Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Coupable
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 5 novembre 2017.

oOo

 Marcher droit derrière moi, la tête basse de l’infamie et le regard fixé sur la ligne de l’horizon vertical, telle a été ma condamnation. Mon supplice devrait me conduire sur le chemin où rode la bête.

 Le si redoutable scarabée-panzer ne peut tolérer que quiconque s’aventure sur terre que foule ses pas. Enfin ses pas....Peut-on réellement dire ainsi pour le déplacement d’un monstre issu d’uniques amours incertaines puis génétiquement modifiées entre un animal et une redoutable masse métallique ? Le premier aimant à rouler des boules de bouse et le second, descendant de chars d’assaut germains ayant envahi dans une lointaine guerre. Certes les quatre puissantes pattes avant dont il est pourvu l’aident un peu dans sa marche, mais ce sont surtout ses chenilles qui le propulsent silencieusement. Chaque patin est en effet recouvert d’une épaisse couche de soie caoutchouteuse qui épouse les imperfections du chemin ; et ainsi donc l’horrible monstre mangeur-de-tout ne fait pas plus de bruit que le serpent de la création.

  Quand un barbu éternel s’est un beau jour décidé de peupler son univers, il lui a fallu quelques bien curieux artifices. De la glaise, un pet pour souffler dans le trou du cul de la figurine modelée, une côte de porc, puis par la suite une pomme et un serpent. Comment diantre voulez-vous avec un semblable bric-à-brac que cela puisse un jour baigner dans l’huile de la simplicité ?

 Mais si nous revenions à mon procès ?

 Avant même qu’il ne commence, son issue fut programmée. Les raconteurs de vérités n’ont pas le droit à la vie ! Il y a bien trop de millénaires pour que vous puissiez vous en rappeler, mais un génial chanteur à la voix aussi brisée que sa guitare l’a déjà proclamé « Il a dit la vérité, il doit être exécuté ». Le temps n’a pas encore effacé l’imbécilité. Et il n’est pas certain qu’il puisse un jour le faire. Il fallait donc que mon incarnation de ce stupide moment disparaisse. De plus est et tant qu’à faire, dans des souffrances longues et abominables. Mais aucun spectateur du procès n’aurait pu imaginer la sentence.

 Ah, il me reluquait d’une façon si particulière ce juge-là ! On aurait dit que lui-même aurait été ravi de me faire longuement agoniser en hurlant ma douleur autant que mes malédictions pour tous ceux qui avaient contribué à cette mascarade non carnavalesque. La loi permet au Code de Conduite Frauduleuse un véritable chapelet de sentences dans lesquelles un juge peut, à son choix, à sa préférence et en tenant compte de son propre niveau de sadisme, extraire le grain du châtiment adéquat.

 Quand les jurés sont revenus de leurs longues délibérations de vingt secondes, la salle s’est levée (à l’exception de mon défenseur défoncé et ronflant sur son pupitre). Le porte-parole des douze incultes et analphabètes recrutés de force a annoncé d’une voix qu’il voulait neutre, mais qui tremblait un peu, la décision préétablie.

 -A la question numéro un : Le sieur X, puisque nul n’a pu établir son identité réelle, est-il coupable de toutes les accusations qui lui furent attribuées ? La réponse est OUI !

 -A la question numéro deux : Le sieur X, puisque nul n’a pu établir son identité réelle, a-t-il la moindre circonstance atténuante ? La réponse est non !

 Les cris de joie ont fusé sur toutes les planètes, de tous les systèmes, de tous les univers car le procès était retransmis en direct sur les ékranplats ratatineurs de cerveaux déjà atrophiés. Avec eux sont venus les préférences de tout un chacun.

 -La corde !

 -L’échafaud !

 -Le pal !

  -La lapidation !

 -Les fourmis rouges !

 Et bien d’autres divertissements enchanteurs qui devaient tenir en une haleine pas très fraîche les populaces. Seulement que…un supplice, une mise à mort qui s’achève trop vite, ne donne pas un spectacle digne, du moins en durée. Et cet inconnu fouteur de merde devait agoniser le plus longtemps possible. Un salopard ayant avoué ne s’être réincarné bien des fois que pour ouvrir les yeux et les consciences ne doit pas mourir en un instant. Que cela dure !

 Le juge se donnait un mal fou pour dissimuler la boulette retirée par l’auriculaire gauche de sa narine droite. Faite d’une excrétion collante, il ne pouvait s’en débarrasser. Il la laissa donc, d’un geste grandiloquent et d’une fausse désinvolture, dans sa perruque poudrée d’un blanc devenu maculé. Le vacarme des hurleurs vociférant qui dansaient aussi leur satisfaction devant la décision des jurés, empêcha que l’on puisse entendre le pet pourtant tonitruant que sa Sublimité lâcha en levant le bras.

 Mais l’odeur !….L’infection de la satisfaction des trippes, le relégué de pourriture d’hypocrisie, se répandit dans l’air malsain du tribunal et réveilla mon avocat qui se leva et hurla à son tour, loup parmi les loups, et aussi fort qu’il le put :

 -Le scarabée-panzer !

 Avant de retomber dans sa léthargie vinicole.

 Monsieur mon juge en eut un hoquet si prononcé que sa perruque chut sur son manteau herminé. Le seul cheveu qui lui restait apparut bien long et collé en spirales sur son crâne curieusement obtus. Reflet de l’intérieur ? Rapidement remise en sa place mais devant derrière, elle laissa sa place un autre objet de la justice. Un marteau de bois frappa tant le bois qu’il s’en rompit.

 Personne ne peut soupçonner que ma modeste personne est capable, par sa seule volonté, de provoquer ces petits incidents. Si petits d’ailleurs que peu s’en aperçurent. Par contre la haine remplaça, en une fraction de seconde, une malice alliée de jubilation dans le regard de mon juge.

 -Merci Monsieur l’avocat de la défense. Et silence dans la salle je vous prie !

 Aux vues de la confirmation de culpabilité sans circonstance atténuante, l’accusé est condamné à errer sur le chemin du scarabée-panzer afin que le monstre bourreau fasse son office en le mangeant.

 J’ajoute à titre personnel, que j’espère que l’animal jouera longuement avec le supplicié comme la légende le prêtant.

 Dans la salle autant qu’à l’extérieur où des ékranplats géants étaient dressés, et certainement dans tous les foyers ayant suivi avec passion les débats, l’ahurissement frappa !

  C’est pas vrai ? Pas possible ! Il a osé ! Un supplice qu’aucun politicien badinterrien jamais n’avait pensé à rayer de la liste des peines applicables ! Mais enfin, une telle monstruosité n’a pas été pratiquée depuis la troisième inquisition ! Et dire que c’est le défendeur qui l’a prescrite !

 Une voix anonyme s’éleva au premier rang des spectateurs :

 -Ne soyons pas si cruel. Laissez-moi l’individu, je le condamnerai à vivre avec ma femme à ma place ! Trente ans que je n’en peux plus et cette putain de loi interdisant le divorce votée par les religieux…

 -Attention monsieur, insulte au clergé ! Vous pourriez passer en justice pour ces propos !

 -Je veux bien échanger ma place avec ce monsieur X.

 On m’emmena de force alors que les fous-rires secouaient de grands spasmes toute l’assemblée.

 Au fait, eux jamais ne l’ont su, mais pour vous satisfaire voici ma véritable identité. Impossible de la cacher à des lecteurs ayant eut la patience (ou l’imprudence) de lire jusqu’à cette ligne.

 X…que nenni, Auguste Santiago Wittwer. Le Magicien de l’Eternel en personne. Celui qui se rebelle encore et toujours contre ses deux employeurs d’antan. Pour plus de précision, Dieu et le Diable eux-mêmes ! A leurs ordres il a fait les pires ignominies souvent travesties en bienfaits. Constructeur d’arche ou annonciateur de prophéties, destructeur par des feux nucléaires de deux cités pècheresses, sauveur de peuples dans les déserts ou encore procureur d’enfants aux vierges, tant de travaux qui furent commis sans la moindre rébellion…Et un beau jour…STOOOOOOOP ! Le serviteur parfait en a eu sa claque. Trop c’est trop !

 Il s’est mis à son compte. Et les échecs ont commencés ! Un certain Galilée, qui fut mon deuxième moi, n’a vu sa réhabilitation que trois cents ans et des larges poussières plus tard. Sur mon initiative, il avait seulement voulu montrer aux maboules la peuplant que leur planète tournait. La machine mise au point par votre serviteur a réussi de justesse en sauvant sa vie…mais pas ses livres ni ses calculs.(1)

  Fort heureusement il y a eu aussi des réussites(2). Aujourd’hui, de nouveau le fracas, une certaine alternance entre ce que certains vont qualifier de bien et de mal paraît être nécessaire aux humains. Personnellement plus rien ne me gêne, tout est absolument parfait. Et pour vous le préciser, ma condamnation me touche avec joie.

 Certes ils n’ont une fois de plus rien compris mais aucune peur ne m’habite, le chemin s’ouvre devant moi mais mon avenir est à l’inverse de celui de la sentence, bien horizontal. Il me semble percevoir des hennissements lointains. Le scarabée-panzer a déjà du renifler mes effluves portées par le vent soufflant de la bêtise humaine.

Ma monture m’attend.(3)

 


1- Lire La machine (version 1633) d’un certain Henri Valéro.

3- Ici il vous faut lire Le sexe holographique pour comprendre. (Rassurez-vous, cet autre texte lui non plus, n’est pas trop long)

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -