Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Pauvre Dieu
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 26 février 2017.

oOo

Ce qui suit est un résumé de bien des écrits publiés par un individu se refusant farouchement à l’exploitation et à la manipulation de l’homme 1 par l’homme 2. Le Dieu dont il est question reste aujourd’hui le principal outil utilisé pour cette opération, enrichissante pour le un et avilissante pour le deux, qui se pratique depuis hélas trop longtemps. Depuis toujours serait plus exact.

Dans les religions Dieu est l’élément créateur de toute forme de vie. Ce singulier personnage descendu d’un pluriel rendu désuet lorsque que le monothéisme s’est imposé, parfois par la force, sur l’ensemble de la belle Terre. Nous sommes passés d’une myriade de dieux où chacun réclamait son culte particulier à un seul qui, vénéré de différentes manières, est devenu le premier facteur de division entre les hommes. Mais des millions d’années de croyance en des forces surnaturelles (que la science a démontrées en fait bien physiques) ne s’effacent pas aussi facilement. Des résidus de pratiques ancestrales, qu’aucun prédicateur jamais ne pourra effacer, continuent de marquer la vie quotidienne de bien des personnes liées pourtant à une religion moderne et monothéiste. Une église intelligente a su marquer les dates de ses festivités en les juxtaposant sur celles d’anciennes cérémonies aujourd’hui dites païennes.

Avec la suppression de la force bestiale utilisée par les chrétiens pour diffuser leurs paroles d’amour, le retour à ces très vielles pratiques s’observe dans le monde entier. Cela contribue à la création d’une nouvelle forme de croyance, un magma souvent indéfinissable, mais qui ne libère toujours pas l’homme de l’esclavage dans lequel il s’est enferré.

Ce Dieu unique est né logiquement, tel le Phénix, des cendres de ses ancêtres : les Dieux Idoles. Et comme ces derniers il répond à un besoin. Une fausse nécessité soigneusement entretenue pour que l’exploitation via la manipulation puisse perdurer. Les noms ont changé mais tout est resté à l’identique.

xxxxxxxxx

Idiot, et fier de l’être. Si toute la masse bêlante des humains se considère comme intelligente et se laisse manipuler, si elle veut a vitam aeternam servir d’esclaves et de chair à canon, alors assumons d’être idiot. Et de dénoncer de toutes nos forces ce système aberrant, bien huilé, formé par notre société.

Comme certains circumnavigateurs qui accomplirent leur périple contre les vents et les courants dominants, il nous plait d’entamer le combat. Contrairement à ces bêtes de mer, et compte tenu des ravages faits par des milliers d’années d’ignorance, cette lutte nous parait perdue d’avance.

A l’impossible nul n’est tenu, mais nous insisterons malgré tout.

Entre l’idiotie et l’absurde le fil peut être ténu. Alors pourquoi, tel un mathématicien ne pas résonner par l’absurde. Cela donne de bons résultats en mathématiques…non ?

Dieu est une nécessité créée par l’homme. S’il est devenu une entité existante de notre plan dit spirituel, il n’est aussi que le fruit de notre inconsciente création collective subjective. L’homme est un animal si évolué qu’il a su fabriquer physiquement des éléments inexistants auparavant dans la nature. Le plutonium, l’aluminium et toutes les matières plastiques en sont des exemples. Il a su également fabriquer des concepts qui finalement sont devenus des vérités. Comme Dieu par exemple ou comme la philosophie qui se prend pour divine en prétendant tout résoudre.

Dieu et la philosophie peuvent remplir indéfiniment livres après livres sans jamais faire avancer le schmilblick de la condition humaine. Le premier autant que la seconde sont pourtant bien humains. Comme eux , perdu dans leurs contradictions, ils servent une société qui elle…n’a absolument rien d’humaine.

En parlant de contradiction, il en est une qui nous préoccupe. Celle de la bonté du Dieu crée par les humains. Un être supérieur bon qui parfois oublie le pardon prêché par ceux qui prétendent le servir ? Que sont devenues Sodome et Gomorrhe ? Où est la bonté de celui qui laissa des millions de ses petits favoris mourir d’atroce manière dans d’abominables camps nazis ? Où est la bonté atomique sur le Japon…Toute l’histoire des bipèdes intelligents peuplant la Terre n’est que preuve que de la cruauté divine.

Alors si le grand barbu est bon, et qu’il laisse faire, c’est qu’il est totalement impuissant.

En suivant le même raisonnement que personne ne peut nier (en restant de bonne foi), si Dieu est tout puissant et qu’il a laissé sciemment une telle sauce indigeste engluer les hommes, alors c’est un véritable sadique…

Au tout début, face aux inquiétudes, plutôt aux peurs célestes les Dieux sont apparus.

Rapidement des petits malins se sont autoproclamés intermédiaires entre les pauvres hommes du commun du mortel et des entités toutes puissantes, et immortelles bien sûr. Ces prêtres vont profiter grassement d’un statut social privilégié et vivre en véritable sangsues sur le dos des plus défavorisés. Ne pas oublier de bourrer des crânes de mensonges. Plus ils sont gros, plus ils sont gobés. Gaver de paroles incompréhensibles qui n’expliquent pas les peurs d’antan, et surtout, surtout ne les éliminent pas. Et l’on, voit ainsi des hommes vêtus de blanc, de pourpre ou de safrané péter dans la soie, accumuler des richesses en prêchant la pauvreté, la simplicité. Que le peuple ne se plaigne pas, de gentils sourires sont distribués gratuitement en échange.

Les hommes d’église, de toutes les confessions prétendent que Dieu a crée l’univers puis un jour les hommes. Les mathématiciens et les philosophes (qui autrefois ne faisaient qu’un) raisonnent parfois par l’absurde pour confirmer leurs calculs ou leurs pensées. Ils arrivent à des conclusions publiés et reconnus comme vérités. Seulement que….

Les vérités d’antan ont été infirmées avant-hier.

Les vérités d’avant-hier ont été infirmées hier.

Les vérités d’hier sont infirmées aujourd’hui.

Question d’un idiot, du malheureux simple d’esprit qui écrit ces mots …Demain, que seront les vérités d’aujourd’hui ?

Hommes, suivez vos croyances, bâtissez des cathédrales des temples, mosquées et synagogues. Avec le beau ciment de l’incertitude, doublé de l’immense orgueil qu’ont tous de détenir la réalité parfaite, ces grands et nobles monuments ne seront toujours élevés que sur des sables mouvants.

L’homme sachant qu’il est un petit morceau d’univers à deux pates possède la richesse absolue. Le vieux sénile à la barbe blanche est un pauvre dieu.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2017 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS. - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.

Contact

Dépôt légal: ISSN 2274-0457