Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Forum] [Contact e-mail]
ESPACES D'AUTEURS
Ces auteurs ont bien
voulu animer des
espaces plus proches de
leurs préoccupations
que le sommaire de la
RAL,M toujours un peu
généraliste.
Le Petit Prince
Navigation
[E-mail]
 Article publié le 29 novembre 2014.

oOo

Première et unique lecture : 2007 - Cette note est écrite un jour d’août 2008. - LU ET ... APPROUVE

 

Un conte pour enfants qui devient fable philosophique par le biais de la fiction ... tel pourrait être la synthèse d’un livre universel qui touche aussi bien les adultes que les enfants.
 Il est bien connu, les adultes prennent rarement les enfants au sérieux. C’est ce que raconte, d’emblée, Saint-Exupéry, à travers une seule et unique voix, celle du narrateur/auteur qui effectue un retour dans le temps, dans sa propre enfance, marquée par une vocation avortée - celle de peintre - à cause du discrédit du regard adulte. Ainsi du serpent boa et de l’éléphant ... jusqu’à ce qu’un jour, bloqué dans le désert par une panne, l’aviateur ou plutôt l’enfant devenu adulte revoit son double, incarné par le Petit Prince, un garçon qui lui dit : " Dessine-moi un mouton " . Le narrateur s’éxécute et là, pour la première fois, son dessin trouve grâce aux yeux de quelqu’un, un enfant.
 Il ne s’agit pas de n’importe quel petit d’homme puisque ce souvenir vivant, le Petit Prince, est porteur d’espoir et de sagesse. C’est lui, en effet, qui permet à l’aviateur de relativiser l’incident. Commence alors un chemin initiatique pour ce dernier, pour cet étranger échoué dans le désert, un chemin qui n’est pas nouveau mais ne demandait sans doute qu’à se dessiner une nouvelle fois, provoqué par un événement précis et inattendu, la panne d’avion en l’occurrence. Dès lors, l’aviateur devient attentif à l’enfant, il se laisse guider par celui-ci. La dialectique est enclenchée : l’adulte accepte humblement la sagesse de l’enfant, tandis que le Petit Prince apprivoise l’aviateur. La confiance est établie, l’amour peut alors éclore entre deux êtres temporellement différents et complémentaires. Le Petit Prince va plus loin puisqu’il transmet sa foi à l’homme, à son ami : " On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux " . Cette foi, l’enfant l’a acquise en apprivoisant un renard, autre personnage important du livre. C’est à la fin du conte, en allant chercher de l’eau au puits, que l’aviateur mettra en application cette devise, par ces mots qui forment un écho : " Ce que je vois là n’est qu’une écorce. Le plus important est invisible " .
 Le Petit Prince, lui aussi, poursuit un chemin initiatique en délaissant sa planète et sa rose pour visiter le monde, l’univers. Comme Ulysse, un Ulysse très jeune, il part. Son voyage, de planète en planète, lui fait découvrir des adultes, autant de métiers ou de situations différentes : le roi, le vaniteux, le buveur, l’homme d’affaires ... seuls l’allumeur de réverbère et le géographe sont dignes de considération, l’un ayant une activité de créativité et l’autre de transmission. Le poète et le savant ou professeur conjuguent l’étonnement et l’amour du savoir qui se transmettent pour constituer ce qui doit animer l’adulte et l’enfant : l’émerveillement.
 La sagesse de l’enfant, l’écoute, l’apprivoisement, l’amitié, l’amour, le caractère unique de chacun ... " Le Petit Prince " est un monde qui fait se croiser ces différents thèmes dans une dynamique tout à fait mystérieuse et pleine de charme. Il ne faut pas occulter la nature, thème présent tout le long du livre à travers le désert, les gestes de jardinier du Petit Prince, les soins qu’il apporte à sa rose ...
 Au bout du compte, le peintre avorté est devenu écrivain. C’est donc la preuve que rien, absolument rien ne peut entamer les rêves d’enfance, ces désirs conscients ou inconscients que, plus tard, avec un vocable d’adulte, on nomme convictions ...
 Le Petit Prince fait resurgir l’enfance dans toute sa force et sa plénitude, c’est probablement l’aspect le plus bouleversant de ce livre. Cette inoxydabilité de l’enfance se traduit également dans la structure de l’ouvrage, subtil mélange de texte et de dessins, la forme des paragraphes n’étant jamais la même dans l’espace, dans la page. Comme l’expression d’une réconciliation qui peut s’apparenter à une forme de bonheur puisque sans regret, sans amertume.
 Saint-Exupéry retrace ses souvenirs en toute lucidité, dans un style dépouillé qui s’adresse aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Ou inversement ...

 

Un commentaire, une critique...?
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides. Servez-vous de la barre d'outils ci-dessous pour la mise en forme.

Retour à la RALM Revue d'Art et de Littérature, Musique - Espaces d'auteurs [Contact e-mail]
2004/2019 Revue d'art et de littérature, musique

publiée par Patrick Cintas - 12, rue du docteur Sérié - 09270 Mazères - France

Copyrights: - Le site: © Patrick CINTAS (webmaster). - Textes, images, musiques: © Les auteurs

 

- Dépôt légal: ISSN 2274-0457 -