Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Le dossier du Récit ruisselant - Chantiers 4, 5, 6
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 août 2018.

oOo

Il se compose d’une série de cahiers, de poèmes, de dessins, de fascicules... On peut, éventuellement, y adjoindre quelques photographies.

Il y a des enregistrements de chansons et des essais musicaux, même s’ils sont plus tardifs. La musique cerne le récit ruisselant, elle ne l’accompagne pas.

Les poèmes ont plusieurs existences : dans les cahiers (ou plus rarement sur des feuilles volantes manuscrites), en tapuscrit (feuilles volantes ou plus rarement fascicules), en mode électronique enfin. « Ruisse » a longtemps été un dossier structurant de mes archives numériques. C’est désormais le quatrième des 21 chantiers.

L’organisation actuelle permet de présenter le récit ruisselant dans son environnement textuel. Elle ne permet guère, en revanche, d’en marquer les étapes, les inflexions.

Il y a pourtant l’amorce d’une chronologie.

- La genèse hybride qui, des essais antérieurs (Crépusculaire, Carnet sans séjour) conduit à la fois au Récit ruisselant et au Spectacle interdit, le poème narratif du même nom.

- La pleine expérience du Récit ruisselant, les cahiers jusqu’aux Ligaments d’été - demi-conclusion de l’épreuve.

- Le postlude avec saLiturgie lysergique et ses Ligaments de décembre (Sous la cerisaie). C’est ici que naissent les projets Avec l’arc noir et Poétique des névroses.

- Et même l’après hagard du début de l’année suivante, les spéculations de Hiérogamie X.

La matérialité des faits ne recoupe pas cette chronologie. Les cahiers se recoupent fréquemment. Je les donne ici un peu en vrac.

- Cahier recyclé et dépecé (mai-octobre 1991)

- « Le huitième cercle » (ca octobre 1991)

- Projections » (octobre 1991)

- « Crissez rails et roues »(octobre 1991)

- Cahier comptable (novembre 1991-janvier 1992)

- « Le départ »

- « L’enfant sans faim »

- Sortie de secours(décembre 1991-février 1992)

- Cahier rouge décharné (ca avril 1992)

- Cahier vert recyclé : « En 1988, je dormais depuis une heure » (ca janvier 1992)

- Cahier rouge recyclé « Histoire d’un arbre » (mai-juin 1992)

-Prière agnostique(juillet 1992)

- Terre (mars 1992)

- Première et dernière page(avril-juin 1992)

- Poèmes du Spectacle interdit (mai-juillet 1992)

- Aux attenances de l’été (juin-juillet 1992)

- Le récit ruisselant – d’une pluie l’autre – juillet 1992)

- Des ligaments d’été(août-septembre 1992)

- Liturgie lysergique (novembre 1992)

- Cahier rouge recyclé « Sous la cerisaie » (novembre-décembre 1992)

- Sous la cerisaie (novembre-décembre 1992)

- « Sletting murdock avocat agoniste » (décembre 1992)

- Poétique des névroses (décembre 1992)

- Cahier vert recyclé « Hiérogamie X » (janvier-mars 1993)

- Cahier de révélations (mars-avril 1993)

Il convient de prendre en compte des pièces particulières telles que les fascicules « Qu’on se complaît ô plat », « Parois de Paris », les feuilles isolées de « Lysergie au cinéma »...

La fresque murale fait partie des objets concernés également.

Il convient d’être limitatif et restrictif. Les passerelles restent des passerelles. Des questions se posent pour « Histoire d’un arbre » et les poèmes bucoliques du Crépusculaire.

Si l’on est restrictif, on écartera même les écrits postérieurs au cahier liturgique. Ce sont souvent des choses chaotiques et dénuées de clôture. Elles ne parviennent qu’à grand-peine à s’agréger. Le cahier Sous la cerisaie, on peut le retranscrire indéfiniment, il y a pas mal de variantes possibles. On n’obtient pas vraiment un recueil complet. Et c’est pire pour Gisements de passe-temps.

La chair où il plongeait avec tant de tendresse la main était sobre, discrète, laissait dépasser leurs ossements et bouillonner leur sang à tous deux. La verge vive lui parlait et il sentait l’engloutir. « D’un vagin érodé », dit-il, « j’ai fait mon havre-deuil, pour un moment. Puis j’ai descendu ces canaux et seulement ensuite j’ai aimé son cœur. »

« Des milliers de chapelles, avais-je imaginé, pour faire l’amour. Or, il n’en était qu’une. » Mais avec aussi ce qu’il en coûte de laisser l’urine enivrer corps et âme. « L’être aimé ne m’entend plus, suffoque. Ma respiration lui tranche la gorge et cependant je suis heureux. Je respire plus fort. »

Le bloc des « Liturgies lysergiques » forme un sous-ensemble bien délimité quant à lui, même s’il s’étale dans le temps de novembre 1992 à mars-avril 1993. Elles scellent l’opération de dérèglement généralisé qui se manifestait dans le cahier des Ligaments d’été, jusqu’à épuisement. Mais en mars et même dès janvier 1993, il ne s’agissait plus du tout du Récit ruisselant mais plutôt de cette parenthèse « jungienne » qu’a été « Hiérogamie X » (qui n’a jamais connu de forme stabilisée non plus).

Au chapitre des distorsions temporelles, il faut encore mentionner une série relative au café qui a connu plusieurs non : « Tasse à café, premier périple », « Périple du café » ou encore « Comédie du café », d’où découle pour ainsi dire un laboratoire de procédures permutatives qui augure du projet Avec l’arc noir.

La série est particulière, désordonnée et inaboutie. De loin en loin ces poèmes retracent l’évolution de diverses influences. Le premier d’entre eux est inclus dans la « Suite du mauvais homme », qui doit remonter au tout début de 1992 (« je me suis rencontré / dans une tasse de café »). Le motif est resté en jachère jusqu’à l’automne, je pense, le café devenant alors un des éléments de l’alchimie psychique que je projetais en me nourrissant de Jung, de psychiatrie clinique ou encore d’antipsychiatrie.

 

Car l’eau et le café demeurent

deux corps étrangers

que ne sanctifie pas mais alourdit

le sucre

- que ne meut pas la cuillère

 

la gorge qui a bu - une jachère

qui semble battre le jardin :

 

nous suivons la verseuse

dans son écoulement également

réparti — entre nous

et nos autres, nos puissants remèdes.

 

Procession de nos lèvres

lentes et livides comme un linceul de calcaire :

il se déchirera au contact de la tasse bouillante !

 

Se partagera la terre entière !

 

Dans le goutte-à-goutte et dans les vapeurs

du sombre sang — de ton métier

 

Le café est réellement traité comme un matériau psychique brut dans ces poèmes. il faut adjoindre à cet ensemble une divagation en prose (« Il y a si longtemps que j’ai bu cette tasse de café ») qui se nourrit elle aussi, assez nettement, de mes lectures psychiatriques du moment.

Le cycle caféïque a connu un autre développementavec les jeux de permutation qui sont venus se greffer, assez arbitrairement, sur une page isolée,une prose descriptive au ton neutre (« une tasse de café et une cartouche d’encre au sol »). Il y a eu toute une série de variations de cette même séquence, du coup. Je ne sais si je les ai toutes conservées, je suppose que non.

Enfin, de « Construire une guitare », il reste un dessin accompagné de l’amorce de ce cycle et l’enregistrement sur bande magnétique d’une lecture du cycle complet qui a permis de restaurer l’ensemble, le tapuscrit initial étant perdu. Le cycle est peut-être postérieur au Récit ruisselant, bien qu’il paraisse plutôt lui être antérieur (mai-juin 1992 ?)

On peut envisager une répartition du « poème général » Le récit ruisselant entre prélude, interlude et postlude. Ce qui engagerait une notion de jeu, point plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord.

Où devraiten outre se conclure le postlude ? Les poèmes de l’année 1993 jusqu’au début de 1994 se ressemblent jusqu’à se confondre, dans leur incomplétude chronique. L’alchimie prend un ascendant croissant et, parallèlement, les systèmes de permutation se multiplient. C’est un temps de peu d’aboutissement. Aux phases de grande productivité (Le récit ruisselant, Avec l’arc noir ou, plus tardivement, Le projectionniste) ont succédé assez logiquement des phases de tâtonnements, ou de désolation. De repli, même, par la suite.

Le bon sens, même si l’on devrait s’en méfier, nous conduira plutôt à clore l’épisode ruisselant au Ligaments de décembre, sous une forme ou une autre.

A l’automne 1992, je me suis piqué d’intérêt pour l’alchimie. Après une série de lectures liées à la psychologie et à la psychiatrie (Roheim, Rosenfeld), je me suis intéressé à Carl Gustav Jung. Conjonction mallarméenne : le langage alchimique qu’exalte le poète, le psychologue en donnait une traduction quasi structurale et liée aux processus psychiques.La permutation devenait pratiquement une traduction de la « transmutation alchimique ».

Il n’est de réel mur que dans la tasse de café

où je puis boire sans jamais me disperser

mais dont le grain resté à la surface

— m’interdit l’entièreté.

Or cette tasse n’est qu’un résidu

d’une vie antérieure et m’est déjà connue

parfois peut-être ai-je pu l’avoir bue.

Je connais cette moire, j’ai déjà lu dans ces fissures

ce sont des toiles d’arachnée et j’ai levé les yeux

ils ont inscrit au ciel de pareilles fissures

je les ai gravées sur ma fenêtre — ouverte jour et nuit.

Les granulés auxquels je m’agrippe à présent

m’enjoignent de gravir un escalier : pour ce qui vit

- et me mendie des parcelles d’esprit :

je dessine une faim inaltérable - on connait l’eau.

Pour chaque chose dont la chair trop vive resplendit

j’esquisse un espace intangible

j’esquisse une soif inaltérable - et drape ma méprise

dans les eaux de la mysticité.

Nul ne pourra me contredire.

Au début de l’année 1993, l’emprise mallarméenne a repris une emprise qui s’était pourtant atténué, après le « choc initial ». Le jugement de rien, une narration aux inflexions tortueuses et au phrasé alambiqué a connu deux versions, l’une en vers éclaté et l’autre en prose alambiquée. Il ne reste que la prose aujourd’hui.

Avec l’alchimie, a reparu une pression mystique qui ne s’était pas vraiment manifestée depuis mes écrits d’adolescent et le récit Au-dehors de toute lumière en 1988. Ce semblant de conversion marque le point culminant – et aussi le déclin – de mon attirance pour la psychologie de Jung. La tentation de la croyance est devenue très forte, à un moment. Bizarrement la lecture de Siva de Philip K. Dick a dû amplifier et dérégler un peu cette évolution et ainsi neutraliser quelque peu l’influence première de Jung, dont le caractère réactionnaire m’apparaissait plus manifestement à la lecture de l’essai intitulé Aspects du drame contemporain. Cette thématique mystique s’est dissoute peu à peu au fil des tâtonnements qui ont jalonné l’année 1993.

Dans le courant de l’été, j’ai acheté un petit livre intitulé L’actualité de Fourier. C’est un ouvrage très enthousiaste et qui offre une excellente introduction à cet excellent philosophe, théoricien des « séries passionnées » et de l’organisation « sériaire » de la société. Je n’ai pourtant pris pleinement conscience du rôle de Fourier dans l’histoire du signifiant « série » que quelques années plus tard, en lisant Gérard de Nerval cette fois.

A l’automne, j’essayais encore (sans grand succès) de formaliser un recueil qui devait s’intituler Une expérience de la gloire qui est de demeurer sur le seuil d’une armoire et en silence afin de taire éventuellement la fierté et la joie de pouvoir rendre compte à sa conscience multiple de la seule possible et fructueuse quoique glaciale parce qu’orageuse cognoissance. Le titre l’indique : j’avais retrouvé une certaine distance critique vis-à-vis de la thématique alchimique. Parmi les choses conservées, un fascicule d’une dizaine de pages porte ce temps. C’était le résultat d’une épure, un peu à la façon du Spectacle interdit mais en une somme beaucoup moins homogène. La référence alchimique perdure (« Une expérience de la gloire... ») mais les préoccupations poétiques et formelles dominent (« Entendre »).

Parmi les poèmes retenus, se trouve « La nuit défigurée », poème dont la première rédaction remonte aux Ligaments d’été (ca septembre 1992) et qui a par la suite été démantelé et modélisé dans le cadre du processus de sérialisation généralisée d’Avec l’arc noir, de l’automne 1994 à l’été 1995.

L’influence de Jung s’arrêtait là où le dogmatisme religieux dominait. De même – mais dans un tout autre ordre de choses – mon intérêt pour l’Oulipo à la même époque se heurtait caractère unilatéral de la mise en branle de règles. La permutation ou la transmutation n’étaient pas pour moi des phénomènes ludiques ou décoratifs. La démarche de l’Oulipo me laissaitd’autant plus perplexe qu’on pouvait aisément assimiler les techniques présentées avec la logique dodécaphonique, ce que ne manquaient pas de faire les auteurs si ma mémoire est bonne (c’est aussi quelque chose que l’on retrouve dans La vie mode d’emploi et Alphabets de Georges Pérec). Or, la transposition pourtant évidente du principe dodécaphonique de base (où aucune note ne devrait être répétée avant que les onze autres n’aient été jouées) à la matière littéraire offre en elle-même des résultats peuconvaincants. Même les Alphabets de Pérec, qui relèvent d’une invraisemblable prouesse et parviennent à restituer un univers verbal curieusement mallarméen, tendent plutôt vers la grille de mots croisés que vers le poème proprement dit.

Par la suite, les poèmes des Ziaux de Raymond Queneau ont été une libération pour moi. La simplicité de style, le dépouillement du lexique alliée à la frappe précise du vers comme du mot, étaient des choses très stimulantes, à côté des artifices oulipiens.Il y a une métaphysique intime chez Queneau. Il était donc possible de dépouiller l’écriture poétiques de toutes sortesd’apparats lexicaux, mallarméismes et artaudismes en tête. Ce qu’Avec l’arc noir doit à Queneau, cela paraît d’autant plus difficile à retracer que les séries de poèmes qui s’inscrivaient le plus directement dans le sillage de la lecture de Queneau, je ne les ai plus. Il y avait, comme il se doit, un « Art poétique », ainsi qu’une série liée au canal de l’Ourcq. C’est pourtant une grande lessive lexicale qui a permis, peut-être, l’intrusion du quotidien comme de la métaphysique dans la machinerie sérielle de l’arc noir.

Je n’en étais pas là. Il y a eu l’épreuve de Rien. Le ruisseau n’est pas absent de la dramaturgie de Rien, loin s’en faut. Il l’est d’abord parce que le train traverse la plaine. On n’imagine pas la plaine sans ruisseau d’une part. Et d’autre part, on le voit bien, la narration ne fait que ruisseler.

L’eau - un semblant d’eau

Un semblant d’encre (puis :

le temps) un sceau

Plein - la main (danse dans le sceau

Dans l’eau - le mot) l’eau

La faux (flotte

Dans la main : le sceau)

 

Le train : rien

Un peu - de pas

Les voyageurs : rien

La faim - l’eau

Le sein, l’un

Le wagon et le rien

Le train - plein

Un mot

 

La plaine : saine

Lente scène : les rails

Lents, un rire

Sur la vitre (lire

Les brins - le plan

Unanime - la plaine)

Lire l’heure lent le train

Rien le mot l’un la faim

Le voyage l’eau

La faim le sein le chemin

Rien l’un rien

Le train -

Je me rappelle avoir essayé, au tout début de l’année 1994, de rassembler mes écrits en quatre grandes sections, pulvérisées par la suite. La première devait être consacrée au Crépusculaire, le second englobait peut-être (mais je ne l’assurerais pas) Le spectacle interdit et Le récit ruisselant. Un troisième volume devait être pour Rien et le quatrième était consacré aux nouvelles. Il ne reste que des débris de ce premier (?) essai de rétrospection.

Une nouvelle dynamique se dessine au printemps, qui conduira à Avec l’arc noir.

L’avènement d’Avec l’arc noir a confirmé l’espèce de préfiguration qu’indiquait déjà être Le récit ruisselant au moment où le poème s’écrivait. Le cycle « Racines » s’appuie sur « La nuit défigurée ». Un autre poème de « Sous un arc d’eau » est un cut-up d’une brassée de poèmes issus, pour beaucoup, du Récit ruisselant.Le récit ruisselant aoffert la matière première à la sérialisation du poème. Il a fallu environ deux ans et demi, ensuite, pour identifier, assimiler et mettre en œuvre des procédures de sérialisation qui aient un fondement linguistique intégrant à la fois les dimensions morpho-phonologiques, syntaxiques et énonciatives du poème.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2018 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -