Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Bousculer l'enfermement, vécu en détention et en dehors des prisons Préface de Claude Charles-Catherine
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 15 juillet 2018.

oOo

Laisser cuire le « cochon » dans les mains de l’écriture sans calmants pour que j’accepte de vivre mon crassier, ma douleur, ma grosseur, ma grossesse ?

 

L’enfermement :

C’est le boit-sans-soif à imprimer.
C’est ce goût, ce virus, cette honte laborieuse, ces huttes qu’il convient d’humilier, cet impôt qui me décime.

C’est la saudade d’une femme fontaine envenimée, l’amour mal emblavé, l’uccelli sur le gluau,
Montreuil et le bout de tes chaussures rouges, le fond de mon dimanche
au fond des bars où le sang démissionnaire se vomit.

Pascal Uccelli.


Pascal m’a fait l’honneur de préfacer sa poésie Body Bags. Je le fais en toute amitié, avec énormément de tendresse. Je suis la maman de Christophe Khider, l’un des évadés du « Centre Pénitentiaire Moulins-Yzeure ».

Le 16 février 2009 après 48 heures de cavale, tous les médias ont annoncé sa mort alors qu’il était grièvement blessé. À ce jour je ne l’ai toujours pas vu. Envie de rien. Déshydratée et perdue, j’ai pensé à la mort aussi. C’est à ce moment précis que j’ai reçu ce message de Pascal Uccelli. Il m’a sauvé la vie. Mieux, sauvé l’envie.

« Bonsoir Catherine, J’ai suivi la cavale des « évadés de Moulins » depuis Valencia en Espagne où je vis, avec l’espoir qu’ils ne soient jamais repris. »

Difficile pour moi de parler de l’écriture sans calmants de Pascal Uccelli. Elle ne se décrit pas, elle se consomme. Comme une drogue ou un médicament. Dans l’urgence. En apnée.

Une écriture neurasthénique, belle et vénéneuse, sur le fil du rasoir. Toujours.

Des mots comme un sport de combat. Comme une grenade dégoupillée. Percutants, sanguinolents, débarrassés des strates du superflu, qui interrogent et forent lorsqu’ils ne calment pas.

Hémorragiques, dérangeants mais nécessaires. Ils sont à lire en dépassant la dose bien sûr, les jours de spleen ou lors d’une de ces nuits sans lune, déféquée par l’enfer.

Une écriture vitale. Sans compromis. Oxygène.

Claude Charles-Catherine.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2018 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -