Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Une larme qui coule
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 25 septembre 2006.

oOo

La maison de nobles matériaux, par ses formes, s’harmonise aux rondeurs de cette fleur que j’observe. Je le constate, pour penser que son créateur a dû l’apercevoir. Quoi qu’il en soit, j’ai l’impression d’entrer en résonance en quelque sorte avec lui, dans le vécu qu’il a dû vivre, pour élaborer cette maison que je regarde maintenant. Cela m’est déjà arrivé, en contemplant d’autres oeuvres artistiques ; des oeuvres plastiques, des poèmes, et des peintures. Parfois, cela m’inspire pour créer quelque chose, dans d’autres formes, à une source d’inspiration qui peut être commune avec lui, même si ce domaine est difficile à pénétrer. Hier, j’ai écouté un comédien, lire les lettres de Rainer Maria
Rilke adressés à un jeune poète qui a pris l’initiative de s’entretenir avec l’autre poète. Son propos est sans appel ; c’est bien en soi-même que l’on doit chercher les solutions comme les sujets de ses créations, si on estime qu’il y a une nécessité de le faire dans son for intérieur :

" Lisez le moins possible d’ouvrages critiques ou esthétiques. Ce sont, ou bien des produits de l’esprit de chapelle, pétrifiés, privés de sens dans leur durcissement sans vie, ou bien d’habiles jeux verbaux ; un jour une opinion y fait loi, un autre jour c’est l’opinion contraire. Les oeuvres d’art sont d’une infinie solitude ; rien n’est pire que la critique pour les aborder. Seul l’amour peut les saisir, les garder, être juste envers elles. "

 

books.google.fr/books ?vid=ISBN274815603X&id=2flzz_6HHdgC&printsec=titlepage&dq=philippe+bray - Une larme qui coule

 

Une larme qui coule, 

c’est une émotion qui, suivant l’être se place, 

les réalités divergent, 

comme les reflets d’une eau bousculée. 



Une larme qui coule, 

c’est une joie, ou une tristesse, 

une paresse, ou une activité qui s’attise ; 

le feu et le vent en sont les témoins, 

et cette larme, 

comme de l’eau, dans le coloris de la peinture, 

est un mystère dans lequel, 

la totalité de l’être humain est plongée.

 

oOo

 

L’été est à sa fin 

Les paysages meurent comme les tours du world-Trade-Center 


Une longue agonie sans souffrance...



Les hommes vont au boulot De la ruelle, un beau ciel émerge... D’un bond silencieux, d’une grâce aérienne,
un chat prend de la hauteur



Je croise sur le trottoir des jeunes filles pour leur faire des sourires Elles me répondent dans un élan de fraîcheur que j’apprécie 

Elles ont si peu vécu que c’est touchant



L’automne est arrivé 

Les tableaux des paysages ne s’accrochent plus aux murs et s’effritent entre mes doigts

J’en profite avant l’hiver où je sais qu’il n’y aura plus rien

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -