Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
SÉRIE
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 14 mai 2017.

oOo

Vous me demandez ce que c’est que la série ? Vous me demandez cela sérieusement, en pensant peut-être que je vais répondre.

Imaginez-vous, plutôt, évoquant la mémoire d’un disparu. Et tout à coup, un imbécile demande : « Mais Untel, qui était-ce ? »

Vous souriez. Vous espérez qu’il y ait réellement des sourires assassins.

Mais non, la série, ce n’était rien. C’était une chose qui n’était qu’un mot, voyez ? Elle allait, depuis quelques siècles c’est vrai - et elle allait « de bouche en bouche ». On pourrait croire du Meschonnic. En réalité, ce qui devait effrayer plus d’un, c’est que ce n’était ni une chose ni une personne : c’était un mot. Ce n’était que cela, enfin. D’ailleurs, il y a une chose qui est très claire : c’est que le mot « série » s’est associé très tôt à ce syntagme, « n’est que... » qui est le mot de ceux qui savent (les savants - ou les sachants).

Normal ! Le mot est un mot à la marge du discours scientifique, né de là, d’une mathématique, puis vite dévié parce que ce mot, même si ce sont des mathématiciens et des philosophes et des zoologues qui l’ont prononcé les premiers, a vite repris cette allure banale qu’on ne lui connaît que trop bien.

La série est allée. Elle a visité la botanique, la loterie, les lois - et la grande manufacture devenue « industrie ». La philosophie, à ce moment, ne voyait qu’elle presque. La série, c’était tout entier l’univers. Oui, on l’a longtemps pensé. Des anarchistes, monsieur ! Pensez : Fourier, Proudhon, grands fous qui se voyaient refaire l’humanité - à grandes rasades de séries.

Ils ne s’en lassaient pas. C’est que la Science leur donnait raison. La science - mais aussi l’art monsieur. C’est une époque où un Baudelaire se promenait au salon et disait la série, par petites touches. Il ne la voyait pas clairement mais Baudelaire avait une conscience particulière de la place de chaque mot d’une langue en son sein. C’est pourquoi, s’il lui avait prêté une attention un peu plus soutenue, il aurait pu la décrire à cette heure de l’histoire d’une langue et d’une culture, simple fenêtre.

Voilà, si vous me demandez qui elle était la première chose que je pourrais vous dire c’est : elle n’est pas disparue, la bougresse. Simplement, vous ne la voyez pas comme il faudrait. Ce sont vos yeux qu’il faudrait changer, peut-être. Insistez-vous ? Je préférerais encore que vous me demandiez si elle a réellement été. Parce qu’on peut se poser la question, en effet.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -