Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Auteurs invités [Contact e-mail]
AUTEURS INVITÉS
Depuis avril 2004,
date de la création
du premier numéro
de la RALM.
Rodica DRAGHINCESCU
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 11 septembre 2006.

oOo

Denise PELLETIER
RODICA DRAGHINCESCU

L’embossage de la langue

Je pré-pare, me pré-pare à faire état de cette écriture, j’entamerai ce projet quand mes mains auront reçu tous ces maux, quand l’oiseau blanc aura franchi ma frontière des pays froids.

Je suis arrivé à l’œuvre de celle-ci par un heureux hasard, une intuition magnifique. 
Les mots de Rodica sont irritants ou séduisants ; des mots qui courent, qui tombent, qui roulent, qui frappent, qui cognent, qui cassent, qui fendent, qui éclatent, qui blessent. Des litanies pour dire sans bride, sans détour, sans voile, noir sur blanc. 
Pour l’artiste graveure faire irruption dans ce langage cru, c’est trouver l’écho d’une pointe sèche singulière. Ce vocable exaltant invite à la flânerie, à goûter l’espace de soi en soi, en l’autre. Je me noie dans chacune de ses pages, je viens écouter, dialoguer, échanger, inventer à mon tour, réagir et dire autrement cette prose femmilière.
Je pré-pare, me pré-pare à faire état de cette écriture, j’entamerai ce projet quand mes mains auront reçu tous ces maux, quand l’oiseau blanc aura franchi ma frontière des pays froids. 
Déjà je sais que je pourrais passer sous presse un barbelé, étalé ses déchirures à la surface du papier, l’embossage de la langue prendrait forme ... mais, il y manquerait les résonnances, celle de l’âme, celles du cœur de l’auteur. 
Il y manquerait ses contrastes, ses lumières et ses ombres criardes, rouges. Il y manquerait ses douceurs, les sons de la vue, de l’odorat... gâteau de terre, gâteau au chocolat ... 
je bonheure à penser des images, je pousse l’écriture en images... attends...

oOo

 

Rodica Draghincescu


Blé blanc

 

je ne vois rien quand je ne vois rien
je ne vois rien c’est le
rien qui me voit quand je
ne vois rien je vois comment le
rien me voit je suis „rienne“
depuis mon absence je m’absente je ne ressens pas
je suis plus que l’inexistence
j’obéis au rien blanc et froid je suis un rien de neige
je neige des petits riens de la mémoire
sur les grands riens de l’oubli j’apprends l’oubli de l’où
de l’où est-il ? de l’où est-elle ?
je n’oublie pas où je neige ou/
où je suis le blé blanc du regard
dans lequel il y a quelque chose là où il n’y a rien
tout me suit partout nous nous suivons l’un l’autre
on est des riens de deux genres : M et F
(je neige de la direction F et lui de la direction M)
nous nous neigeons nous
neigeons ensemble autour du rien neigeant
je n’ai rien à déclarer pas de corps pas de sang
pas de nom je me nomme sans m’appeler
je m’appelle „rienne“ ou „rien-rien“
autrement pas de nom pas de „pas“ et pas de pas
je ne viens pas je ne retourne pas je ne fais rien
je fabrique des riens sans mérite
je n’ai pas de nom ni de têtes pour des noms
pas de tête pour la nommer tête
rien à déclarer sauf ma tête absente
(dans ma tête absente il y a
de la neige ou du blé blanc
et dans la neige des mots neigés
âgés de tout ce qu’ils ne peuvent pas faire
mais courageux de ne rien dire et fiers de leur blé blanc)
enfin rien rien à déclarer
excusez-moi

 

Bouquets de pluie

 

 

 

Secret garden

 

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -