Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
En signe d'amour
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 7 avril 2019.

oOo

Jamais poème ne me donna autant de mal.

Non qu’il fallût y travailler d’arrache-pied des mois voire des années durant, mais la force tranquille de chaque mot pesé au trébuchet de l’indicible beauté prenait l’allure de montgolfières. Elles emportaient le souffle trop haut pour que la masse des choses à dire pût s’y retrouver.

J’aime par-dessus tout rencontrer des roches éboulées couvertes de mousses et perdues au fin fond d’une gorge complantée d’arbres menus où s’accrochent et se décrochent à foison lichens et mousses tendres.

A flanc de gorge, il arrive qu’une tuffière bleutée y laisse ruisseler ses eaux fines.

Le goure de Conche peint par Courbet, j’en connais les moindres signes, les plus petits effleurements, les plus infimes échancrures de terre et d’eau, et j’aime à penser que le séjour du peintre en ces lieux d’une sauvagerie sans nom n’entache pas l’élan vital qui s’empare de nous qui marchons, sans trop y prêter attention et à notre corps défendant, sur les pas du grand peintre comtois. 

Chacun transporte en lui sa palette de couleurs tendres ou violentes.

Y marcher des heures en suivant le cours du ruisseau sauvage, voilà un bonheur qui se passe de mots, pourtant il reste beaucoup à dire en aval des marches solitaires, sans qu’il soit besoin de remonter trop haut en amont vers les sources chaudes d’un bonheur voué au féminin, à la tendresse d’un amour maternel qui fut à l’origine de tout.

Se dessine en moi, toujours, une triade enchantée qui remue ciel et terre, pourtant laisse tout intact comme aux premiers jours d’avant toute présence humaine : une femme aux cheveux noirs, ma mère en compagnie de mon père, au temps de sa jeunesse, foulant ce lieu, puis ce même lieu qui résonne par-delà les années de silence, la beauté vagabonde enfin qui prend corps dans mon cœur saturé de couleurs tendres jusqu’à l’ivresse quand j’y repense.

C’est ainsi qu’habitée quelques heures, accompagnée par mes pas, la sauvagerie du lieu retrouve le sens caché qu’y mirent sans doute les premiers hommes chasseurs-cueilleurs venus peut-être se désaltérer au bord du torrent millénaire : il fallait ne pas y séjourner trop longtemps, ne faire qu’y passer et pousser ailleurs, toujours ailleurs, la marche volontaire, pour, à la fin - une fin sans commencement ni fin, une finitude - consacrer la pensée à ce qui, venant à elle, n’en provient pas moins d’elle en un jeu de miroirs où beautés et silences voués au multiple ne font qu’un seul et même site le temps d’un espace dévolu à la marche en solitaire.

Pensée du renoncement à dire qui prélude au poème qui s’élance.

Surgissement qui affleure-effleure, n’emporte pas, laisse intact la paix des lieux voué au sacré qui s’ignore, abrite le cœur, en protège l’élan salvateur, en dissémine le penchant dominateur, pour que plus tard, beaucoup plus tard, mémoire s’y abrite en poèmes.

Estompe qui bouillonne dans les eaux vertes, s’accroche aux lichens, s’abrite dans la verdure tendre des fougères et la vigueur des mousses, le bleuissement déhiscent d’une tuffière parfois.

En signe d’amour pour ce qui, venant à naître, s’y recueille, y verse et y berce toute la tendresse du monde, bien au-delà de l’humaine présence qui nous est nécessaire.

Jean-Michel Guyot

2 avril 2019

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -