Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
nouveauté : N3
roman in progress

En ligne : cliquez
OH le son ! 12/456/fleur
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 6 mars 2016.

oOo


Obtenu avec Oh le son ! Site [TELEVISION]

SS L K PRL PRS T BSN O T NJS TR J R AFK LS FS T R AFK LS JNKLRS AFK LS TMS SNS MRS AFK L RS T RMN NBSP J R PTTR AFK L RN SL AFK EL J R EN KTNT L RM T TN KRPS NBSP J R AFK TFRSS PTNS SNS L S PRS T BSN O T NJS TR J R AFK LS TFNS LS MTSNS J R AFK LR TS FLSFS J R PTTR AFK L RN NBSP SL AFK EL O AFK UN PTN J R T TTS MS XTSPSS L SRPNT BLNK A L SRR TS ARRS LS KLS L LNK TS FLFS O EL NJ ET LL LJNTR TS FKS RFRNS S NST K L RKRT ET KST L TKLN NBSP KST L TKLN T TTS LS FRSS FFS K ONT ANM LS NJS LS NJS ET L PLS HT TS ARBRS TMS APRS TS HRS T MRX TS HRS SNS LS JRS ET TS JRS SNS SML L FNT A MR SR LS FKS KRTNS AKS KTR XMNS TNT LS TNS SS MNS NBSP AKS KTR XMNS RLK LS TNS SS MNS BS LS TNS UN MN TNS LTR L RBS ET RBS ENKR NBSP L FNT A MR SR LS FKS KRTNS A MR T L MSN LS KRTNS TNS L XMR ET L XMR N TS LS KRS T LS K PTTR ON AKNS PS LN A MNS L RKRT K FM ENKR O LS KL S PRT PRX TNS SS MRS O L TMPS RSM L TMPS ET L TR NBSP S NST KN PN T TR T TR ET T TMPS T TMPS K L RKRT ISL K L RKRT KMPS A KR T S K MRT NBSP S K MRT MRT TMR L MRNT L MRNT ET L MRT K LNTR ET LMPRT S NST KN TS TNTS T FKS TRKN TN TRKN K PRKLT AFK L KPTL TS FKS JRS TXK TS FKS JRS TXK ET T LRS FMS NBSP LS FMS NS NS ET SLS SLS ET TFTS NBSP JNT A J TS TFRS KPTKS ENKKS TNS LSPR TNS LSPR ET LS RFS K LSPR TRT NBSP S NST KN TNT KNTR L ST L PSJ N TS STKMTS T L NT T L NT ET TS FMS KFNT KFNT T LNKS XFLRS TNS L J INXFS MS PTTR NSTS K L RKRT NBSP LST MRT LST MRT L FLS PNTNT K LPR FST L KR NBSP LST MRT TT MRT L FLS PNTNT K LPR FST L KR NBSP IL T RST STM TNS TN BRLNT ANS J JT LS SNTRS SR L MSN O J FK NKR NBSP LS SNTRS T K MR MR TN AFR TRP TT TRP TT NBSP ET J PRFN LS BXRS SKRS SKRS KM LS KLSS SKRS KM LS TRS TS KLSS ET LS ALS TS KLSS TNS LHRB TNS LHRB T S K NS SPR S NST K L RKRT L RKRT TSMNT L BBX ANKR A KR K L STN NBSP L KRTR O L LSRT M PRSNT M PRSNT LRBL ET L TFN L RFR A HRL TNS L TRNR STL ET L FLS T L FKN A RPNT LS TKS KRS NBSP ET L SLT T R TS LSRTS EST A LMNR EST A LMNR NBSP O T PRTR T PRSNT PRTR TS TMPS T TMPS FNR AKS PRTS T PX AKS PRTS T KR K J KR LBS KSTS K EST PLS JL K L PS NBSP KST L MRT NBSP KSTS K EST PLS JL K L MRT NBSP KST L TBL NBSP KSTS K EST PLS JL K L TBL NBSP KST LMR NBSP KSTS K EST PLS JL K LMR NBSP KST L MRT NBSP KSTS K EST PLS JL K S K EST JL S K TRT L MRT NBSP S K FT LS RFS NN L RF LS RFS NBSP S K MRT L SML PS LS SMLS NBSP S K NT L PS NN LS PMS L PS NBSP S K PNS LMR PS LS FMS LMR NBSP S K US L MLT PS L ML L MLT NBSP S K SXF LSPRT LS ESPRTS MN RR KST L SKN K J MRS K T MRS PTTR PS NBSP KST L SKN TS PLRS T L FF KST L SKN T TN TRNT TNS L MLHR L MRT ATL TFL TNS FS YKS NBSP L MRT ATL TFL TNS FS YKS TNTS NBSP L MRT EST LT ET T AMS L LTR TS FLS NBSP A KST L SRT NBSP L MRT EST BL ET T AMS L BT TS FLS NBSP L MRT ATL TFL TNS LS YKS T TTS LS FLS NBSP L MRT TNS MS YKS K T SS L PLS BL O PLS LT K L SRT L LMR S J TS TRS AFK TS PNTS PR PNKTR L SL NBSP TT S SPKTR EST FSBL KM K TRT SNTS KSTTR MMM NBSP ET J M SS SNT STN TRS SL ET TSSPR LTR TS ALKS MM N MKSTRT PS T L MR O J PLNJ NBSP J XNT L SMM NBSP SR K LS MTS FNT M MNKR MS K SN APRSFR NBSP TT S SPKTR EST FSBL INTKRLMNT NBSP ET S SPKTR NST PS UN RFNNT T LTL LS BRS XRKS TS PKTS TLKS O L MR RKMNS O EL XNJ L MTL EST PSBL PR ABS T PFR SR L NTR M XNSN SXF EN XNSN NBSP J BN KR K SL MRFT KNT J SNT L PRMR RM NBSP AFK LS TRS K L F A KRS TNS L TR T M RSN ET J RTSNTS NBSP ESTS K A RM KLK XS T RTSNTR NBSP ESTS K A XNT TNS TS SNTRS NBSP TSM LL ESTS K J RM LR KRPS TSKS T PSJ NBSP LR KR TSKS TSPRS NBSP LR FNTR TSKS FNS M SLR NBSP JFR L PRT TT KRNT ET J M RPS T LR XR J FKS BN K L F S RSM KLKS MTS SR UN TM NBSP MS J N FKS PS KL S RSM AKS MMS MTS PR TT L MNT NBSP ALRS J XRX L TFRNS S K JJT TN NM PR M RTRFR L KN K J RKMNS NBSP L KN TS PTS K NNT PS TT FT RNNK TR L FRT EN XNSN O EN TTTT M MRT EST SNS IMPRTNS NBSP UN ATR MRT M FT BKP PLS ML PRS KL JSTFT L MN ET K J N AKN ENF T MRR NBSP M MRT N PS LMPRTNS K JRS FL L TNR ALL J N PS KN L FLS NBSP ALL J N PS KN L KR NBSP ALL J N PS KN LNFRMT NBSP ALL J N PS KN L MLT NBSP MTX T ES MRT KM MRNT LS ARBRS FTR LS PRMRS PSS T LT TRNT M FNTR TRNT LS MRS SNS FKS TRNT LS PRMNTS ATR T FKS BSN T PR O NJ UN ALK RJ T MN SNK RJ T MN RKRT RJ T MS MNS ENSNKLNTS NBSP LS PRMRS PSS T LT KM LHRB TNS L FNTR T L TRMS KM LHRB TNS L FNTR T M PP TNS L FNTR T M FNTR HMT A RKRT K L PNTR ENKR MN KR XNT LS KRPS LS KRPS ENSMLS TNS L PN T TR SNNT L BS FRT T RF NBSP MN KR XNT LS KRPS LS KRPS IMBLS O SJT L KRN TS HRBS MTS T RF NBSP MN KR S XNT ATL T SS KRPS PRM LS KRPS ATL T SS KRPS PRM LS KRPS SNNT L BS NBSP SS NST KN PN T TR S NST K L SSPNS TS XNTS KN BSKL TNS L TNS SR L MRR SNS TTR TS FLKRXNS T T L KRKTR KRT K NM LS KLS T XK RFLT NBSP L LNKJ T RFLT A FSJ K L KNTMPL NBSP L FSJ IMBL K LL TRNS L T TN NM TRF LS FNTRS T L MSN K RT NBSP L MSN RT TSMNT XFL TNS L K L SPR T THRS NBSP L T TN NM EST L NM T XK BRNX L RYR T MS RKRTS A THRS TS FNTRS T L MSN KNT I NBSPXNT T TSSPR AFK LS INSTRMNTS T L TLR O T L TR T L PLS HT RSMLM A PLS HT T M RSMLM TNS MN IMJ O ST L MRT T HT T L TR RSMLM TNS MN KR RSMLM T HT T T XT IMJM UN KR PLS HT K L KRN T PR PLS HT K L FN K M PRT PLS HT K L PLS HT LBXN O T L TR T L SMT O T L TRNR FYJ MNTNNT L SLL K SRX LS XFKS SR L MNTKN ET LS XMPS T BL FLTS O KRF L PT K A XNT ET L MSN KNFRM L FL A KR T L SSN K N XNTR PLS L MTMRFS TFT EN OS T PR L PRMR MT K L XNT SKN EN BLT UN PNT TRK A LNK IMPRF T SN SNS LRTR INSTL KNTR TT ATNT LS TFR RTT KL TBL F L FNT L MRT O SXF L TRNS EN KLR SRPRS T RR PTTR N EN RSN TN ATNT L TRF PNS LKR T S FL NBSP O NT NSPR K L MRT UN TMPS T RSRNR A MNS L MRT A BT T SRT NSPR K L MRT EN NT XNJNT SS PRRS TT PTTR N S KST LN S T TRS TTFS NSPR K L MRT TNS SL PT T RSMLR O TNS ATL T L MRT S L F N PT M HNTR L TMPS EST LNK TNS L RSN L TMPS EST LNK TNS L XNSN L JR PS TS LS SLLS O MN SML TS MS TLS TNT T HN O F LMR K F XNTNT KM LL J SS AKKS TRT TFR BL LS RJS T KXNT NBSP L L SPKTKL TS TFRSS RNKNTRS SR LHRB SKR T TN FNTR NBSP RNTSM M LR ET MN TMR NBSP L TMPS RST UN XPLT T MSNS ISLS TNS L FRT TS MNSNJS T L SNS O XN SKR J N B K L FN T L LNTN RKNSNS T SFR J N B K L FN TS PNTRNSS LNTNS KM NKR KM NKR SR L BRT T TTS LS RTS O J M LMT RKRT RKRT KNTRXMP T SFSM PTTR KN RTR PTTR KN RKRT MS TT LBXN EST KNTRR AKS RTLS NBSP S NST PS UN KSXN TRTR S NST PS UN EKSKS A MNK T SNK S NST K LMR FF ET L FRXR RPSNT T LMR NBSP S NST K L FSJ OBSKN TN KN T R LMR TS KLSS S NST KN INSTNT TNS LNSTNT T L PRTR NBSP ET L FL AKS XFKS T KLNS K S TN PR PS UN RNT PS UN RKRT K S TN T N PS TNR NBSP PFR TN KRPS TR BLNK K L SLL A KMPS TNS LMR L PLS INSKNFNT ENTR LS KLNS T TS LS PRMNTRS KNTRXMP L TKT K EKSPLS TSM TS LS SKRTS T L FRT PSL EKSHL TSM TTS LS MLTTTS TSM TS LS RTRS T L FM AKS YKS TKRTR XNS TSM L FM O J RSPLNTS PLS B T PRTR L RF TSM LS FTS T L FM PTTR LS FYJS A BT T L RSN AFK PR LN MNTL KLK XS T PLS MRT K LS MRTS TNS L KR NBSP A BT T L RSN PTTR AFK TS PPLS RLFS T L PRTR O L F NS KNT NBSP MS LS HSTRS T LHM A BRTL N SNT PS TLKTBLS S N LS RTR TN KP T SN ONKL L FM KX TNS L LT T LTNT NBSP K TT O SR UN KP T TT ET L RSN AKS FLKRXNS T KRKTR KRT MNS K N SKRTNT T L LKN T KNTT TBRT ENFSK NBSP IL N KNF L FN K L KR ET L MRT PTTR RPPLR LS TLS TNS L LRBR PRS T L MSN MN PL A J AFK LMR TS FSTRS LMR PNTL O L LMR TNS NBSP K PT FS AFR FT S RST INFTL O FPR SMLNT A J L TRMNT O J N L PSJ TN HBTNT T L MN MS YKS PTTR L TMPS TTRS OSKS IP L PLS SKRT TTRS SSNS TNS LS KRMRS TTRS TMPS K L TMPS NN FT L LSR BRLL NTR SFLSXN EST SL T LSPS L TMPS N S RTRFR PS L TMPS NST PS A BT T LSPS N PS L PLS TNS L TMPS NTR SFLSXN EST UN RPR TNS L TMPS NTR SFLSXN EST L TMPS TN RPR KST L FRTJ T NS KRPS TNS L MRT TNS L MRT L PLS BL O L PLS LT SLN LSPS T MMNT L TMPS NST PS A BT T LSPS L TMPS ATL NM TS FYJRS SFR TRP S NST PS TT SFR MS KST KNT MM TRP A TRR TNT K FS SRS KNTR NS L TMPS EST PS T SFR MS PS TT S TMPS EST PS MS PS L NTR ON RKMNSR KM L FNT KM L MR JMS KM L SLL ET PLS J MLKN T T PLS SLKN LRT PLS SLKN LSPR NBSP J MLKN MM S T MMS MM S J TM J MLKN KNT MM TN KRPS EST L PLS B TS KRPS NBSP J SS LN MNTNNT ET TMN ET T N PLRS PS PRS K T M PSTS NBSP ET S J T PST TN KRPS EST L PLS B TKR O BRSNS TNS TN SLNS TLK RBT SR L KKT TS MRTS MN XNT EST L XNT K N XNTR PS K N XNTR PS TN XNT TN XNT EST L XNT K J XNTR K J XNTR SNS T SNS T NS XNTS SNT LHR T M TR JMS T M TR JMS ET T TMR L SRKL T L LMR ET T LMR L LMT ENTR LMR ET L LMR NBSP L PNT T RNKNTR T LMR ET T L LMR TNS L KRPS KLR K ABSRB SN OMR NBSP LSPS INFN TN SRKL O LMR PRFT L LMR L LMT TS SRKLS TNS LMR ET L LMR NBSP L MTMRFS TS NMS PRFTS TNS LMPRFKXN SMS A SLL P MN EKSSTNS EST PR PR TS LS TLKS N T FKS PS KST UN KSXN T JRS THRS PTTR BN SNK J N MMJNS PS S PRS T L MRT JTS TKS TKTS KNT J PNS MRT KL FRSN ET MNTNNT KST T K F MRR T T MRS TRS SRTNMNT TNS LS JRS PRXNS TS L FN T L SMN L FN T L SMN L MRT N T PRTNR PS A KNKLT K NS NFNS PS T XNS O ALRS LSPRT TMNT PLS T LNTR TRP TJNS XR FL KK NS A TS PS ASS FKS PR UN BN TSNT AKS ENFRS T SRS MRT KM UN FL A ML TS FLMS J FS M RKLR T T MRT A FSTN K TKKMPKN TNS L TM TSMNT ON N PT PS KKNR LNFR S ON N PS UN P T PLM TNS L TT KRNM FT EN AFR R TNS LL L PN ET L FN KNJKNT L MNJR ET L BR NN L FM N L SF NBSP IL XNTR L SL EN SFNR T S FRKL RPS IL S SFNTR K SN EFRT NR PS T FN IL TMR TJRS ET IL LNFY PTR AFK L RST T TRP SMLS TNS SN ESPRT PR L TKRM KSMKNK TS TRS T LST KR IL KNT L TKR T S FRT PTTR K T ARS FN T LFRR PTTR K T NRS PLS RN TR TS FS K LS MTS T MNKRNT TS FS KL N ART PLS PRSN PR TKTR ET T ARS FN AFK LS ATRS T TN ESPS LBS O S NST PS UN BRTL MS PS BN LN T LTR L FT NSTL PS TNS LTR KM LTR NT T FT N KRS PS K LS TKS ONT L L LNKJ ENTR LS MTS NBSP MS L FT NST PRFT K TNS LMPRFT T LTR LS TKS NNT PS L LNKJ PR L TR ET SN RKLR NBSP NN L FT EST FT T SNS KM LTR NST K TTR FT L FT S RSML O LTR S SPR L LMT NST PS UN NM J SS LS TKS ONT L LS TKS ALRS KST UN T N BT PR LMR K FRNXT L K T LSMNS ET TT L BTL S TRL AKS PRTS T L FL KM A S FST TNS LTMPS TNS LTMPS MS LS RS NNT PS TRT LMR TT L TFN EN MFRNT L TBK T L RKNSLXN A BRT T TRK KNT TRK EST PLS BLNT K L BL KL XNT JL BTNTN ET RXNT M S A L PLT NBSP ET AKS RMPRTS IL N AFT K LS KLS TS PTNS A SLL AKS PRTS T STM NBSP ET LS PRTRS S SNT AMNS AFK UN KRS FLM TNSNS ET TT L KLR TN PPL TF J TS TF KS TN IKNRNT K NFT PS L L BBL S T L FT BN ON IR FR UN TR ON IR T S KT MN KNRT NBSP S T L FT PS ON RSTR ASS ON ATNTR K A FN L TN MN KNRT NBSP ON RSTR ASS S RKRTR TNS LS YKS MS YKS TNS TS YKS PTTKN FR MKS NBSP ON ATNTR L FNT L SLL ET L NT NBSP ON PR KSR EN ATNTNT K A FN PS LNKTMPS PS LNKTMPS NBSP JST L TMPS T S TR KLKS MTS PR SMR KLKS RKRTS PR SBLR AKS TLSS TN KRP LS TBLS STMSNT LRS SKSS TXRNT NBSP AKS TLSS TN KRP LS XTRNS T L MR LS LFRS TKL SNT TS TMNSTRXNS T PSNS NBSP LS LFRS PRSNLS MM S L TN LTRR N EST PS TJRS KL SNT TS TMNSTRXNS TKSSTNS NBSP ENTR L PT TKL ET L PT SL IL A TT L TFRNS T PRNS L NTR NBSP L PRNS MRT SPNTNT PRS K KST NTRL T MRR NBSP L NTR RKN PRS K MSTR J TTST T MLT PRS KL M RSML NBSP LTL N SKRT K TRFRS LS0TK NBSP XSR L FRM NBSP LS0TK A BT J UN RL T RFRNS NBSP UN BN TKXNR L PRT T L MN MRN KM LLK RPSNT SR L KRKS T TS RNS NBSP AS BLM KN HRT T MR O S PRT PLS TN SNJ T RFNR TNS SS LKS TRMNTS NBSP L KRP LRKFRT TT SRT T PSNS TNT STM EST L MNTR SL ESL UN SL SPR TNS L MT FL NBSP S L MT N MNT EN TLS T SS TKLFTS T SNS NBSP ABRPT SLN SS FRMS KXS AFK L MR K N RTSNTR PS NBSP HRTR L PF T TS MRLS O L RF EST UN PLR T SL AKS YKS K L KNTMPLNT TNS SN MSTR ORFK L MSR TNS L LNKJ ATNTR ST SMPLST T TRT ST SMPLST TNSTNT NBSP ET LT S KR UN LNKJ NF UN LNKJ EN FRM T FM UN FM EN FRM T MTMRFS UN MTMRFS EN FRM T FRM NBSP MNS TBSKRSR L LNK K S ST FLNTR O NN JMS PR PTR SMPLMNT L MNK T TMPS UN BN TKXNR L LKTR K S RFS A KP T F K LRT A KP T F K RKL LNFRTN ET L TSSPR NBSP O ALRS S NST PS L TMPS T S RMMRR XK FNMNT TNS L LMT T L MTMRFS NBSP KNFRS AFK TTRS K LKTNT PLS KLS N PRPSNT NBSP KNFRS SNS AMNR L FRTBL SJT K L TN TNS S PLS TNS LSPS MN A MNS T ST INSRTTT L RR T L FL TSNXNT AKS BKLS PRSS K M TRB PTTR L KR MS PS LSPRT KM UN SMT RF A PLS HT PNT T LMR ET T TL NBSP N R PS T S BLK SL KN TT L BLNK SRPNT TS FNMNTS PTTR L JR PTTR L NT SFLRTL TN MFS RF KM TN MFS PS ON S TR NBSP S NST PS UN RYM N L ST AKS BLNXS PRTS N L PRMNTR SM NBSP INFRTN O INFRTN KM L SRPNT BLNK LRR T TMN LNK F T FKN T MS PRS MS FLS BRNT LNKTMPS MS J N MR PS TFR TRP B N TFR B TRP LNKTMPS NBSP T K L SL EST PRX F TS J PKS FLR LS TLS TN RKRT KM KST FSL T SNFRR KM KST FSL NBSP L TMPS N MRTR PS AS HT N L TMPS N L TSSPR O FRTJ NBSP J PKS LS FR BSR TNS LR LMR NBSP ET PFT LS ANS ONT PS ET M FL PRX SR KT PTN T TR MTMNTR KMNT J FT PR MNTR AS HT NBSP O T L TS AKS YKS PRS TS YKS ONTLS FRL AFK L FK K LS KRN T ST OR K L JR KX NBSP O TS A SN T NKR KM UN ALK K MPS PLRR TMRS LRMS TS YKS SNTLS PLS BKS K L NT K LS OFR NBSP L FN MST MNT L TT J KRS EN KNSTRNT L JR K S LF J PS F PSR L NT NBSP J PKS LS FR K TRMNT TSMNT NBSP J PKS T FR TNS LNT K J PRMS ATL TS RXRS NBSP J PKS FR L FK ET LLK S RSRNR TNS L KKLJ K L L NBSP L PRMR RYN T SLL M L PR LNKTMPS KRR KM UN NBL MTR SL FN T XRMR NBSP KRR S KN RKL N PT TSRTR SNS EN NBSP KRR A MNS L TMPS T RFNR NBSP KRR O LKRTR XNJ PR EKSMPL SLST OBSTN K L KR XNJ EN STT T SL O LSPRT NBSP SLN LS KNSTNSS T JR ET T JR L NT SRTT NBSP O TRMR SNS RPS MTX HNT TFR RKRT L NT ET L NT TKTS T L MN ET L TRNR LNTMN RSRN KNBSP NBSP T NS K L RS T TMM TNS LNFNS LNTN NBSP ET L JR SFNT S RMMR ET SJT PR UN INTNS SKSSN T KRS ET T SLNSS NBSP NTR FRS EST TNS LNXFMNT T PR TFRYR UN KPL TSKS TNS L NJ SR LS BRNXS T LRBR L PLS ISL TNS UN PRK KN ST EFT NBSP SSST A MNS L FLTR AMR K PRST L TSTT TS LMNTS TNS LSPRT L PLS RX KNT L MNR TKSPRMR LS XSS AFK L MNS TLMNTS NTRTFS L MMR RTNT S K XNT O S K EST KRL NBSP OBL LS RFS LS PLS TKS A KR K KR NBSP L MMR EST UN FL SX TNS L T L RFR NBSP ET TN RKRT EST SL T L BKNS TNS LS FRSKS ANSNS NBSP L MMR EST UN BRJS A SKS PRFM ET T FKS EST UN JNKLR TNS LS BTLS T PS NBSP L MMR N ENFNT K L MSR NBSP L MMR N NR K L TSSPR NBSP L MMR T AFK UN FSLT TNSKT NBSP ET L MSN L PLS AKKLNT EST UN ENFR TNS TS KRS TMR ET L PL IMBLT TN FL PBLK L PR TNR L L JSTS TFN NBSP ET L FLST T L R EN TTNS A KR T L FL K N RPNT PS TNS L TT KRS MN LT A KRKS T TN KRPS O SMLNT NBSP LNSML PRK FRS LMR LL EKSHS NBSP RTSM K KST UN NT NBSP EKSST EN TNT K SNTNS RSN T PLS PR TNTR L F T NS KN OTR SNS FNT KRF SR L BRT T L RT NBSP T XNTS T XNTS MS K RSTTL T TS XNTS NBSP L PLRN AMNT A PS SNS T FR NBSP L PLRN AMNT EST MRT SNS M FR TT L PS RL M TT A KRKS T T O PSKR NBSP TT L PS KRF EN T LNSTNT T NNRTR NBSP O PSJ T MRTR L PLS B SR T LNK KM UN KNT KNT T L MNTKN SKR TMNT S KRX PR L KL TRKS LS LNS T SLL KXS TNS LHRB SJS S KNSMNT NBSP ET ULSS KLT T RR EN FYNT LS PRTNTNTS A KRTR SNFRNT KRT IN UNM ATNT K SL N MBTT PS A PNT T PRSNTR MS HMJS L JN TMSL EN RB T KKLJ K XNT TS PSTR0MS NKRS EN BLNNT A BT T SN BRS SN OMR ATMNTN BRL TNS LSPRT TS MNS PFRS O TT A MNS NS YKS SR SS NBSP NS KRS TNS L TSRT T KR ET T KR K PRKLT AFK TNT T HN K LNKTMPS LHMNT L EN A FL NBSP L HN KNTR L HN NBSP L HN TN HM PR TS LS HMS NBSP UN HM SL KNTR L HN TS HMS NBSP XNSNS TRNSKRTS TNS L LNK TRJN APRS MNTS PRPTS T FYJS S MM KR FTK T N PLS SNTNTR KNFRSR AFK LS INFTS N RKLT K L HN KNTR LMR NBSP N FLT PNT KTR SN HNTT AKKS AFK LJ NBSP APRS TT PTTR HNT NBSP LMR N RKL K LMR FL TS L TSTNS T SL A RKRT NBSP AFK L JT T TNS UN JRTN NBSP AFK LS TRXRS TNS L NT NBSP SL K BT LS KRTS SL K LS TN SL K LS J NBSP AFK LS FLS TSKS SL K N PRTJR PS L MRT M SR PLS TS AFK L MMR T L MRT L MRT N MTRNSR PS AFK LS LSTTS T RKRT NBSP MS L MRT N SR PS TNS L FKS KMNK T L FM K S TN PR PS UN RNT PS UN RKRT EKSLT UN PR TSN MR TS SMPNS T BS T LN NBSP KRT SR TS FKS KMNTS S KL TT TT FNNT S RKLR IS NBSP NN KL KT L JN S SL SKR MS SMPLMNT KL IML S KL RST TNS S PSN PR LS KXNTS TRS KRFS T BNTS FRTJNKS ET T TTS SRTS TKSSPRXN T SKS MM T XNJR SN NM PR UN ATR KL PRT KM L TN TN KR EST UN MRS T LF ARX A KR T L TR NBSP TN KR EST UN F TNT TNS L MTR K S XNJ NBSP KSTTR UN NM K SRT O TTRS ONT PRNNK L LR NBSP KSTTR TT LNFRTN K S MRT L K NBSP S K EST JST KRT TNS LRKL ET KST L TR K PRNT F ATSS T TS LS NMS S K EST JST EST UN SLNS NBSP ET KST L TR KM UN SLTT K A HNT TLMM NL ESPR A KKLJ TMR TNS L K N ML PS PS MM UN MT K AM ATL T ST E UN L TRNKL KMPS TRBRS ET T EKSSTTL NBSP L MR S RFS LMR ON T PNTR L PLS HT TR MM S J T TS TTR N PT NBSP T SRS L PNT AFK TTRS PNTS PR UN ENFR MRL NBSP ISPT K T N SS PS B NBSP ET PNTNT S TMPSL O INKS JMN FS KTR LS KRLS O K L XNT ST IMMRBL NBSP TS XNTS SNT PLS FRS K M K LS TS INFM NBSP MNTNNT J PKS MRXR TRR T NBSP MS KTM K XNT KTM TNS TS XNTS NBSP JTMJTRKNTNLFTLBL NBSP O K T FKS SL M PRT NBSP T MRS KM UN OS L MRT NST PS S BLNX KN S AM NBSP L MRT NST PS S BLNX TNS LMNT NBSP L MRT EST NR KM L JR NBSP L MRT EST NR KM L TL NBSP J TRS O J TM ET M TR T L MNTR LMR MN T TN KRPS N T TN KRPS NBSP O L MRT NST PS S BLNX KN S RFL HSTR N PS STR L L T M PRSNS NBSP HSTR S L EST L T RFRNSS NBSP HSTR TT UN TNST T PTS RPS NBSP HSTR L PRMR FRT T PT EST LHNTT NBSP L SKNT FRT T PT EST L MNSNJ NBSP L RST EST KNTRR L FRT NBSP N PS NMR N LS ARBRS N LS MSNS IMBLT EL EST LMR A FL T L LMR K L SPR TN ATR SRS NBSP TSMNT PRS KL EST FM EL TR L MTL A BN MMNT NBSP S MN S KMPS A XNJMNT TS KLRS TNS L F K LNTR NBSP MNTNNT SS YKS SNT L PRMS TN RTR LRJN T MN NM IS TT NST K MR BLNK A FNTR T K N FT PS UN EFRT T MMR NBSP MM LS PTNS AKS PRTS T L FL MNT SL NBSP MS PRK ST FM ATL TT L FKS TN SLNS K NST PS MN SLNS NBSP PRK SN KRPS S TRBTL AKS MNS K L KMPSNT L LR TN B RF T SLMNTR BRL PR L F T LNFRTN N R PS L LN N R PS A SLL N L JR N L NT N R ATNT NBSP J LL TNS LBNTN T KRPS T ENFNTRS L TSSPR AKS KRNS T FXS M SRS AFK LNTR O M SRFTT L PRSPT TSMNT FRS ST MRT TRNKL ENTR LS ARBRS NS TN SL JRTN K L TMPS JRTN NBSP RKRTM SNS RR NST PS LMR TNS L LMR T MS XNS ET J FS K FS FS PRTS MKS TPS FTR ESKPT FT NBSP J RKNTR MS FRRS LHSTR T L LRL NBSP ET SLS N TRMLNT AFK XFLR T NKR ATNT S KLPTR TNS L BSTR JT T L TR MKS FT UN PKT TLKS SRNS K L JT T SNKLNT T L MMR NBSP LNRT K L PSBLT T KSR PRM LS MRTS SNS L PPRTR MS T NS PS LHR PR TNTR LS FKS K L TMPS RFNT A FL T TMPS NBSP T NS K L TMPS T FFR A F T LN ET T TSSPR NBSP T NS K LHR T L MRT T SFNR J TRS ML MNTNNT J PRL TNS M XR JS MN ESPRT A FL T L TLR K S KMPS NBSP J TRP ML MNTNNT T SFR PRK M XR EST L NT T TTS LS TRNSS TFNS NBSP O RTSM K KST L JR ET L RTSM K L MR EST UN RMMR TSM O RTSM L ML JKNR O T AS KX LS MNS T L KLR NBSP ESTL ASS KN S PSJ T MTS ET T RXRS FLTNTS SR L RF OPS L MSN T LHBTNT T L FRT KRMS NBSP IL EST TMPS T NS FNTR TNS L SSN MM K S THNX TNS NS BRS TFLNTS LS EKS PSS AFK LHR ET LS LNKS SMLS A FNT T L KNSNS NBSP SS T RKNR A KN T LRR KR L SR XNT SR UN TN T RPRX L PRXN PL A BRKMRT MRT T SNK LS ALR T KS A FL T L K LTR TNS MN RKRT NBSP M SFNS K KST M N PTTR KM UN PFR NBSP ET TN FNTR TNT RMPR L TRNKLT ET L RPS TNS LM T PSJ EN KSXN NBSP MS LMR IMBLS TN KRPS PR LTRNSR SR PLR F T J L PRPL EN LR T S TR K NN L MM UN P FRT NBSP ET FL TTS LS PTNS EMPRTS PR L MR A LRJ T NS KTS NBSP ET LRS KRS TNS L FLT ET LS TKS RKNNT TNS L SRR T NS PKRS NBSP ET FL KMRMT K TMNT SN PR MTX O EST T MR MTX JSS PS BN FSTN A TMSRTL T FR UN FM BSR AFK UN BK PNT JTMNR OSK A SFT TN ARS PR T KL NBSP ET L MM UN P FRT A SFNR T SS FNMNTS K M BX BS TN SN O T ES MR T MN SNK NBSP O K M BX ARX TN FNTR L FLS T TN PR NBSP TN KRPS EST UN SKN T TKLN ET M BX TKLN L FT K KXST SS TN ML AR E K TKRNKL AFK KRS T KLR KST K JY T FX AFK EL N TRNJ PS LRTR INSTL NBSP THNX L BRLNK TSN APRS ML BLSRS SNKLNTS NBSP SKR KR E MX KKT ON TRT TRS PNS T SLTTS NBSP BN PLSR S A T XNTL KM RKRTR T PLS PRX TRS PS PLS XST RLKR L PT LKRT T TTS LS NSS L PT TNS LS JRTNS SSPNTS L PT LL LJNTR L PT A RR T NKR L PT A KR T SL L PT AKS LFRS TR L PT AKS YKS T JT L PT A TTS LS FRTS T L MTR L PT TNS LS TRFKS L PT HRS T TMPL AFK LS PRTRS L PT PTTR SL L SLTT T PT N L NTT T TT SLTT PTK L PT ET L PBLST L PT TNS L FSFS T RF ET T LKT L PT TNS L RKNSNS L PT KM UN TN L PT K A R O NN L PT AKS ARRS L PT AFK LS LMNTS L PT ET L LST TS PTS L KP EST PLN ALSNS T NS PS KT E TS TNK T PSL KL ART T BRNLR NBSP T LR N MKKRT PS PT TMTKS M SN FKS NBSP IL A TN FN T KRTL IL A UN KT T KRTR NBSP ELPNRNBSP AMN TN AFRN J RKMNS MN HSTR L MNT TT ENTRR TNS UN KPLT T FRS KM KTT T TMPS T TMPS KN XNT KN XNT NBSP EN BFNT T TN FN EN PSNT SR TS FMS EN AMNT TT LS FMS L RNT L RNT IL N A PS K LMR TNR TS PRPS TKSS NBSP ABSRB L SL INSTNT INTSRBL MS FK KM UN PRST K NXFR PS UN KP T F NBSP ET TNS LS XMPS T BL O LR KMT L BL KM A BKLR TRS AKRTS TR FTF AKSNT L TRBL EN NJ TRT O S TRT L SLL SR L PNT TN KLXR NBSP SFNST K KST L TLJ ANNK KM UN RNF MS KL INSTNS AJ AKKS IS NBSP SL IMPRT MN SNS INXF MS HRLR OBSTN TN NBSP TNS LNSTNS T KR T L KNSNS T L KNTMPLXN UN ATR INSTNS L TRBL TFR SS L KNSPT T LNSTNT PR O J P ET TNS KL F M SS KNFNT AFK L PR TS INSTNSS T LFRSM T TS YKS XNJ LSPKT T TT PRFT LS FLRS SNT MRS T L PRT PS MM UN SNJ RSM L SFR O MMR STRL NBSP SFNST PR L KT MRN T RKRT SR LBL FK MRT T FS FS L SJS N PS TNT T HN KNTR M N TNT TMR S J MNS NBSP N PS TNT T HN KST INTL J PKS AMR MS SNS BRLR J PKS AMR MM S J MNS NBSP FT APRS L FYJ ET SL APRS S MM FYJ ATNT TR K L F N PLS TNTRT TS IMJS SNS INTRT UN NTR PTTR PLS IMTT L MM LNKJ K S RPT NBSP MS TS YKS SNT PLS BKS K MN RKRT TS YKS MNFNT L RNKNTR T MN RKRT PTTR TFR KRX TRP TT A BSNT T SRT TFR KRX L MM O L MLPRPRT EST INSPRTBL MS PRT L SSN S EL EKSPLK BN TS XSS NBSP L HN EST EN TSKRTNS AFK L HN O BL TM SNS MRS L KR T L HN EN KR ATL RPNT SS XNS NBSP L SR NST PS T LTR KNTR FNT L MR NBSP L JR KM UN LTR A KRKTR KRT MN SKS EST UN BL IMJ ET TN KR EST L PLS B XNT TMR NBSP TN SKS EST UN BL IT NBSP MN KR NST K L MRT K A SN NBSP NS SKSS SNTLS LS XNTS NBSP NS KRS SNTLS TMR NBSP RFNSM PLS TR K L SBL T MS RFS ENTRST PRS T M N SS T XNTR SKN A BS T MN KR L TR KM LX TN RKRT TTS LS FS L TR O LL S RPT NBSP ET T PTTR N RTS LS MTS LS MMS K PRSN NKT PS MM M NBSP J SS S SRT TN RKRT O M XT NBSP MS PRK BSNTLS SS M FNTR PRK LTR PTTR TLKTBL T L FM A PT T LT O J TRS T MM SML NKSST PLS NBSP S N SNT K TS FLSNBSP KM UN TX T SNK TNS M PRT NBSP O BN T ES S PR K LMR EST UN RF T LMR NBSP M J M TR TNS TN FNTR T PTN O FKN TS FKNS TN FN ESTL PLS LJR K LBL NBSP O KRS L PN ESTL PLS TKS K LN NBSP LS PRLR N KNKS K L BRNX T LRBR NBSP L MNTKN EST T SL FRTLT NBSP T TXRR MS YKS A SLL TNS L SMT KS FLT PRTR NBSP L SRPNT BLNK TS ARRS A MT T LKSTS FNL PRS K L PM A PLS LN T LKRTR SNTRPS ENTR L FL ET L LNKJ NBSP KM L MRT L RYM EST L NBSP IL A L SPLKR BLNK T K TRT TSMNT NBSP STR T TRP LNKTMPS N PS TRR AFK S NKTS PS SKS K FS TSNT K L MLT NST PS L NRM NKTS PS SKS K FS TSNT K L MLT EST L NRM NKTS PS SS KNS NKTS PS SS XNS NKTS N LS XNS N LS KNS ILS FS KNTSNT LRR ILS NNT RN TR ILS FLNT LS MTS PR FS TRMPR KST UN MNFR PBLSTR NBSP NKTS PS NN PLS LS MTSNS ILS N PRPSNT K TS PSNS NKTS PS SS ENKLRS NBSP ALRS FS PFS PSR TT L PTS L PTS T L SLTT L PTS TS RKRTS L PTS T TSSPR L PTS T L FTK NBSP NKTS K L FKS K SFS NKTS K L FKS K PRMT TTS LS FKS S KLS FLNT NST PS LMPRTNT S KLS FLNT N PS BSN TTR S NBSP KMNT FLSFS MTFR L SNS T FTR F S FS NFS PS L SNS T FTR MRT NBSP KMNT FLSFS ARTR LNFRTN S FS N TFNS PS S K S KX TRR L XNS NBSP N KPS PS L KSXN S RSM UN FL T MTS LS OSKS TNS LS ARBRS NBSP L SLL TNS LS OSKS NBSP LS BRNXS TNS L SLL NBSP LS BRNXS TNS LS OSKS NBSP LS BRNXS TNS L NT K RNTR O L MRT EST FSBL MS PS TNS L FLR K A SN MS PLS TKS K L SLL PLS TKS K L FNT PLS TKS TNS LS ARBRS A PPL K M KNT K A SN A HSRT TN FLR A HSRT TN MRT TN TM PPL T FLRS T NMS K SNT FNS M LS MRTS TNS L TM HSTR T TR K RN NST OBL K L MMR N EST PR RN K KST L J NBSP MS PLS TKS T PPLR LS KRS LS BSNS LS PRMNTS L SLTT TS MNMNTS S K L FL N PS TSRT AKS ANKLS T JRTN PTTR TMN NBSP O L MMR P ENKLN S RTRFR O SMPLMNT LSPRT O LMR K NR TN L K LN NBSP S K L FL N PS TSRT S K L FL NBLR PS NBSP TT S K LS MRS NNT PS TFL T FL L PLS LJR NBSP N SKNFNT RN K L PSJ T L F L MRT NBSP N SS T T ANKRR LKKXN TN JR S L JR EST FL T MMR NBSP O S L MRT N S LS ENKLR TNS L NT L PLS NR KTR XMNS KM LS KRS T MN NBSP TKS OSKS TKS NBSP PTTR L JR PTTR L NT TN O M SL ET M HNT NBSP L MSN N PS E T FSTRS TPS TNT TNS NBSP O SL K M RPNT K KST FN NBSP AFK L TRNR JR SR TS LFRS AFK L TRNR JR K N FNR PS PRST TS FNTS L MRT NST PS PLS BL K LN PTTR S J PR PTTR AFK L TRNS ET TTS LS TRNSS A MR T M XMR NBSP L FNTR K M RKRT LL K M OBL LS RSNS HBTLS T L PRT A SKN T L RKNSNS JSTMNT S T NS PS SN NBSP L RST EST UN HSTR T KNS O L PRSNS T NKTR K T FKS TNS SS MMNTSL NBSP O L SLTT TJRS PLS AMR LS KRS T FLRS TNS LS JRTNS T L FL NBSP J N PS ASST A TKRM NBSP TT SFLSXN RPS SR L MSTR L MSTR SNS OBJT TT SFLSXN EST LNKM T LBJT NBSP LS XMPS T BLS SNT PLS TRS AJRTH K JMS IL EST TMPS T S PRTR T RKNTR LS LKS PR S PRTR NBSP M HBT PS LFRSM L PLS B SR TS LFRS MM BL SNT L BT PR P T RNT MM BL L FRTJ EN S NBSP XK HR KNSKR A MNS UN LBXN L TLR PTTR A FRTJ N PS RKNTR S PRT O RTSM L TMPS RTSM L MMM A TMPS K L RSM KRLMNT KRLMNT NBSP UN BK T BL TL LS FMS KRLMNT NS PR TFXN KRLMNT KRLMNT NBSP STM KRLMNT L F N PT TR KKRNT KRTM L FRTLT PR TMN KRT MN KR PR K AMR O AMM TS TMN LS XMPS T BL SNT PLS BKS LRR NBSP LRR SNT PLS BKS T NTR PS L MRT EN KP T F L SLL TRTNT SS MNS SR L MNTKN LS MNS O S TRT L SLL NBSP L SLL TRT AFNT L MRT TT FXN EST UN MLNTNT L MRT N PRTN K TN MLTN ON N JR PS SR L MNTKN RPRNS TT L MSJ OBLS S K J PL J UN KMPT RKLR AFK MMM SL N FS RKRT PS NBSP TNK OBLS S K J PL RPRNS SMPLMNT L MSJ NBSPL STPTT T L PPLSNBSP FN MS KMPRNSFS A MNS L NSST T S LFR L BX KM L RTR L BX KM LS PS T K S RTRN L BX KM UN RNT T SRR TNS L T LBL L BX KM L KRKTR K L TN L BX KM UN


sous l’eau qui parle * près du bassin où tu nages dorée j’ai ri avec les fous du roi avec les jongleurs avec les dames sans merci avec le héros du roman j’ai ri peut-être avec la reine seul avec elle j’ai ri en écoutant l’eau remuée de ton corps j’ai ri avec diverses putains sans le sou près du bassin où tu nages dorée j’ai ri avec les devins les médecins j’ai ri avec l’or des philosophes j’ai ri peut-être avec la reine seul avec elle ou avec une putain j’ai ri de toutes mes chaudes-pisses * le serpent blanc a le sourire des aurores les clés le long des fleuves où elle nage et l’aile légendaire des vieux refrains ce n’est que le regret et c’est le déclin c’est le déclin de toutes les forces vives qui ont animé les neiges les neiges et le plus haut des arbres tombés après des heures de marche des heures sans les jours et des jours sans sommeil * le vent au mur sur les vieux gradins aux quatre chemins tient l’oiseau dans ses mains aux quatre chemins reluque l’oiseau dans ses mains baise l’oiseau dans une main dans l’autre le rebaise et rebaise encore le vent au mur sur les vieux gradins au mur de la maison les gradins dans la chambre et la chambre nue tous les cris de l’oiseau que peut-être on agonise pas loin * au moins le regard qui fume encore o laisse qu’il se perde proche dans ces murs où le temps résume le temps et la terre ce n’est qu’une poignée de terre de terre et de temps de temps que le regard isole que le regard compose au gré de ce qui meurt ce qui meurt meurt d’aimer le mourant le mourant et la mort qui l’entoure et l’emporte * ce n’est qu’une des dents du vieux dragon d’un dragon qui périclita avec le capital des vieux joueurs d’échec des vieux joueurs d’échec et de leurs femmes les femmes nues nues et seules seules et défaites jouant au jeu des divers capitaux engagés dans l’espoir dans l’espoir et les rêves que l’espoir déroute ce n’est qu’une dent contre la cité le paysage nu des stigmates de la nuit de la nuit et des femmes coiffant coiffant de longues chevelures dans le jeu inachevées * mais peut-être n’est-ce que le regret l’est mort l’est mort le fils pendant que l’père y f’sait la guerre l’est mort tout mort le fils pendant que l’pè-ère y f’sait la guè-ère il te reste Sodome dans ton brûlant anus * j’ai jeté les cendres sur la maison où j’ai vécu naguère les cendres de qui mourra mourra d’en avoir trop dit trop dit et j’ai profané les bûchers sacrés sacrés comme les églises sacrés comme les tours des églises et les ailes des églises dans l’herbe dans l’herbe de ce qui nous sépare * ce n’est que le regret le regret doucement la bobèche ancrée au cœur qui l’a soutenu le corridor où le lézard m’a présenté m’a présenté l’arable et le divin la rivière a hurlé dans la dernière stèle * et le fils de la vigne a répondu les deux cris et la solde du roi des lézards est au laminoir est au laminoir o toi porteur du présent porteur des temps de temps à venir aux portes du patio aux portes du cri que j’ai crié là-bas * qu’est-ce qui est plus joli que la poésie c’est la mort qu’est-ce qui est plus joli que la mort c’est le diable qu’est-ce qui est plus joli que le diable c’est l’amour qu’est-ce qui est plus joli que l’amour c’est la mort qu’est-ce qui est plus joli que ce qui est joli * ce qui dort la mort ce qui vit les rêves non le rêve les rêves ce qui meurt le sommeil pas les sommeils ce qui naît la poésie non les poèmes la poésie ce qui pense l’amour pas les femmes l’amour ce qui use la maladie pas le mal la maladie ce qui s’achève l’esprit les esprits * mon rire c’est le signe que je meurs que tu mourras peut-être pas c’est le signe des pleurs de la veuve c’est le signe de ton éternité dans le malheur * la mort a-t-elle défilé dans vos yeux la mort a-t-elle défilé dans vos yeux éteints la mort est laide et tu aimes la laideur des filles ça c’est le sort la mort est belle et tu aimes la beauté des filles la mort a-t-elle défilé dans les yeux de toutes les filles la mort dans mes yeux que tu sois la plus belle ou plus laide que le sort * la lumière se joue des tours avec des pendus pour ponctuer le ciel tout ce spectre est visible comme qui dirait cintas c’est-à-dire moi-même et je me suis senti soudain très seul et désespéré l’odeur des algues même ne m’extrait pas de la mer où je plonge je chante le soi-même... sûr que les mots vont me manquer mais qui s’en apercevra tout ce spectre est visible in-té-gra-le-ment et ce spectre n’est pas un revenant de l’au-delà les bras chargés des paquets d’algues où la mer recommence où elle change le métal est épuisable par abus de pouvoir sur la nature * ma chanson s’achève en chanson j’ai bien cru que cela m’arrivait quand j’ai senti la première rime avec les trous que la vie a creusé dans la terre de ma raison et je redescends est-ce que ça rime à quelque chose de redescendre est-ce que ça chante dans tes cendres dis-moi l’aïeule est-ce que je rime * à leur corps d’oiseaux de passage à leur cœur d’oiseaux disparus à leur ventre d’oiseaux venus me saluer j’ouvre la porte toute grande et je me repais de leur chair * je veux bien que la vie se résume à quelques mots sur une tombe mais je ne veux pas qu’elle se résume aux mêmes mots pour tout le monde alors je cherche la différence ce que j’ajoute à ton nom pour me retrouver le génie que je recommence le génie des poètes qui n’ont pas tout à fait renoncé à dire la vérité en chanson ou en tête-à-tête * ma mort est sans importance une autre mort m’a fait beaucoup plus mal parce qu’elle justifiait la mienne et que je n’ai aucune envie de mourir ma mort n’a pas l’importance que j’aurais voulu lui donner * alléluia je n’ai pas connu la vieillesse alléluia je n’ai pas connu la guerre alléluia je n’ai pas connu l’infirmité alléluia je n’ai pas connu la maladie — tu es morte comme meurent les arbres : foudroyée * les premières pousses de l’été dorent ma fenêtre dorent les murs sans voix dorent les promenades autour du vieux bassin de pierre où nage une algue rouge de mon sang rouge de mon regard rouge de mes mains ensanglantées les premières pousses de l’été comme l’herbe dans le ventre de la dormeuse comme l’herbe dans le ventre de ma pipe dans le ventre de ma fenêtre humide au regard qui la pénètre encore * mon cri chante les corps les corps ensommeillés dans la poignée de terre sonnant le bois vert du rêve mon cri chante les corps les corps immobiles où s’agite le crâne des herbes moites du rêve mon cri se chante au-delà de ces corps parmi les corps au-delà de ces corps parmi les corps sonnant le bois ceci n’est qu’une poignée de terre ce n’est que le suspens des chants qu’on bouscule dans la danse * sur le miroir sans titre des fulgurations du TAO le Caractère Écrit qui nomme les clés de chaque reflet le langage du reflet au visage qui le contemple le visage immobile que l’œil éternise * l’eau de ton nom hydrifie les fenêtres de la maison qui rit la maison rit doucement échevelée dans l’eau qui la sépare du dehors l’eau de ton nom est le nom de chaque branche à la rayure de mes regards au dehors des fenêtres de la maison CANTO III - Chant de désespoir avec les instruments de la douleur o toi la tour toi la plus haute ressemble-moi au plus haut de moi ressemble-moi dans mon image o soit la mort du haut de la tour ressemble-moi dans mon cœur ressemble-moi du haut de ta chute image-moi un cœur plus haut que la couronne de pierre plus haut que le vin qui me perd plus haut que la plus haute libation o toi la tour toi le sommet o toi le dernier voyage * maintenant le soleil qui s’arrache les cheveux sur la montagne et les champs de blé violets où crève le poète qui a chanté et la maison qu’enferme la folie au cœur de la saison que ne chantera plus la métamorphose d’Ovide en oiseau de proie * le premier mot que le chant signe en ballade un point d’orgue au long imprévu de son sens l’ordre installé contre toute attente las d’avoir redit quelle double vue la fonde * la mort où s’achève la transe en collier surprise d’y rire peut-être nue en raison d’une attente à la dérive pense à l’équerre de sa folie o nuit n’espère que la mort un temps d’y rasséréner au moins la mort au bout du sort n’espère que la mort en nuit changeant ses parures d’été peut-être nue si c’est l’ennui si tu dors toutefois n’espère que la mort danse s’il peut te ressembler o danse au-delà de la mort si le feu ne peut me hanter * le temps est long dans la raison le temps est long dans la chanson le jour épuise tous les soleils o mon sommeil tous mes deuils tant de haine où va l’amour qui va chantant comme l’œil * je suis accusé à tort d’avoir bleui les rouges du couchant là le spectacle des diverses rencontres sur l’herbe sucrée de ton ventre rends-moi ma lyre et mon tambour le temps récite un chapelet de maisons isolées dans la forêt des mensonges de la science * o chienne sacrée je n’ai bu que le vin de la lointaine reconnaissance du savoir je n’ai bu que le vin des pénétrances lointaines comme naguère comme naguère sur le bord de toutes les routes où je me limite à regret à regret * contre-champ du sophisme peut-être qu’un retour peut-être qu’un regard mais toute libation est contraire aux rituels ce n’est pas une question d’ordre ce n’est pas une excuse au manque de sang ce n’est que l’ombre vive et la fraîcheur reposante de l’ombre ce n’est que le visage obscène d’un coin de rue à l’ombre des églises ce n’est qu’un instant dans l’instant de la perdre et la fille aux cheveux de colonnes qui se donne pour pas un rond pas un regret qui se donne de ne pas donner pauvre d’un corps doré blanc que le soleil a composé dans l’ombre la plus insignifiante entre les colonnes de tous les promontoires contrechamp : le ticket qui explosa * dis-moi tous les secrets de la verte pucelle exhalée dis-moi toutes les multitudes dis-moi tous les retours de la femme aux yeux d’écriture chinoise dis-moi la femme où je resplendis plus beau de paraître le rêve dis-moi les fêtes de la femme * peut-être les voyages au bout de la raison avec pour lune mentale quelque chose de plus mérité que les morts dans la guerre au bout de la raison peut-être avec des peuples relevés de la pourriture où la vie nous conçoit mais les histoires de l’homme au bordel ne sont pas délectables si ne les rature d’un coup de son ongle la femme couchée dans le lit de l’attente qui dit oui sur un coup de tête et la raison aux fulgurations du caractère écrit à moins que ne s’écartant de la ligne de conduite d’abord envisagée il ne conçoive à la fin que le cri et la mort peut-être repeupler * les étoiles dans l’eau l’arbre près de la maison mon épaule a joué avec l’ombre des visiteurs l’ombre pantelle où la lumière danse qui peut vous avoir fait ce récit infidèle o vipère sommeillante * a joué l’eau dormante où je noie le passage d’une habitante de la main à mes yeux peut-être le temps d’autres oiseaux i.p. le plus secret d’autres saisons dans les grimoires d’autres temps que le temps non faut le laisser brûle-le * notre civilisation est celle de l’espace le temps ne s’y retrouvera pas le temps n’est pas au bout de l’espace n’a pas la place dans le temps notre civilisation est un repère dans le temps notre civilisation est le temps d’un repère c’est le vertige de nos corps dans la mort dans la mort la plus belle ou la plus laide selon l’espace du moment le temps n’est pas au bout de l’espace le temps a-t-il nommé des voyageurs * savoir trop ce n’est pas tout savoir mais c’est quand même trop ça durera tant que vous serez contre nous le temps est passé de savoir mais pas tout ce temps est passé mais pas le nôtre on recommencera comme le vent comme la mer jamais comme le soleil * et plus je m’éloigne de toi plus s’éloigne l’art plus s’éloigne l’espoir je m’éloigne même si tu m’aimes même si je t’aime je m’éloigne quand même ton corps est le plus beau des corps je suis loin maintenant et demain et tu ne pleures pas parce que tu me possèdes et si je te possède ton corps est le plus beau décor o berce-nous dans ton silence d’algue rabattue sur le caquet des morts * mon chant est le chant que ne chantera pas que ne chantera pas ton chant ton chant est le chant que je chanterai que je chanterai sans toi sans toi nos chants sont l’heure de me taire à jamais de me taire à jamais et de t’aimer * le cercle de la lumière et de l’ombre la limite entre l’ombre et la lumière le point de rencontre de l’ombre et de la lumière dans le corps éclairé qui absorbe son ombre l’espace infini d’un cercle où l’ombre parfait la lumière la limite des cercles dans l’ombre et la lumière la métamorphose des noms parfaits dans l’imperfection soumis au soleil * pouah mon existence est pourrie par tous les dialogues ne te vexe pas c’est une question de jours d’heures peut-être bon sang je ne m’imaginais pas si près de la mort j’étais à deux doigts... quand j’y pense... merde quel frisson et maintenant c’est toi qui va mourir toi tu mourras très certainement dans les jours prochains d’ici la fin de la semaine... la fin de la semaine la mort ne te pardonnera pas ça conclut que nous n’avons pas de chance ou alors l’esprit demande plus de lenteur trop d’jeunesse chérie v’là c’qui nous a tués pas assez vieux pour une bonne descente aux enfers tu seras morte comme une feuille au milieu des flammes je vais me régaler de ta mort au festin qui t’accompagne dans la tombe doucement on ne peut pas gagner l’enfer si on n’a pas un peu de plomb dans la tête crénom faut en avoir reçu dans l’aile * le pain et le vin conjuguent le manger et le boire non la faim ni la soif il chantera le sol en souvenir de ce frugal repas il se souviendra que son effort n’aura pas été vain il t’aimera toujours * et il l’envoya paître avec le reste du troupeau symbolisé dans son esprit par le diagramme cos-mo-go-ni-que des terres de l’est car il connaît le degré de sa vertu * peut-être que tu auras fini de l’ouvrir peut-être que tu n’auras plus rien à dire des fois que les mots te manqueraient des fois qu’il n’y aurait plus personne pour t’écouter et tu aurais fini avec les autres de ton espèce là-bas où ce n’est pas un bordel mais pas bien loin de l’être * le vide n’est-il pas dans l’être comme l’être naît du vide ne crois pas que les dieux ont élu le langage entre les mots mais le vide n’est parfait que dans l’imparfait de l’être les dieux n’ont pas le langage pour le dire et s’en régaler non le vide est vide de sens comme l’être n’est que d’être vide le vide se rassemble où l’être se sépare la limite n’est pas un nom je sais les dieux ont élu les dieux * alors c’est un dieu nu bâti pour l’amour qui franchit le gué de l’Isménos et toute la bataille se déroula aux portes de la ville comme ça se faisait dans l’temps dans l’temps mais les rois n’ont pas droit à l’amour dit le devin en m’offrant le tabac de la réconciliation au bord de Dirké quand Dirké est plus blonde que le blé * qu’il chante jolie bedondaine et rechante mé si ça lui plaît et aux remparts il n’y avait que les culs des putains au soleil aux portes de Sodome et les prêtres se sont amenés avec un gros volume d’encens et toute la gloire d’un peuple étouffée je dis : étouffée à cause d’un ignorant qui n’avait pas lu la bible * si dieu le veut bien on ira faire un tour on ira de ce côté mon canard si dieu le veut pas on restera assis on attendra que ça vienne à la Donne mon canard on restera assis à se regarder dans les yeux mes yeux dans tes yeux peut-êt’qu’on y verra mieux on attendra le vent le soleil et la nuit on pourra causer en attendant que ça vienne pas longtemps pas longtemps juste le temps de se dire quelques mots pour s’aimer quelques regards pour s’oublier * aux délices d’une croupe les diables sodomisant leurs sexes déchirant aux délices d’une croupe les chaudrons de la mère * les livres d’école sont des démonstrations de puissance les livres personnels même si la tenue littéraire n’y est pas toujours égale sont des démonstrations d’existence entre le poète d’école et le poète seul il y a toute la différence du prince à la nature le prince meurt cependant parce que c’est naturel de mourir la nature règne parce que mystère * je déteste ta maladie parce qu’elle me ressemble l’idéal ne s’écrit qu’à travers l’esthétique choisir la forme l’esthétique au bout joue un rôle de référence un bon dictionnaire à la portée de la main * marine comme l’algue reposant sur le creux de tes reins aussi blême qu’un heurt de marée où se perd plus d’un songe de revenir dans ces lieux dormants la croupe larg’ouverte à toute sorte de passions dont Sodome est la moindre * seule esseule un seul soupir dans la muette feuillée si le mot nu ment en telles de ses déclivités de sens abrupte selon ses formes cachées avec la marée qui ne redescendra pas heurtera le pavé de tes murailles où le rêve est un pleur de sel aux yeux qui le contemplent dans son mystère orphique * la mesure dans le langage atteindre cette simplicité de trait cette simplicité d’instant et l’idée s’y crée un langage nouveau un langage en forme de femme une femme en forme de métamorphose une métamorphose en forme de forme à moins d’obscurcir la langue que ce soit volontaire ou non jamais par pudeur simplement le manque de temps un bon dictionnaire la lecture qui se refuse * au coup de feu qui l’arrête au coup de feu qui recule l’infortune et le désespoir ou alors ce n’est pas le temps de se remémorer chaque évènement dans la limite de la métamorphose converse avec d’autres qui l’écoutent plus qu’ils ne proposent converse sans y amener le véritable sujet qui le dénoue dans sa place dans l’espace * émane au moins de cette incertitude le rire de la fille désenchantée aux boucles perses qui me dérobe peut-être le cœur mais pas l’esprit comme un sommet rêvé au plus haut point de l’amour et du deuil ne rie pas de ce bloc seul qu’on tait * le blanc serpent des évènements peut-être le jour peut-être la nuit s’éveillera-t-il d’un mauvais rêve comme d’un mauvais pas on se tire ce n’est pas un royaume ni la cité aux blanches portes ni le promontoire semé infortune o infortune comme le serpent blanc à l’aurore de demain * longue vie à toi vigne de mes pères mes fils y boiront longtemps mais je ne mourrai pas d’avoir trop bu ni d’avoir bu trop longtemps dieu que le ciel est proche vu d’ici je peux voler les étoiles d’un regard comme c’est facile de s’enivrer comme c’est facile le temps ne m’arrêtera pas aussi haut ni le temps ni le désespoir o vertige je peux les voir baiser dans leur lumière et pfffuit les années ont passé et ma v’là perché sur c’te putain de tour à m’demander comment j’ai fait pour monter aussi haut o toi la déesse aux yeux pers tes yeux ont-ils ferlé avec la vague qui les couronne de cet or que le jour couche o déesse au sein de nacre comme une algue qui m’épuise à pleurer d’amères larmes tes yeux sont-ils plus beaux que la nuit qui les ouvre le vin m’est monté à la tête je crois en considérant le jour qui se lève j’ai pas vu passer la nuit je peux les voir qui dorment doucement je peux te voir dans l’onde que je promeus au-delà des rochers je peux voir la vague et l’algue se rasséréner dans le coquillage qui l’a élue le premier rayon de soleil m’a élue pour longtemps * écrire comme un noble métier à seule fin de charmer écrire ce qu’un recueil ne peut déserter sans ennui écrire au moins le temps d’y revenir écrire où l’écriture change par exemple * soliste obstiné que le cœur change en statue de sel ou l’esprit selon les coïncidences du jour et du jour la nuit surtout où dormir sans repos — hanté d’avoir regardé la nuit et la nuit * doigts de la main et le dernier lendemain rassérène qui ? tu n’es que la rosée de toi-même dans l’enfance lointaine et le jour suivant se remémore et s’ajoute par une intense succession de cris et de silences notre force est dans l’inachèvement * de peur d’effrayer un couple d’oiseaux dans la neige sur les branches de l’arbre le plus isolé dans un parc conçu à cet effet saisis-tu au moins la flatterie amère qui préside à la désuétude des éléments dans l’esprit le plus riche quant à la manière d’exprimer les choses avec le moins d’éléments nutritifs * la mémoire retient ce qui chante ou ce qui est cruel oublie les rêves les plus doux au cœur qui crée la mémoire est une vieille souche dans l’eau de la rivière et ton regard est celui de la baigneuse dans les fresques anciennes la mémoire est une bourgeoise au sexe parfumé et ta voix est une jonglerie dans les batailles du passé la mémoire n’a enfanté que la misère la mémoire n’a nourri que le désespoir la mémoire tue avec une facilité d’insecte et la maison la plus accueillante est un enfer dans tes cris d’amour * et la pâle immobilité d’une fille publique élue pour donner lieu à la justice divine et la vélocité de la rue en dedans au cœur de la ville qui ne répond pas dans le doute * creuse mon lit au creux de ton corps o sommeillante l’ensommeillé pirogue vers l’amour l’œil exhaussé redis-moi que c’est une nuit exista en tant que sentence raison de plus pour éteindre le feu * tu n’es qu’une outre sans vent crevée sur le bord de la route tu chantes tu chantes mais que reste-t-il de tes chants la pèlerine amante a passé sans te voir la pèlerine amante est morte sans me voir * toute la poésie roule ma tête au creux de toi o passagère toute la poésie crève en toi l’instant du non-retour o passage du meurtre le plus beau sur ta langue comme un conte conté de la montagne sacrée * diamant se crache par la gueule d’Argos les lions du soleil couchés dans l’herbe sages se consument et Ulysses éclata de rire en voyant les prétendants au cratère s’enivrant * credo in unam autant que cela ne m’abêtit pas au point de présenter mes hommages à la jeune demoiselle en robe de coquillage qui chante des pseudo-rythmes nègres en balançant au bout de son bras son ombre adamantine * brille dans l’esprit des moins pauvres ou tout au moins nos yeux sur ceci nos cœurs dans le désert du cœur et du cœur qui périclita avec tant de haine que longtemps l’humanité lui en a voulu la haine contre la haine la haine d’un homme pour tous les hommes un homme seul contre la haine des hommes chansons transcrites dans la langue d’origine après maintes péripéties de voyages * ce même cœur fatigué de ne plus s’entendre converser avec les invités ne récolta que la haine contre l’amour n’y voulut point céder son honnêteté acquise avec l’âge après tout peut-être hanté l’amour ne régale que l’amour * à vol d’oiseau la distance du sol au regard avec le jet d’eau dans un jardin avec les tricheurs dans la nuit celui qui bat les cartes celui qui les donne celui qui les joue avec les vols d’oiseaux celui qui ne partagera pas * la mort me sera plus douce avec la mémoire de la mort la mort ne m’éternisera pas avec les lassitudes du regret mais la mort ne sera pas dans la voix commencée de la femme qui se donne pour pas un rond pas un regret * exalte un pur dessin mire des sampans de bois de laine écrit sur des vagues écumantes ce qu’il dit à tout venant se recueillir ici non qu’il cède le genou à ce sol sacré mais simplement qu’il immole ce qu’il reste dans sa passion pour les couchants dorés crevés de bonds vertigineux et de toutes sortes d’exaspération du sexe à même d’y changer son nom pour un autre qu’il porte comme le tien * ton cœur est un morceau de lave arraché au cœur de la terre ton cœur est un feu éteint dans la matière qui se change c’est-à-dire un nom qui s’arrête où d’autres ont prononcé le leur c’est-à-dire toute l’infortune qui se mord la queue ce qui est juste croît dans l’orgueil et c’est la terre qui prend feu au-dessus de tous les noms ce qui est juste est un silence et c’est la terre comme une solitude qui a honte d’elle-même * nul espoir au coquillage d’ombre dans l’eau qui ne mouille pas pas même un mot qui aime au-delà de cette eau un lieu tranquille composé d’arbres et d’eau existe-t-il la mer se refuse à l’amour * on te pendra à la plus haute tour même si je te dois d’être né poète tu seras le pendu avec d’autres pendus pour un enfer moral i’s’peut que tu n’y sois pas biau et pendant ce temps-là o inix j’m’en vais écouter les courlis * o que le chant soit immémorable tes chants sont plus vrais que moi qui les dis innove-moi maintenant je peux marcher derrière toi mais écoute-moi qui chante écoute-moi dans tes chants jetéméjetereconédanlefedeloubli o que ta voix seule me porte tu mourras comme un oiseau * la mort n’est pas si blanche qu’on s’y aime la mort n’est pas si blanche dans l’amante la mort est noire comme le jour la mort est noire comme le deuil je dors où je t’aime et me dore de la moindre lumière émanée de ton corps née de ton corps o la mort n’est pas si blanche qu’on s’y réveille * hustera ne pas situer le lieu de ma présence hustera ce lieu est lieu de références hustera toute une dynastie de poètes y repose hustera * la première vertu du poète est l’honnêteté la seconde vertu du poète est le mensonge le reste est contraire à la vertu ne pas nommer ni les arbres ni les maisons immobilité * elle est l’ombre au fil de la lumière qui la sépare d’une autre source doucement parce qu’elle est femme elle étire le métal au bon moment sa main se compose au changement des couleurs dans le feu qui l’entoure maintenant ses yeux sont la promesse d’un retour à l’origine de mon nom * ici tout n’est que mur blanc au ventre de qui ne fait pas un effort de mémoire même les putains aux portes de la ville m’ont salué mais pourquoi cette femme a-t-elle toute la voix d’un silence qui n’est pas mon silence pourquoi son corps se dérobe-t-il aux mains qui le composent à la lueur d’un beau rêve de salamandre brûlée par le feu de l’infortune * ne rie pas à la lune ne rie pas au soleil ni le jour ni la nuit ne rie autant j’ai l’œil dans l’abandon du corps tu enfanteras le désespoir aux cornes de vaches * me sers avec lenteur où ma servitude la précipite doucement vers cette mort tranquille entre les arbres nus d’un seul jardin que le temps jardine regarde-moi sans rire n’es-tu pas l’ombre dans la lumière de mes chaînes * et je vois que vous vous portez mieux depuis votre escapade vodo je raconterai à mes frères l’histoire de la loreley et s’ils ne tremblent avec chevelure de nacre aidant à se clapoter dans l’eau bistre * jouet de la terre mieux vaut un paquet d’algues surannées que le jet d’eau sanglante de la mémoire l’inertie que la possibilité de gésir parmi les morts sans le pa-paraître * mais tu n’as pas l’heure pour éteindre les feux que le temps refond au fil du temps tu n’as que le temps de vivre au feu de l’ennui et du désespoir tu n’as que l’heure de l’eau morte du souvenir * j’ai très mal maintenant je parle dans ma chair j’use mon esprit au fil de la douleur qui s’y compose j’ai trop mal maintenant de savoir pourquoi ma chair est le nœud de toutes les transes divines o redis-moi que c’est le jour et l’eau redis-moi que la mère est une re-mémoire dis-moi o redis-moi le mal * j’ignore où tu as caché les mains de la gloire est-il assez connu ce passage de mouettes et de rochers flottants sur la rive opposée à la maison de l’habitante de la forêt cramoisie il est temps de nous fondre dans la saison même qui se déhanche * dans nos bras défilantes les eaux épousées avec l’heure et les longues semailles au vent de la conscience cesse de ricaner au coin de l’aurore car le soir chante sur un ton de reproche la prochaine pluie au braquemart mordu de sang * laisse aller ta cuisse au fil de l’eau qui l’étire dans mon regard me souviens que c’est moi nu peut-être comme un pauvre et ton ventre tendu à rompre la tranquillité et le repos dans l’âme du paysage en question mais l’amour immobilise ton corps pour l’éterniser * soir pleure feu de joie le périple en l’air de se dire que non la môme un peu verte et v’là toutes les putains emportées par la marée au large de nos côtes et leurs cris dans la flotte et les dieux ricanant dans le sourire de nos pécores et v’là c’marmot qui demande à son père — où est ta mère — j’sais pas bien fiston ça t’amuserait-il de voir une femme baiser avec un bouc puant j’t’amèn’rai ousque ça s’fait t’en auras pour ta gueule et la môme un peu verte au souvenir de ces évènements * que ma bouche baise ton sein où tu es mère de mon sang o que ma bouche arrache à ton ventre le fils de ton père ton corps est un signe de déclin et ma bouche décline la faute * que caches-tu sous ton mâle air eh qui dégringole avec cris de gloire c’est-y que j’ouye ta vièche avec elle ne dérange pas l’ordre installé y déhancha la bourlinguée toison après mille blessures sanglantes sacrée guerre eh mouche cagote on dirait trois pines de soldats bon plaisir si ça te chantela comme à y regarder de plus proche t’auras pas plus chaste à reluquer * le poète à l’écart de toutes les noces le poète dans les jardins suspendus le poète à l’aile légendaire le poète au rire de nacre le poète au cœur de sel le poète aux lèvres d’or le poète aux yeux de jade le poète a toutes les vertus de la matière le poète dans les travaux le poète hors du temple avec les prêtres le poète peut-être seul la solitude du poète nu la nudité de toute solitude poétique le poète et la publicité le poète dans le vis-à-vis du rêve et de l’acte le poète dans la reconnaissance le poète comme un don le poète qui a ri ou non le poète aux aurores le poète avec les éléments le poète et la liste des poètes * la coupe est pleine Alcinoos tu n’as pas écouté eh dis donc à ta pucelle qu’elle arrête de branler ta lyre ne m’accorde pas poète Démodocos me sonne faux il y a ton vin hôte crédule il a un goût de cratère Elpenor ! amène ton aviron Je recommence mon histoire * le monde doit entrer dans un couplet de vers comme c’était du temps du temps qu’on chante qu’on chante en buvant de ton vin en pissant sur tes femmes en aimant tout’ les femmes à la ronde à la ronde * il n’y a pas que l’amour à tenir des propos décousus absorbe le seul instant indésirable mais vécu comme une poursuite que n’achèvera pas un coup de feu et dans les champs de blé où l’or combat le bleu comme au bouclier trois aigrettes d’or votive accentue le trouble en nuage tordu où se tord le soleil sur la pointe d’un clocher souviens-toi que c’est le déluge annoncé comme un renouveau * mais quelle instance ai-je acquise ici seul importe mon sens inachevé mais hurleur obstiné étonné dans l’instance du cri de la connaissance de la contemplation une autre instance le durable d’avoir saisi le concept de l’instant par où j’ai pu et dans quelle voie me suis confondu avec la pire des instances toi * l’aphorisme de tes yeux change l’aspect de toute prophétie les fleurs sont mères de la pureté pas même un songe y résume le savoir o mémoire stérile souviens-toi par le côté marin du regard sur l’oubli vague mort du vis à vis la sagesse * n’aie pas tant de haine contre moi ni tant d’amour si je mens n’aie pas tant de haine c’est inutile je peux aimer mais sans briller je peux aimer même si je mens foutu après le voyage et seul après ce même voyage autant dire que la vie n’a plus d’intérêt * des images sans intérêt une nature peut-être plus immédiate le même langage qui se répète mais tes yeux sont plus beaux que mon regard tes yeux m’innovent à la rencontre de mon regard peut-être d’avoir craché trop tôt au bassinet du sort d’avoir craché là même où la malpropreté est insupportable mise à part la saison si elle explique bien des choses la haine est en discordance avec la haine * o belle dame sans mercy le cri de la haine en cœur a-t-il répandu ses chaînes le soir n’est pas de l’être contre vent la marée le jour comme une lettre au caractère écrit * mon sexe est une belle image et ton cri est le plus beau chant d’amour ton sexe est une belle idée mon cri n’est que l’eau morte qui a signé nos sexes sont-ils les chants nos cris sont-ils d’amour reviens-moi plus dorée que le sable de mes rêves endors-toi près de moi ne cesse d’y chanter signe au bas de mon cœur * la tour comme l’écho à ton regard toutes les fois la tour où l’œil se répète et toi peut-être nue redis les mots les mêmes que personne n’écoute pas même moi je suis si sourd à ton regard o ma chute mais pourquoi baisent-ils sous ma fenêtre pourquoi * l’odeur peut-être délectable de la femme au pied du lit où je dors du même sommeil n’existe plus ce ne sont que des villes ! comme une tache de sang dans ma pureté ou bien tu es si pure que l’ombre est un rêve de lumière moi je me dore dans ton ventre de putain * o vigne des vignes ton vin est-il plus léger que l’oubli o Kérés le pain est-il plus doux que l’ennui l’oiseau parleur n’a conquis que la branche de l’arbre la montagne est à toi seule fertilité de déchirer mes yeux au soleil dans le sommet * quos vult perdere le serpent blanc des aurores au midi de l’extase finale parce que le poème au plus loin de l’écriture s’interpose entre la folie et le langage comme la mort le royaume est élu il y a le sépulcre blanc de qui dort doucement s’être tu trop longtemps ne pas durer avec soi * n’écoutez pas ceux qui vous disent que la maladie n’est pas la norme n’écoutez pas ceux qui vous disent que la maladie est la norme n’écoutez pas ces cons n’écoutez pas ces chiens n’écoutez ni les chiens ni les cons ils vous conduisent à l’erreur ils n’ont rien à dire ils volent les mots pour vous tromper c’est une manœuvre publicitaire n’écoutez pas non plus les médecins ils ne proposent que des poisons n’écoutez pas ces enculeurs alors vous pouvez peser tout le poids le poids de la solitude le poids des regrets le poids du désespoir le poids de la fatigue n’écoutez que la voix qui s’efface n’écoutez que la voix qui promeut toutes les voix * ce qu’ils veulent n’est pas l’important ce qu’ils veulent n’a pas besoin d’être su comment voulez-vous modifier le sens de votre vie si vous n’avez pas le sens de votre mort comment voulez-vous arrêter l’infortune si vous ne devinez pas ce qui se cache derrière la chance ne coupez pas. La question se résume à un vol de mots * les oiseaux dans les arbres le soleil dans les oiseaux les branches dans le soleil les branches dans les oiseaux les branches dans la nuit qui renaîtra où la mort est visible * mes pas dans la fleur qui a saigné mais plus doux que le soleil plus doux que le vent plus doux dans les arbres au peuple qui me connaît qui a saigné au hasard d’une fleur au hasard d’une mort d’une tombe peuplée de fleurs de noms qui sont venus à moi les morts dans la tombe histoire de dire que rien n’est oublié que la mémoire n’y est pour rien que c’est le jeu mais plus doux de peupler les carrés les bassins les promenades la solitude des monuments * ce que la folie n’a pas déserté aux angles du jardin peut-être demain ou la mémoire peu encline à s’y retrouver ou simplement l’esprit ou l’amour qui n’aura donné lieu qu’à l’ennui ce que la folie n’a pas déserté ce que la folie n’oubliera pas tout ce que les murs n’ont pas dévoilé du voile le plus léger ne signifiant rien que le passage de la vie à la mort ne cesse de t’y ancrer à l’occasion d’un jour si le jour est fille de mémoire ou si la mort ne se laisse enclore dans la nuit la plus noire * quatre chemins comme les équerres du maçon deux oiseaux deux peut-être le jour peut-être la nuit d’un oui me salue et me hante la maison n’a pas eu de visiteurs depuis tant d’années o seule qui me répond que c’est fini avec le dernier jour sur tes lèvres avec le dernier jour qui ne finira pas * poursuite des vents la mort n’est pas plus belle que l’ennui peut-être si j’ai peur peut-être avec la transe et toutes les transes au mur de ma chambre à la fenêtre qui me regarde à l’œil qui m’a oublié * les raisons habituelles de la pureté au signe de la reconnaissance justement si tu n’as pas signé le reste est une histoire de cons ou la présence de n’écouter que ta voix dans ces moments-là ou la solitude toujours plus amère les carrés de fleurs dans les jardins de la villa je n’ai pas assisté au décorum toute civilisation repose sur le mystère le mystère sans objet toute civilisation est l’énigme de l’objet les champs de blés sont plus dorés aujourd’hui que jamais il est temps de s’y perdre de reconnaître les lieux pour s’y perdre m’y habitue pas * l’aphorisme le plus beau sur tes lèvres môme bleu suçant la bite pour peu de rond même bleu le vertige en soi chaque heure consacrée à au moins une libation la douleur peut-être au vertige ne pas reconnaître sa pureté * o redis-moi le temps redis-moi le moi-même au temps qui le résume cruellement cruellement un bouc de belle taille les femmes cruellement nues par dévotion cruellement cruellement Sodome cruellement la vie ne peut être qu’écœurante * garde-moi la fertilité pour demain garde mon cœur pour qui aimera o aime-moi dés demain les champs de blé sont plus beaux à l’aurore à l’aurore sont plus beaux de n’être pas la mort en coup de feu le soleil tordant ses mains sur la montagne les mains où se tord le soleil le soleil tordu avant la mort toute vision est un malentendu la mort ne pardonne à qui donne maldonne on ne jouira pas sur la montagne * reprenez tout le message oubliez ce que j’ai pillé j’ai un compte à régler avec moi-même cela ne vous regarde pas donc oubliez ce que j’ai pillé reprenez simplement le message « la stupidité de la populace » fin mais comprenez-vous au moins la nécessité de ce livre * la bouche comme le retour la bouche comme les pas de qui se retourne la bouche comme un rond de sourire dans l’eau de l’oubli la bouche comme le caractère qui la donne la bouche comme une


Metaphone a été développée par Lawrence Philips. Cette méthode est décrite dans le livre "Practical Algorithms for Programmers", Binstock & Rex, Addison Wesley, 1995.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2018 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Le chasseur abstrait éditeur - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

sarl unipersonnelle au capital de 2000 euros - 494926371 RCS FOIX

Direction: Patrick CINTAS

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs ou © Le chasseur abstrait (eurl). - Logiciel: © SPIP.


- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -