage apparaît à travers le moment qui est, comme en physique, la résultante de l’effort porté sur la distance. Essayez de fermer une porte en appuyant tout près de son axe. La poignée se trouve d’ailleurs le plus loin possible de cet axe, aussi loin que l’inspire l’esthétique de la porte. Faire jouer un personnage relève de la même physique. Il faut toujours se poser la question de savoir si le moment est celui d’une impression (ou d’un jeu d’impression), ou si le personnage peut jouer le rôle qui est le sien en entrant dans sa propre peau, ou si enfin il appartient au texte lui-même de décider de son sort. Ici, pas de thèses, ni d’actualité brûlante, ni de combinaisons dramatiques, sauf en cas de parodie. Par contre (voir à ce sujet l’onglet [ECRITURES]), le texte emprunte à l’art populaire et à l’art savant — au chant mineur et au chant majeur — laissant la place à un chant intermédiaire considéré comme la fonction poétique même. Voir onglet [PAYS] "Indalo".

AUTRES LIENS :

[VOYAGE]

[HISTOIRES]

[SCHÉMAS]

[SCORIES]

[ACTOR]

[CINÉTIQUE]

[GENRES]

[SÉRIES]

[LIBRAIRIE]

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -