Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
Sériatim 16 (Patrick Cintas)
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 2 juin 2019.

oOo

Trop d’esthétique et pas assez d’action.

Ça joue à jouer dans l’espoir de gagner.

Inventant le Mal après Sade et Baudelaire.

La revendication sociale : liberté

Au change avec l’acte politique : fraternité.

Nous ne serons jamais égaux.

Sinon les uns ont le devoir de s’aplatir

Et les autres n’ont pas les moyens de s’élever.

Les escargots se reproduisent par hermaphrodisme.

Qui est le robot et qui l’homme ?

Il ira loin ce garçon. Un récit somme toute

Métaphorique qui sert de fable

À une existence de faux cul. L’enfant lorgnait

Déjà les possessions de son voisin de lit.

Poèmes des buées vitreuses. Nous

Ne serons jamais égaux. Même

Deux à deux. Le soleil et sa douce chaleur

À travers les vitres chaque fois que

Le nuage se sépare / vous aimez trop la

Liberté et pas assez vos semblables.

Imitez le cri sans l’épouser. Promesses

Des jours. Il n’y a rien comme le matin pour

Vous ravigoter. Vous n’avez pas changé. Vous

Êtes toujours le même. Je

Vous ai reconnu tout de suite. Ce premier

Regard après tant d’années : nous

Nous reconnaissons l’un l’autre : mots

Échangés alors : une caméra de surveillance

Avec son et analyse comportementale

Toujours à disposition dans ces

Cas de rencontre inattendue. N’écrivez

Qu’en cas de récidive parfaite. Conseil

D’ami.

 

Il revient avec un seau d’escargots

Qu’il me semble entendre converser

Ou se frotter les uns contre les autres.

« C’est meilleur si on les fait jeûner. »

Crottes de farine de froment T 55.

Du piment d’Espelette. Dimanche

Prochain. Vous et moi. Et votre dame.

On ouvrira des bouteilles. Ivresse

Raisonnable. Et puis nous sommes

Chez nous ! Il a « perdu » sa femme.

 

« Ce que vous appelez poésie n’en est pas. »

Tout le monde dit ça.

Et tout le monde écrit.

À une femme, à un homme,

Quelquefois à un enfant.

On écrit moins aux vieux.

On leur en veut tellement !

« Vous devriez y réfléchir plus sérieusement… »

Tout le monde dit ça.

Je n’appartiens à personne.

Qu’est-ce que ça veut dire ?

Pound : une disposition d’esprit

Et non pas un art : vous feriez

Bien d’insister sur ce point.

Nous sommes tous des poètes,

Mais pas sur le même plan !

« Revenez la semaine prochaine.

Je vous cuisinerai un rôti de bœuf

Bien saignant comme vous aimez :

Moi ça me dégoûte tout ce sang !

Ne me parlez plus de moiteurs ! »

 

Belles plongées en esprit sur les boulevards.

Une époque sans drones celle dont je vous parle.

Du moins pas à la portée de toutes les bourses.

Il fallait se croire habité par le diable pour s’élever

Ainsi au-dessus de la ville / moiteurs emmerdées

« Il ne me reste pas grand-chose en mémoire

Des écrits de ce temps. » Non, pas connu la guerre.

Ni à Paris ni ailleurs. Mis en vers Le jour le plus long

De Cornélius Ryan. Rommel sur la route. G.I.

Descendant du ciel. Courage d’une génération

De dix-huit ans. Inconscience ? Peut-être. Je n’en

Sais rien. Je m’élevais au-dessus du boulevard.

Pas grand-chose à en dire à la fin. Moiteurs

Qui scandalisaient ma grand-tante. « Le jour le plus long  ! »

Je ne savais pas de quoi je parlais. Dix-huit ans.

 

« Vous aussi vous le poème bison séminole. »

Promesse tenue. Mais qui promettait ?

 

Poe, Baudelaire, Laforgue, Corbière, Villon :

Tous ceux qui ont dépassé la parodie

Pour trouver leur propre voix : 50 ans

Que j’en suis à rigoler dans les marges…

Je suis bien de mon temps, me dis-je, mais…

 

Antennes de la race sur la tête.

Possible mais faudrait relire.

Élaguer. Fusionner. Égaliser.

Ni le temps ni l’ennui. On

Finit par ne plus écrire pour

Les autres. Mort en chambre

Avant noyade. Qui serais-je ?

 

Cette idée de l’opéra chez les poètes américains.

Baudelaire les précéda. Malgré la corporation judiciaire.

Quelle édition ! Sept volumes en un. Les fenêtres

S’ouvrent enfin ! Et tous ces gens (comme moi) qui

Sautent dans le gazon de nos jardins pour imiter.

Avec ou sans chou. Qui j’aime le mieux ? L’Homme

Ou mon époque ? Jamais pu répondre à cette sacrée

Question. Des années que je vieillis sans moi à

La clé. J’ai vu les personnages mais pas le décor.

 

Font chier avec leurs substances qu’il faut acheter.

Avec leurs histoires (toujours les mêmes) chroniques

Des voyages au bout de la nuit. Moi c’est le jour que

Je vois le mieux. alba serena. Du réveil à la première

Sollicitation de Morphée. Ces travaux avec les autres.

Pas de poésie sans mots alors que le poème s’en passe.

Je n’ai pas été surpris par cette coupure. Je m’y

Attendais depuis pas mal de temps quand c’est

Arrivé. Des vers comme autant de traces mais pas

Dans la vitrine du joaillier. Je n’y amène pas mes

Femmes pour dépenser. Papier tue-mouches des

Attentes, j’y prends le large. Au battement frénétique

De leurs ailes transparentes. Des antennes sur la tête.

Moi de la race des poètes. Je ne renouvelle pas mais

Je sais / J’ai assez vécu pour en parler avec mon prochain.

 

Mécaniques des fluides corporels.

Dans l’être encore en vie comme

Dans le cadavre dont je suis l’auteur.

 

Après avoir posé le jus de son projet,

Il se met à travailler le texte au corps.

Prend forme alors la conversation

Qui est à l’origine du poème en jeu.

 

« Vous ne saurez rien de ce qui s’est passé

Si j’ai manqué de sincérité. » Les faits sont

Vérifiés. Voilà ce qu’on peut en dire. « Vous

Me lirez comme on revient sur ses propres pas. »

 

Rien n’est plus agréable qu’une coulée verbale

Au moment où on s’y attend le moins. Pourquoi

Chercher à en peupler la page ? « Vous me comprendrez

Si je suis à votre image. » Conception particulière

 

De Dieu : il n’est ni grand ni miséricordieux.

Il n’engrosse pas les vierges sûres ni ne connaît

Un seul ange. Il n’est rien de ce que la racaille

Des hommes en a fait : Dieu est un lecteur.

 

Je suis sorti dans la rue avec cette idée de Dieu.

Qui est le mien ? Sans considérations sexuelles.

Dieu tel que je l’ai conçu. Hermaphrodite des lieux.

Je ne me reproduis pas quand je baise : Passez

 

Votre chemin si vous ne me connaissez pas comme

Je vous connais / des années dans les rues et à travers

Champ / j’ai même voyagé dans l’espace et connu

La Lune / je suis le joyeux livre du temps à venir.

 

Encore un quatrain et j’en finis avec ça : ni contrainte

Ni liberté : je connais la technique / mais dorénavant

Vous n’aurez pas de visage / car ce fut mon erreur

De jeunesse / de vous penser dans un miroir.

 

On avance, n’est-ce pas ?

Plus besoin de regarder où on met les pieds.

On ne sait pas où on va mais on est attendu.

La table est mise, paraît-il…

 

« J’ai déjà parlé de tout ça…

J’ai tellement écrit et encore

Pas tous les jours / écrit par

Jet deux trois fois l’an pas plus

Quelques semaines / pas plus

/ Et aujourd’hui j’écris encore

Alors que le vent souffle sur

Les maisons des salariés / jardins

En préparation / les choux : « pas

Assez froid, me confie mon voisin.

Les choux ont besoin d’un hiver.

C’est bon le chou pour la soupe :

C’est bon la soupe pour le corps : »

Les nuits sont de moins en moins

Travaillées au corps : retraite de

L’attente pas même conçue comme

Récompense de toute une vie

De travail « j’en ai eu tellement

Marre quelquefois… » et ce vent

Qui déchire les feuilles mieux que

Grêle et mitraille réunies / parlé

De tout ça : écrire et la douleur

De ne pas profiter de ses propres

Écrits pour aller faire le tour du

Monde / rencontrer mes semblables :

Les vrais : pas les municipaux ni les

Chercheurs du corps enseignant « qui

Qu’est le meilleur ? Aragon ou Breton ?

Ah ! je penche du côté de … » pauvre

Con que le vin ne projette pas du côté

De la poésie ou du poème : oui le

Voyage avec Mentor à la barre à la

Place d’Elpénor dont Homère parle peu

Alors que Joyce en fait un des personnages

Principaux du périple : le vent revient

Ce matin agitant les feuillages nus.

 

Nous aimons les saisons

Parce que nous haïssons les ans.

 

Le langage est dehors.

Suffit de se pencher.

Sortir la tête du trou

Parallélépipédique qui

Nous sert de demeure.

 

Lire d’abord avant d’écrire.

Sinon

Le Parnasse

Menace

 

Les acteurs du langage ne savent pas parler

La langue du poème / savent-ils la lire ?

 

La tête hors du trou et cette langue acquise

Par éducation nationale : comme il y a loin

Entre l’éducation et l’instruction : modèles

Sur les marches de l’Histoire : l’un après l’autre

Figurant le progrès des mœurs : les poètes

S’immisçant dans la chanson / non pas après

La nuit, mais avant / gâte-sauces des élus

Et tapis des connaissances

Organisées en sciences.

Y pensant en sortant la tête : le vent allait

Vers le Sud / on ne voit pas la mer d’ici ni

Les sommets enneigés à cette époque /

On ne voit que la façade triste de la maison

Du voisin qui ne regrette pas d’avoir perdu son temps

Au service de l’État=la société qui constitue

Notre seule limite pour l’instant / dans l’attente

De se trouver devant notre seul enfer / lit

De fortune : qui suis-je ? qu’est-ce que je possède ?

Qu’est-ce que les autres pensent de moi ? Où

Ai-je piqué ça ? / Cette pensée qui prend la place

Du poème et même s’instaure en exemple de langage :

Vers le Sud allant avec ses loups et ses saisons.

 

Rien n’est plus beau que la disparition de la lumière

Dans la grise luminescence du mauvais temps !

 

Rombières et vieux clous de la poésie passant

Devant le portail où pend mon écriteau judiciaire.

 

Je ne sais plus ce que je dois faire

Chaque fois que revenant de la nuit

Je tombe sur le corps désarticulé

D’un camé de la première heure :

Appeler du secours ou agir en homme.

Si je passe mon chemin je reviens

Comme le vent à l’aube avec la lumière.

Cette fois il a l’air d’un cadavre :

Je pique son portefeuille et entre

Dans l’ombre des meilleurs moments

Du poème que j’ai vécu pour lui.

 

Vous pensez que ce n’est pas facile de me déchiffrer :

Veut dire : de comprendre ce que j’ai écrit dans le ciel.

Nous ne nous rencontrons jamais : pas même dans

Les cafés de la ville ni les cabarets de la campagne.

Prenons exemple sur les loups : ils s’approchent

Toujours / leurs traces dans la neige des trottoirs

Ou dans le sable des pages / nous couchés et rêvant

Que tout ceci n’est qu’invention / que tout finira

Par s’éclaircir / comme le soleil après l’orage :

Ce n’est pas la nuit qui nous sépare : c’est le jour.

 

Je ne sortirai pas sans vous : cadavre

Des nuits / le romancier raconte

Des histoires aux enfants de son

Imagination / passez votre chemin

Blancs voyageurs du noir / ici

Je bifurque et je m’égare encore :

 

Rien n’est aussi simple que l’anatomie.

Rien aussi facile que les physiologies.

Ce qui se complique c’est la manière

De s’approcher de ces futurs travaux.

 

Suffit pas d’un scalpel pour disséquer.

Même la panoplie du légiste ne suffit pas.

Rien à voir d’ailleurs avec la dissection /

Mais pourquoi me suis-je mis dans la tête

Que je devais suivre le chemin de mes

Prédécesseurs en poème ? Déconstruction

Parsage etc. / et si on se mettait à charcuter

La réalité ? / dit sans rire et à jeun : cela

Va de soit / sinon je ferais bien de changer

De métier, de femme et même d’enfant !

 

Toutes ces choses si belles et si agréables !

Et cet autre côté de l’existence / sans poésie !

 

Münchhausen des mères toxiques / l’extraordinaire

Richesse que pourraient constituer ces sorties d’école

Si le lien filial était rompu ou même hors de question :

Le voici encore en train de chercher l’illustration

De son propos dans les mythologies passées de mode.

L’extraordinaire richesse des littératures en tous genres :

Exemples pris à l’Histoire ou à la simple existence

De l’homme (de la femme) ni plus ni moins / tous

Les niplusnimoins de la Terre dans le texte qu’il est

Nécessaire d’illustrer entre les propos sinon ces enfants

N’y comprendront rien : on aura bossé pour rien sauf :

Quelques coulures particulièrement bien senties.

 

Vers-planète chantonnant dans la tête de cet intrus.

(Intrus, au fond, n’est-ce pas ?) Pas étranger (quoique

La terre d’Espagne distingue l’extranjero du forastero)

Mais intrus : « il était là avant que j’arrive » La guerre

(Que dis-je : la Guerre) n’est pas le meilleur moyen

De changer la nature profonde du Monde (celui

qui exclut les autres) / « des fois la Lune me fait penser

À ton cul aussi bien qu’à ton visage » et il ajoutait

Sans rire : « je ne voulais pas te vexer » chantonnant

Sur des airs connus de tous :

Y compris de ses ennemis.

 

Trouver le moyen de paresser

Sans avoir sans cesse recours

À des ruses aussi usées

Que la rime au bout du vers.

 

Comme c’est beau un texte qui s’organise

Autour de la seule pratique du texte !

 

Je ne crois plus à la magie de la page :

Présentation du texte façon Pindare :

L’exégète en conçoit un fort mal de crâne.

 

(surtout si la rime est soigneusement évitée)

 

Parlant d’une affiche publicitaire :

« La présentation est purement conçue

j’adore ce type et ses adverbes

Pour faciliter la lecture et inciter

cela va de soi

L’achat ou la présentation au guichet.

 

Exégèse des dernières années d’existence :

Comportement de fils de l’Église / « Ne me

Faites pas dire ce que je n’ai pas dit, nom de Dieu ! »

il savait où il allait

 

« Je ne suis pas seul couché

Dans les draps blancs de la page. »

 

Beau passage où l’esprit rencontre quelque chose

Qui ne lui avait pas été révélé avant.

 

Bien sûr il y a et demeure à jamais

La nature d’une douce campagne

Où il est possible de s’arrêter

Pour prendre le temps de taquiner

Les habitants de la rivière.

 

« Vous n’irez jamais plus loin que cet arbre ! »

c’était écrit chez Gertrude Stein, au début

 

Hemingway s’est farci le tout

d’un bout à l’autre ?

D’un bout à l’autre / bout.

 

C’est l’imprimeur qui a eu cette idée

De modifier les espaces entre les vers

Pour que la page « ressemble à quelque chose »

ô lecture !

 

La profusion d’anecdotes

Pouvant servir à illustrer

Le propos

Qu’il soit juste ou pas

 


[...suite]

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -