Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
Navigation
Dictionnaire Leray
CONTRAINTE

[E-mail]
 Article publié le 1er mai 2016.

oOo

Il peut être utile de revenir sur les différentes extensions qui sont données au terme de « contrainte ». Le terme est relativement ancien (du XIIIe siècle, selon Jacqueline Picoche). Il est dérivé du verbe « contraindre » (XIIe siècle) dont il est le participe passé passif substantivé(1). Il est issu de la racine indo-européenne *streig (« serrer »). Si le terme évoque globalement une violence, ou du moins une pression exercée de l’extérieur sur un individu ou une chose, le Trésor de la langue française (TLF) élaboré par le CNRS distingue dans le terme trois grandes catégories.

La première désigne la « gêne où l’on est quand on est trop serré dans ses habits, dans ses souliers, et généralement de tout ce qui met trop à l’étroit » C’est de cette valeur que le TLF fait dériver l’emploi fait du mot au sens figuré dans les domaines artistiques et littéraires. La citation donnée en exergue évoque « la contrainte de la mesure, de la rime, la gêne, l’embarras que font éprouver quelquefois aux poètes les règles de la mesure et les difficultés de la rime », ce qui est un peu réducteur. La contrainte en poésie, comme en musique, ont souvent été élevés à la hauteur d’enjeux théoriques de premier ordre. Baudelaire en faisait une condition de la création.

Parce que la forme est contraignante, l’idée jaillit plus intense. Tout va bien au sonnet, la bouffonnerie, la galanterie, la passion, la rêverie, la méditation philosophique. Il y a là la beauté du métal et du minéral bien travaillés. Avez-vous observé qu’un morceau du ciel, aperçu par un soupirail, ou entre deux cheminées, deux rochers, ou par une arcade, etc. ..., donnait une idée plus profonde de l’infini qu’un grand panorama vu du haut d’une montagne ? Quant aux longs poèmes, nous savons ce qu’il faut en penser ; c’est la ressource de ceux qui sont incapables d’en faire de courts. (2)

Plus près de nous, le groupe de l’Oulipo, créé par Raymond Queneau et François Le Lionnais, s’est constitué comme un laboratoire de contraintes littéraires, « réactivation de contraintes anciennes remises au goût du jour ou [...] établissement de contraintes nouvelles fondées sur une meilleure appréhension du fonctionnement linguistique d’un texte littéraire »(3), comme le rappelle le critique littéraire Jean-Jacques Thomas.

Le champ linguistique a lui-même a envisagé les structures de la langue comme autant de réseaux de contraintes, en particulier la grammaire générative initiée par Noam Chomsky, dont Benjamin Spector résume ainsi l’une des principales hypothèses :

Dans le cas du langage, l’observation d’un extrême écart entre la pauvreté de ce à quoi est exposé l’enfant et la richesse et la finesse du système qu’il acquiert, laisse penser que l’apprentissage du langage ne provient pas d’une faculté générale d’apprentissage, mais d’une faculté plus spécifique, dont la fonction propre concerne le langage [...] Cette compétence linguistique innée, les linguistes la nomment « grammaire universelle » ; on s’attend en effet à ce que ces contraintes soient observables à travers toutes les langues, et le caractère universel d’une certaine contrainte est alors vu comme un indice qu’elle appartient à la grammaire universelle et qu’elle a donc une base biologique (bien qu’il puisse bien sûr y avoir, en principe, d’autres explications au caractère universel d’un certain phénomène linguistique)(4).


1. PICOCHE, Jacqueline, Dictionnaire étymologique du français, Paris : éd. Le Robert, 1979,  p.274.

2. Cité par CASSAGNE, Albert, Versification et métrique de Charles Baudelaire, Paris : Hachette, 1910, p.90

3. THOMAS, Jean-Jacques,  La langue la poésie : essai sur la poésie française contemporaine, p.174.

4. SPECTOR, Benjamin, « Linguistique générative et cognitivisme : bref aperçu », Labyrinthe, 2005, n°20.

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Ajouter un document

 

Site officiel [>>

 

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2020 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -